in

Développement : le capital humain, un argument économique

croissance ralentie en afrique/Lancé en 2013 par le Groupe de la Banque mondiale, le programme de recrutement d'étudiants-chercheurs africains est destiné aux jeunes talents africains/capital humain/Programme de recrutement de jeunes professionnels

Dans le mouvement évolutif des pays dans le monde, la Banque mondiale (BM) estime que le potentiel de chaque individu va devenir l’investissement de long terme le plus important pour assurer la prospérité et la qualité de vie future de chaque peuple.

Plusieurs paramètres justifient un choix de plus en plus judicieux des investissements dans les pays en développement. En effet, le retard accumulé dans l’espérance de vie et tant d’autres défis vont pousser les Etats à canaliser stratégiquement leurs investissements dans la santé et l’éducation. En effet, les dirigeants des pays en développement peuvent désormais faire prévaloir un argument économique derrière cette politique nationale qui ne prenait en compte jadis que la simple obligation morale pour tout dirigeant soucieux du développement de sa population. Tout investissement dans ces secteurs offre en plus à la population les moyens de s’épanouir et de soutenir la concurrence dans un environnement évolutif, insiste la BM.

Dans un monde en pleine mutation, il n’y a plus de place pour le seul capital physique dont les routes, les ponts, les aéroports et les autres infrastructures, renchérit la BM. Comme le fait remarquer cette institution de Breton Woods, beaucoup de pays ont négligé leurs ressources humaines à cause des retombées plutôt lentes de ces investissements et surtout des difficultés à procéder à une évaluation objective au moment opportun. Dans de nombreux pays du monde, la main d’œuvre n’est pas préparée à l’ avenir qui se dessine rapidement, s’inquiète la BM. Par ailleurs, il faut tenir compte obligatoirement du déplacement plus rapide de la frontière des compétences. « Les pays doivent préparer leur main d’œuvre aux impressionnants défis comme aux incroyables opportunités qui accompagnent les avancées technologiques », prévient l’institution. Alarmiste, la BM note que les gouvernements ont un rôle clé à jouer dans la transformation du capital humain parce que la pauvreté, les inégalités et d’autres facteurs contraires empêchent de nombreux parents d’investir dans la santé et l’éducation de leurs enfants.

adiac-congo.com

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Foundiougne

Cantines scolaires : Serigne Mbaye Thiam donne Foundiougne en exemple aux IEF

santé de la reproduction

Kolda : une cinquantaine de jeunes à l’école de la santé de la reproduction