in ,

Rencontre autour des enjeux actuels du monde universitaire francophone à l’occasion des 10 ans du G3 de la Francophonie

Le 21 octobre, à l’Université de Genève, l’AUF Europe occidentale était invitée à intervenir lors du G3 de la Francophonie afin de célébrer les dix ans de leur partenariat stratégique. Retour sur les éléments importants de cette journée qui a mis en lumière plusieurs enjeux du monde universitaire francophone.

L’année 2022 signe les dix ans du G3 de la Francophonie, un partenariat stratégique entre trois grandes universités : l’Université Libre de Bruxelles, l’Université de Genève et l’Université de Montréal. Ayant pour but de créer un espace de recherche et de formation d’excellence dans l’espace francophone, le G3 a réussi, en dix ans, à soutenir une quarantaine de projets dans tous les domaines de la recherche scientifique.  Mêlant des valeurs d’innovation, d’égalité, d’entraide et d’ouverture pour amener à un progrès durable, le partenariat tripartite participe à faire rayonner internationalement une expertise en langue française dans des disciplines traditionnellement anglophones.  

A l’occasion de l’anniversaire de cette riche collaboration, les délégations des trois universités, accompagnées de la rectrice Annemie Schaus et des recteurs Yves Flückiger et Daniel Jutra, ont échangé sur les pistes d’avenir commun. A leurs côtés, était également invitée le Pr. Olfa Zéribi, directrice de l’AUF Europe occidentale.  

Durant cette journée, plusieurs enjeux du monde universitaire francophone ont été abordés, telle que la diplomatique scientifique, dont les valeurs directrices ont été mises en lumière par le Pr. Olfa Zéribi : “Il s’agit de faire de la diplomatie scientifique francophone une composante essentielle de la gouvernance internationale, basée sur le plurilinguisme, l’inclusion et un réseau de coopération multiculturel profitant de l’émergence des suds globaux.  Pour réaliser cet objectif, une véritable communauté de pratiques de la diplomatique scientifique en Francophonie doit être développée.“ 

La rencontre s’est conclue par une table ronde sur les libertés académiques.  Chaque participant a ainsi pu répondre à des questions visant à rappeler l’importance de la protection des droits relatifs à la liberté d’enseignement et de recherche, ainsi que la nécessité de garantir l’autonomie du financement de la recherche et de favoriser une culture pour la liberté d’expression. Pour ce faire, la création de cet espace inclusif favoriserait le dialogue via de nouveaux réseaux solidaires s’employant à garantir des conditions matérielles et structurelles au service de l’enseignement et de la recherche universitaire. 

auf.org

L’ancien international Sénégalais Khalilou Fadiga décroche son master en Droit et Economie au siège de l’UEFA à Nyon

Offre de bourse d’étude en Infographie à l’Institut SABDARIFA pour la rentrée académique 2022-2023