in ,

Financement de l’éducation : Le secteur de l’Alphabétisation se voit en parent pauvre

Alphabétisation

Prenant prétexte de la Conférence mondiale sur le financement de l’Education, organisée jeudi et vendredi derniers à Dakar avec la participation de huit présidents de la République dont celui de la France, Emmanuel Macron, la Coalition nationale pour l’éducation pour tous (Cnept) affirme que l’argent mobilisé durant ces deux jours de travail doit servir aussi à la redynamisation de l’alphabétisation, secteur qualifié de parent pauvre du système éducatif sénégalais. Dans un communiqué parvenu à Walf Quotidien, la structure que dirige Silèye Gorbal Sy attire l’attention des autorités sur le sous financement de l’alphabétisation. Pourtant, affirme la Cnept, à la conférence de Bamako en 2007, les chefs d’Etat et de gouvernement avaient pris l’engagement ferme d’affecter au moins 3 % de leur budget en éducation à l’alphabétisation. Malheureusement, tel n’est toujours pas le cas au Sénégal où nous n’avons toujours pas atteint les 2 %. «l’Émergence d’un pays passe nécessairement par le développement des compétences de ses ressources humaines à tous les niveaux et l’alphabétisation peut beaucoup y contribuer. Ce pari, fait sur la formation de l’homme, requiert la mobilisation de tous à travers des programmes et projets pertinents dont la connexion avec les renforcements des capacités, la réduction de la pauvreté où le développement technique et scientifique est obligatoire», estiment  Silèye Gorbal Sy et Cie. Et de poursuivre : «L’alphabétisation doit être une préoccupation majeure de toutes les initiatives sectorielles de redressement des entreprises et du coup lutter contre la féminisation de la pauvreté et les inégalités sociales. Notre pays, pour faire face aux mutations socio-économiques de la démocratie, a opté pour la valorisation des ressources humaines notamment des femmes, des jeunes, des adultes et des exclus, pour en faire des acteurs de développement capables d’appréhender leur environnement et d’être utiles à la société. Mais, doit accorder plus de crédit au financement du sous-secteur de l’alphabétisation.»

Les membres de la Cnept souhaitent que, avec cette conférence de Dakar qui a abouti à des engagements fermes sur le financement, l’alphabétisation soit mieux prise en  charge. Faisant l’analyse objective de la situation actuelle de l’alphabétisation, Silèye Gorbal Sy et ses camarades constatent que le sous-secteur nage dans des difficultés qui ont pour noms : insuffisance des ressources financières destinées à l’alphabétisation ; instabilité institutionnelle ; mauvaise coordination des interventions ; manque de visibilité lié au manque de données fiables du sous secteur et à l’absence d’une stratégie de communication adaptée, etc.

La Cnept qui coordonne la Coalition ouest-africaine pour l’alphabétisation lance encore un appel aux décideurs surtout du Sénégal pour une prise en charge efficace dans le financement de l’éducation de sous-secteurs comme l’alphabétisation.

Pour rappel lors de cette conférence, les acteurs mondiaux de l’éducation ont promis de mobiliser 3,1 milliards de dollars pour la période allant de 2018 à 2020 pour soutenir l’éducation de 870 millions d’enfants dans 89 pays en développement. Durant cette rencontre, 2,3 milliards de dollars ont pu être effectivement mobilisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bobo-Dioulasso

Au Burkina, Maxime Sou, l’enseignant qui a 100 élèves par classe et 100 % de réussite aux examens

Promotion des langues nationales

Promotion des langues nationales : Les autorités académiques s’appuient sur les clubs de langues nationales