in

Accélérer l’éducation des jeunes et des adultes au Sénégal grâce à l’alphabétisation

Alphabétisation

Accélérer l’éducation des jeunes et des adultes au Sénégal grâce à l’alphabétisation

Le Ministère de l’éducation nationale du Sénégal dans sa volonté de renforcer les acteurs de l’éducation non formelle a consenti d’énormes efforts pour une mise à l’échelle et une mise en œuvre de la validation des acquis de l’expérience ainsi que pour le renforcement de capacités des Chargés d’EBJA des niveaux déconcentrés, et ce avec l’appui du Programme de développement des capacités pour l’éducation (CapED) de l’UNESCO.

Moussa, un passionné de l’alpha

M. Elhadji Mamadou Moussa Ba, la soixantaine est un doyen parmi les passionnés de l’éducation des jeunes et des adultes au Sénégal. Il exerce cette activité depuis plus de dix ans déjà, avec détermination dans son département de Podor au Nord du Sénégal, non loin de la mythique ville de Saint-Louis. M. Ba a toujours une histoire à raconter sur les bienfaits de l’alphabétisation

Ma fierté est d’avoir formé des facilitateurs qui sont aujourd’hui des conseillers municipaux ou des maires, très actifs dans leurs localités pour certains, pour les autres ce sont des activités génératrices de revenus qu’ils ont pu monter grâce à cela, certains tiennent des classes comme facilitateurs.

nous confie-t-il avec une fierté non moins dissimulée.

M. Ba est à Thiès depuis 3 jours maintenant où il fait partie, de la cohorte d’une trentaine de facilitateurs qui vont recevoir les outils méthodologiques pour mieux planifier leurs activités de formation en alphabétisation dans leur départements respectifs.

Un phénomène toujours présent

Fléau qui impacte la vie de près de 900 millions de personnes dans le monde, l’analphabétisme touche à lui seul près de de 200 millions de jeunes et d’adultes, dont deux tiers de femmes en Afrique de l’Ouest et de ce seul fait, entraîne leur exclusion en les plaçant dans une situation de précarité sociale et économique importante. En cela, le Sénégal n’est pas en reste puisque le phénomène y est l’apanage de 54,6% de la population, soit plus d’une personne sur deux. C’est fort de ce constat que des actions sont entreprises depuis plusieurs années par les structures en charges de l’éducation nationale pour juguler les facteurs qui alimentent cette situation. Au nombre de ceux-ci figure en bonne place la question préoccupante de la qualification des enseignants de l’Education non formelle, et des facilitateurs en alphabétisation en particulier.

Au Sénégal une formation continue des Chargés d’Education de Base des Jeunes et des Adultes

C’est dans le processus donc du renforcement continu de capacités du personnel de formation en éducation de base que la ville de Thiès a accueilli du 28 au 30 juin 2021, un atelier de formation des Chargés d’Education de Base des Jeunes et des Adultes (CEBJA) de quelques Inspections d’Académie et des Inspections de l’Education et de la Formation, venus de toutes les régions du Sénégal.

Appuyé par le bureau régional multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel), à travers son programme de renforcement de capacités en éducation (CapED) mis en place, depuis 2015 et chapeauté par la Direction de la Formation et de la Communication (DFC), du Ministère de l’éducation du Sénégal, cet exercice fait partie d’une série de renforcement de capacités pour la professionnalisation des enseignants du non formel en sus de la mise à l’échelle de la VAE en cours .

Les cibles de l’alphabétisation, au nombre déjà important, augmente car nous avons un flux provenant des décrochés de l’école ; il grossit continuellement par l’effet combiné de l’arrivée de ceux qui sont hors-système et des décrocheurs ; et il nous faut un personnel de formation aux niveaux déconcentrés qualifiés, et ce personnel c’est vous 

a martelé M. Tidiane Sall, représentant le Directeur régional, dès son allocution d’ouverture à l’endroit des participants.

