in ,

Faculté des Sciences Juridiques et Politiques: Le dernier cours magistral du professeur Amsatou Sow Sidibé

prof de rang magistral

Les étudiants de la faculté de droit de l’Ucad devront apprendre à
faire sans le professeur Amsatou Sow Sidibé pour comprendre les
rudiments de la discipline. L’agrégée de droit qui a consacré près
de 40 ans à ladite faculté a livré, hier, son dernier cours sur les
valeurs morales et sociales.
Même si elle a promis de rester à la disposition de la Faculté des
sciences juridiques et politiques de l’Ucad qu’elle a servie pendant
presque 40 ans, Mme Sidibé, comme l’appellent ses étudiants de la Fac
de Droit, a semblé donner son dernier cours magistral à ses étudiants.
C’était hier, lors de la fête de l’excellence dont elle a été la marraine.
Une fête organisée par l’amicale des étudiants de cette faculté. «En
2012, quand j’ai déserté l’amphi Ahmed Baba pour aller respirer l’air, il y
a eu des étudiants qui m’en ont voulu. Je les ai compris. Mais, ayant
passé des décennies dans les amphithéâtres avec des chaleurs
incommensurables, je leur demande de me permettre de vaquer à
d’autres préoccupations sans jamais les quitter. Mes chers étudiants, je
vous aime mais je pars. Je pars et je reste». Voilà comment le
professeur agrégé de droit a terminé son cours dans une salle pleine
d’étudiants et d’autorités universitaires et publiques. Lequel cours est
différent des autres qu’elle avait l’habitude de dispenser car centré
autour des leçons de vie qui engagent les valeurs sociales et morales de
la société. Alors que la cérémonie avait pour thème l’employabilité des
diplômés de droit et en sciences politiques, le professeur l’oriente sur les
comportements moraux qui doivent précéder la recherche d’emploi.
«Nous faisons aujourd’hui le constat amer qu’une bonne partie des
diplômés de l’université, spécialement en droit, ne trouvent pas de poste
après leur formation universitaire. Pour parer à cette situation, je
voudrais vous faire part de quelques orientations. Vous avez le savoir,
renforcez-le. Faites comme votre marraine qui est encore et toujours à la
quête de nourriture intellectuelle. Cherchez la compétence, c’est-à- dire le
savoir-faire. Cultivez le savoir-être par un comportement exemplaire»,
laisse-t- elle entendre, à l’entame de son propos dans un amphithéâtre
archicomble. Durant lequel, tout était calme. Même le bruit d’une
mouche qui volait se faisait entendre. Pendant une demi-heure, le
professeur a tenu en haleine un public qui l’écoutait religieusement. Un
discours qui a fini par montrer un professeur qui n’est pas uniquement
spécialiste du droit mais aussi capable d’analyser les problématiques qui
sont celles de la vie actuelle. Selon elle, le droit et les sciences politiques
qui organisent la société constituent une matière multidisciplinaire

touchant à tout. Et que la magistrature, le barreau ou la diplomatie ne
sont pas les seuls domaines d’activités en droit et sciences politiques.
«Je pars et je reste»
Pour Mme Sidibé, les diplômés de droit peuvent créer des emplois dans
tous les domaines possibles et imaginables. «Choisissez bien votre voie
et concentrez-vous sur vos envies. La persévérance sera votre meilleure
alliée. Ayez une motivation volontariste qui vous poussera à donner
avant de recevoir. Ayez la foi, soyez généreux et non calculateur tout en
étant vigilant. Ayez la confiance en vos valeurs intrinsèques et continuez
à entretenir votre sens de la créativité et de l’originalité», sermonne le
professeur à des étudiants tout ouïe. Ses conseils appliqués, selon le
professeur, ces jeunes diplômés n’auront rien à envier aux autres. «Je
vous souhaite la bienvenue dans ce combat qui est un combat pour les
valeurs de travail, de préservation de la dignité, de l’honneur, de
l’honnêteté, de la transparence, de la discipline, de la rigueur, de la
patience, de l’endurance, de la conviction, de l’abnégation, de l’humilité…
Restez modestes et humbles, c’est une qualité essentielle», invite-t- elle.
Pour terminer son cours, le professeur a suggéré d’autres
comportements. «Refusez le comportement d’assisté et soyez
dynamique. Refusez d’être formatés en robots, soyez des humanistes.
Soyez des hommes et des femmes véridiques. Car taire la vérité, c’est
enfouir. Respectez vos engagements et la parole donnée», laisse
entendre le professeur.
Au cours de cette cérémonie parrainée par le «pénaliste», Amadou
Faye, et par Mme Sow Sidibé, «maman des étudiants», 15 étudiants,
majors de leurs promotions, allant de la licence 1 au master 1, ont été
primés par l’amicale des étudiants de la faculté des sciences juridiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dette envers les écoles privées

Dette envers les écoles privées: L’Etat traîne une ardoise de 6 milliards

Salon Emploi Jeunes

Abidjan-Semaine nationale de l’Emploi : l’agriculture et les Tics au cœur de l’évènement