in

Cheikh Anta Diop : Jalons biographiques et bibliographiques

Par contre dans le domaine linguistique, le professeur Jean Devisse, rapporteur du colloque, écrit qu’“un large accord s’est établi entre les participants”. “Les éléments apportés par les professeurs Diop et Obenga ont été considérés comme très constructifs. (…) Plus largement, le professeur Sauneron a souligné l’intérêt de la méthode proposée par le professeur Obenga après le professeur Diop. L’Égypte étant placée au point de convergence d’influences extérieures, il est normal que des emprunts aient été faits à des langues étrangères ; mais il s’agit de quelques centaines de racines sémitiques par rapport à plusieurs milliers de mots. L’égyptien ne peut être isolé de son contexte africain et le sémitique ne rend pas compte de sa naissance ; il est donc légitime de lui trouver des parents ou des cousins en Afrique.”

La conclusion générale indique que “La très minutieuse préparation des communications des professeurs Cheikh Anta Diop et Obenga n’a pas eu, malgré les précisions contenues dans le document de travail préparatoire envoyé par l’UNESCO (voir annexe 3), une contrepartie toujours égale. Il s’en est suivi un véritable déséquilibre dans les discussions”.

Ce colloque a marqué une étape capitale dans l’historiographie africaine. Pour la première fois des experts africains ont confronté, dans le domaine de l’égyptologie, les résultats de leurs recherches avec ceux de leurs homologues des autres pays, sous l’égide de l’UNESCO.

La légitimité scientifique de rechercher systématiquement les liens, quels qu’ils soient, pouvant exister entre l’Égypte ancienne et le reste de l’Afrique noire a été reconnue au plan international comme en témoignent les recommandations adoptées par l’ensemble des spécialistes présents au Caire.

Le fait que l’Égypte ancienne soit traitée dans le cadre de l’Histoire générale de l’Afrique, ainsi que la rédaction par Cheikh Anta DIOP dans le Volume II du chapitre I intitulé “L’origine des anciens Égyptiens” (cf. l’Histoire générale de l’Afrique op. cit. pp. 39-72), constituent deux exemples des retombées directes du colloque du Caire.

A la 9e Biennale de la A.S.O.A., Abidjan (Côte d’Ivoire) qui a lieu du 27 mars au 1er avril 1974 et dont le thème des débats est : “un nouveau modèle politique scientifique en Afrique de l’Ouest”, il envoie une communication intitulée : “Perspectives de la recherche scientifique en Afrique”, qui sera présentée par le professeur Souleymane Niang, actuel recteur de l’Université de Dakar.

Du 25 au 30 mars 1974, il participe au XXIVe Congrès de l’Institut International de Sociologie, à Alger.

1975 : Aux USA, le 4 avril 1975, l’association “The African Heritage Studies Association” lui décerne une plaque commémorative pour sa contribution à la préservation et au développement de la vie et du patrimoine des peuples d’origine africaine dans le monde.

Cheikh Anta Diop prononce une conférence sur “Les origines africaines de l’Humanité et de la civilisation”, dans le cadre des réunions sur l’Histoire Générale de l’Afrique, qui se sont tenues à Cotonou au Bénin en début septembre 1975 et qui réunissaient plusieurs historiens parmi lesquels J. Ki-Zerbo, J. Devisse, M. El Fasi, J.F. Ade Adjayi.

Le 22 novembre 1975, il se rend en Guinée, sur invitation de Sékou Touré, pour assister, à côté des délégations des pays progressistes, à la commémoration de la victoire du peuple de Guinée sur les forces portugaises qui avaient agressé ce pays.

Il participe au 2e Congrès Ordinaire de l’Association des Historiens Africains, Yaoundé (Cameroun), qui se déroule du 16 au 20 décembre 1975.

1976 : C’est l’année de parution de l’ouvrage L’Antiquité africaine par l’image co-édité par les Nouvelles Éditions Africaines et l’IFAN de Dakar.

Il participe au Symposium Afro-Arabe sur la libération et le développement, qui se tient à Khartoum (Soudan) du 7 au 11 janvier 1976.

