in , , ,

Un universitaire réclame la ratification rapide de la Charte sur la démocratie

Charte sur la démocratie
Ousmane Khouma, professeur de droit public à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), a insisté, lundi, sur la nécessité d’un plaidoyer en vue de la ratification rapide de la Charte sur la démocratie, la gouvernance et les élections au Sénégal.
’’Du point de vue de la démocratisation du continent que cette charte promeut, il faut un plaidoyer très fort pour que cette ratification se fasse très rapidement’’, a-t-il dit lors d’un atelier de lancement du projet “Accélérer la ratification et la domestication des traités de l’Union africaine” (UA).
Selon lui, la non ratification de cette charte par le Sénégal, ne cesse d’interpeller tant du point de vue de l’enjeu lié au rayonnement de la démocratie que de celui lié à l’importance de cet instrument dans le cadre de la démocratisation en Afrique.
Il a relevé que ’’le Sénégal a ratifié tous les traités, à l’exception notable de la Charte africaine de la démocratie, de la gouvernance et des élections’’.
Pour lui, le Sénégal a été choisi pour le lancement de la première phase de ce projet, en raison de l’enracinement de ses principes démocratiques et du dynamisme de sa société civile.
’’Il est assez incompréhensible que le Sénégal n’ait pas toujours ratifié la Charte africaine de la démocratie, la gouvernance et les élections, alors qu’il demeure une vitrine démocratique dans le continent’’, s’est-il étonné.
Au-delà de la réaffirmation des principes et structures sur lesquels doit reposer un régime démocratique, dit-il, la charte entend établir des garde-fous, permettant au plan régional de réagir en cas d’altération ou de rupture de l’ordre constitutionnel.
’’Les traités de l’UA fournissent le mécanisme normatif et légal à travers lequel les Etats membres pourraient encourager l’intégration politique et économique, tout en renforçant les efforts en vue de la paix, la sécurité, la réduction de la pauvreté, etc.’’, a pour sa part indiqué le coordonnateur adjoint du projet “Accélérer la ratification et la domestication des traités de l’UA” à Addis Ababa (Ethiopie), David Mosofa.
Il a de ce fait émis le souhait de voir le Sénégal ratifier le traité sur la démocratie, les élections et la gouvernance, tout en insistant sur la mise en application des accords qu’il a déjà ratifiés.
Pour lui, le manque de volonté politique, les priorités divergentes, la faible capacité des Etats et la mauvaise gouvernance sont les obstacles à la mise en application des traités ratifiés par les pays.
Six pays, dont le Sénégal, ont été choisis pour la phase pilote de ce projet, en raison de leur enracinement dans les principes et valeurs démocratiques.
aps.sn

Avatar

Written by Fama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dakar Legaltech: Forum sur l’alliance du Droit et des Technologies de l’Information et de la Communication

planète dans le système solaire

Les chercheurs découvrent une nouvelle planète dans le système solaire