L’objectif donc de cet atelier a été de partager le dispositif de formation initiale des personnels de de l’éducation et de la formation, conçu pour les formateurs de formateurs pour mieux autonomiser ce personnel dans leurs activités au niveau déconcentré. C’est ce qu’a indiqué M. Mamadou Moustapha Diagne, Directeur de la Formation et de la Communication à l’ouverture de cet atelier

La question de l’éducation dans les langues nationales est importante pour le Sénégal et le gouvernement a pris la mesure de cette nécessité en voulant donner tout son poids à l’alphabétisation, par des actions de formation comme celle qui nous réunit pendant deux jours 

S’approprier du dispositif pour être opérationnel

Pour arriver à une alphabétisation efficace, le personnel de l’éducation de base des jeunes et adultes (EBJA) des niveaux déconcentrés doit   s’imprégner du dispositif de formation initiale des facilitateurs en alphabétisation pour être opérationnel en tant que formateur de formateurs, avec des pratiques harmonisées efficaces et efficientes. Et, c’est bien ce que le consultant en EBJA, M. Mamadou Mara, attendait de la trentaine de participants qui étaient présents

« La formation à l’identification des besoins en formation des apprenants est une des compétences clés que les apprenants ont eu à maîtriser au cours de cet atelier pour mieux déployer leurs activités de formation 

Mais bien au-delà des compétences en lecture écriture et calcul, que délivrent déjà les CEBJA dans leurs localités, l’accompagnement des communautés à l’autonomisation, par le développement de compétences de vie courante est fondamental, pour la réussite de tout ce processus. Et cela les Chargés d’éducation, le remarquent au quotidien au contact de leurs populations.

La demande est très forte dans le département de Podor ma localité, où plusieurs classes ont été ouvertes sur fonds propres par les populations locales elles-mêmes…Nous avons formé des facilitatrices en alphabétisation qui mènent maintenant des activités génératrices de revenus, qui ont ouvert des commerces et gèrent mieux leurs activités, grâce aux outils de comptabilité de gestion acquis lors de nos formations.

selon le doyen des participants M. Elhadji Mamadou Moussa Ba, chargé EBJA de l’IEF de Podor, département situé au Nord-Ouest du Sénégal.

Créé en 2003, le Programme de développement des capacités pour l’éducation (CapED) apporte une assistance ciblée et renforce les capacités nationales à entreprendre des réformes éducatives reposant sur des données factuelles. C’est une plate-forme efficace de mise en oeuvre pour l’UNESCO, qui fournit les moyens d’un soutien cohérent mobilisant l’expertise interne de l’Organisation et orientant les méthodes de travail de son Secteur de l’éducation.  La mise en oeuvre du Programme CapED est assurée par les entités du réseau mondial de l’UNESCO.

fr.unesco.org

Written by Arame

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coordinateur RH/Gestion Administrative et Juridique/Responsable Communication/Chef de base/Stagiaire en Communication/Service des installations frigorifiques/Technicien Réparation/Assistant Service Urgences et Ouvertures/Expert en circulation/Expertise en Travail Social/Expert en Technologie/Chargé de Recrutement et Mobilité/Stagiaire Suivi des Activités/Opérateur de Transfert d’Argent/Assistant Contrôle de Gestion/Gestionnaire de Programme/Chargé de Communication/Concepteur-Rédacteur/Spécialiste des Droits de l’Homme/Responsable des Ventes/Consultant Évaluation Diagnostique/Technicien instrumentation-automation/Assistant Technique et Administratif Projet/Responsable Sureté & Sécurité/Expert en Gestion Entreprise/Stagiaire Contrôleur Qualité/Agent consulaire/Stagiaire Immigration et Gestion des Frontières/Ingénieur Électromécanicien/Stagiaire Technicien en Informatique/Médecins du Monde

Recrutement d’un Technicien Réseaux et Maintenance Informatique

Covid-19-épidémie/covid 19 oif/Constitution et Covid-19/Covid-19-IPSL/Pandémie de Covid-19/Coordinateur Logistique COVID-19/OMS Afrique/Riposte au Covid-19/Pandémie de COVID-19/AUF COVID-19/Résilience au Covid-19/Le Coronavirus/prévention contre le coronavirus/impact du COVID-19

L’Afrique face au Covid-19 : flambée des décès qui augmentent de 43 % en une semaine