in , ,

Bac français 2019 : Une pétition dénonce un poème « trop difficile » pour les ES-S

Bac français 2019
France, Paris, 75, 17ème arrondissement, Square des Batignolles, printemps.

Une pétition, qui recueille 20 000 signatures à ce jour, proteste contre le choix du poème d’Andrée Chedid pour le commentaire de texte, proposé au bac de français pour les élèves de premières ES et S.

Un « sujet trop difficile », et même une « humiliation ». Une pétition a été lancée, lundi 17 juin, pour protester contre le sujet donné aux élèves de premières des séries S et ES, à l’épreuve anticipée de français.

Dans le cadre de cette épreuve, les candidats étaient interrogés sur le sujet « Ecriture poétique et quête du sens, du Moyen Age à nos jours ». Le poème d’Andrée Chedid, Destination : arbre, était proposé au commentaire de texte : c’est sur ce sujet que l’ire se concentre.

« La difficulté de l’épreuve était extrêmement élevée par rapport à la capacité des élèves à raisonner et à connaître des notions sur la poésie », argue la pétition qui recueillait, mardi 18 juin, près de 20 000 signatures et demande « une notation plus souple ».

En vers libres, jugés plus compliqués

Les auteurs de la réclamation relèvent la construction du poème – en vers libres, jugés plus compliqués que des vers classiques – mais aussi le caractère « contemporain » d’Andrée Chedid, peu connue des lycéens.

« Les cours de français travaillent sur des poètes anciens et les mouvements littéraires connus de tous (La Pléiade, le Parnasse, le Romantisme). (…) Ce lundi 17 juin 2019, ce travail fut détruit, inutile et bafoué. Des centaines d’heures de travail pour tomber sur l’inconnu. Non, les élèves ne sont pas entraînés sur l’inconnu », affirment les auteurs de la pétition.

Chaque année, des pétitions semblables sont lancées par des lycéens mécontents des sujets de leur baccalauréat, comme l’année dernière avec un sujet tombé en maths.

Mais pour Denise Maréchal, professeure de français au lycée Le Likès de Quimper, et qui était l’invitée du tchat organisé par Le Mondelundi 17 juin, « il n’y a pas lieu d’une polémique » :

« Depuis des années, on disait qu’on ne donnait que des textes classiques au bacAndrée Chedid permet un changement, d’autant que c’est une femme… Il y en a si peu dans les épreuves. »

Andrée Chedid, une grande inconnue ?

Andrée Chedid, une grande inconnue ? Denise Maréchal récuse : « Elle est reconnue dans les programmes scolaires depuis une dizaine d’années, et elle est beaucoup étudiée, autant pour ses poèmes que pour ses romans… Et puis, les élèves connaissent la famille Chedid, avec le chanteur M [dont Andrée Chedid est la grand-mère et pour lequel elle a écrit des textes], cela leur parle. Et si ce n’est pas le cas, ce n’est pas un problème : les élèves ne sont pas censés connaître l’auteur du commentaire de texte pour bien le réaliser. »

Et pour les étourdis, qui ont pensé qu’Andrée Chedid était un homme dans leur copie et s’en inquiétaient à la sortie, ils ne seront pas pénalisés pour cette erreur, rassure Denise Maréchal.

Pour la professeure, le texte présentait une « grande richesse »capable d’inspirer les lycéens : « Il répondait à des problématiques très contemporaines. La notion de l’arbre comme symbole est extrêmement exploitée politiquement, philosophiquement. Quand on voit les étudiants manifester dans les rues pour le climat, quoi de mieux que cet arbre, seul dans la ville, pour leur parler ? » Elle poursuit : « La terre comme source de vie, l’évocation des sens, l’arbre comme symbole de l’humanité… Le texte d’Andrée Chedid était riche de suggestions à exploiter. »

lemonde.f

Avatar

Written by Moustapha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finale internationale MT180

AUF-Finale internationale de MT180: Le MESRI et Catherine Penda Mbaye déterminés à remporter la victoire

Nouveau bâtiment de la FLSH

Faculté des Lettres et Sciences Humaines : Les 15 meilleurs étudiants couronnés !