in

La Banque mondiale va doter l’Afrique de l’Ouest d’un Centre d’excellence agricole

Émigration en Europe/Centre d’excellence agricole

La Banque mondiale va financer la création d’un centre de recherche agricole en Afrique de l’Ouest. C’est ce qu’a annoncé Pierre Laporte (photo), le directeur des opérations pour le Togo, le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée et la Côte d’Ivoire, la semaine dernière lors d’une conférence de presse à Abidjan.

La mise en place de cette infrastructure qui coûtera 70 millions $ (39,39 milliards Fcfa), devrait permettre aux pays de la sous-région de développer leur politique agricole.

A terme, le projet prévoit d’accélérer la modernisation du secteur et « la connectivité du paysan », à travers l’e-agriculture qui vise à faciliter la visibilité physique comme virtuelle des fermiers. Ainsi, ces derniers pourront facilement vendre leurs récoltes en ligne.

Le projet taillera la part belle à la recherche afin d’aider « les pays de la sous-région à adresser des questions agricoles », a indiqué le responsable de la banque devant les médias.

La Banque mondiale, dans sa politique d’appui au développement, intervient activement dans les secteurs clés de l’agriculture et aussi de l’éducation en Afrique, à travers le financement de plusieurs projets.

Au Togo, l’institution de Bretton Woods active sur plusieurs projets, prévoit à travers son nouveau cadre de partenariat 2017-2020, renforcer son soutien à l’économie togolaise, notamment les secteurs porteurs comme l’Agriculture.

agenceecofin.com

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

One Comment

Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

textile

Le Rwanda et les Etats-Unis en guerre commerciale sur le textile

Réclamation des aides sociales

UCAD : les étudiants du privé réclament leurs aides sociales et s’adonnent à la violence