Un Colloque international sur le thème Afrique noire et Monde méditerranéen dans l’Antiquité, est organisé par le professeur Raoul Lonis de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Dakar, du 19 au 24 janvier 1976, qui rassemble hellénistes, égyptologues et spécialistes de l’Antiquité. Cheikh Anta Diop y donne une conférence dont le titre est “Évolution de l’humanité de la Préhistoire à la fin de l’Antiquité”.

Rapporteur de la Conférence régionale sur la coopération technique entre les pays africains, il effectue des missions dans différents pays africains pour le compte de la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique.

En septembre 1976, il participe au IXe congrès de l’Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques (UISPP) qui se tient à Nice, et à l’issue duquel il est élu membre du Bureau de l’UISPP.

Il crée, le 3 février 1976, un nouveau parti politique, le RND (Rassemblement National Démocratique) dont l’organe de presse est Siggi puis Taxaw et dans lequel Cheikh Anta Diop publiera plusieurs articles concernant la politique intérieure sénégalaise, mais aussi la politique internationale, la question de l’énergie à l’échelle du continent africain, celle des déchets toxiques, etc. La loi dite “loi des trois courants” — socialiste, libéral et marxiste-léniniste — est promulguée le 19 mars 1976 et appliquée de manière rétroactive dans le but de rendre illégal le RND. Cette loi impose à l’opposition de se référer explicitement aux trois courants précités qui devaient désormais réglementer la vie politique au Sénégal. Le parti au pouvoir s’attribue l’étiquette socialiste, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) prend l’étiquette de parti libéral. Le RND de Cheikh Anta Diop refuse de se plier à cette exigence et s’engage alors un bras de fer politico-judiciaire entre le gouvernement de Senghor et le RND, qui n’aura de cesse de lutter pour sa reconnaissance, pour la défense des acquis démocratiques et le progrès de la démocratie au Sénégal.

1977 : Parution du livre Parenté génétique de l’égyptien pharaonique et des langues négro-africaines où Cheikh Anta Diop systématise en particulier la comparaison linguistique entre l’égyptien ancien et le wolof, sa langue maternelle.

A l’initiative du RND une pétition demandant le retour à un multipartisme véritable au Sénégal est signée par plusieurs centaines d’intellectuels sénégalais.

1978 : Le 13 mars 1978, le Sénégal perd Cheikh Ahmadou M’Backé. Éminent chef spirituel appartenant à la confrérie musulmane des Mourides, c’était un homme de principes exceptionnel, d’une vaste culture, d’une intelligence, d’une ouverture d’esprit et d’une générosité hors du commun, reconnues de tous. Une amitié profonde unissait Cheikh Ahmadou M’Backé et Cheikh Anta Diop.

1980 : Il prépare le premier congrès de l’Association des Chercheurs du Monde noir dont il est le président.

Le 25 février, l’Université nationale du Zaïre lui décerne la Médaille d’Or de la recherche scientifique africaine et le Grand Prix du Mérite scientifique africain.

1981 : Il est nommé professeur d’histoire associé à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Dakar. Vingt-sept ans après la parution de Nations nègres et Culture, vingt et un ans après son doctorat d’État, l’Université de Dakar s’ouvre enfin à son enseignement de l’histoire. Il y enseignera en maîtrise, en DEA et dirigera des thèses jusqu’à sa disparition en 1986.

Parution du livre Civilisation ou Barbarie — Anthropologie sans complaisance (Présence Africaine).Ce livre, dédié à la mémoire du grand homme de culture, Alioune Diop, lui vaudra une distinction : le Grand Prix Scientifique de l’Institut Culturel Africain (ICA).

En 1980, l’UNESCO, alors dirigée par Amadou Mahtar M’Bow, décide d’écrire une nouvelle Histoire du développement scientifique et culturel de l’humanité. En 1981, Cheikh Anta Diop figure avec les égyptologues Théophile Obenga, Aboubacry Moussa Lam, Babacar Sall et les historiens Joseph Ki-Zerbo et Iba Der Thiam parmi les spécialistes sollicités. Il fait partie de la commission internationale mise en place pour ce projet dont le premier secrétaire général est l’historien Alioune Traoré. Il est en outre désigné co-directeur du Volume II (Du troisième millénaire au VIIe siècle avant J.-C.).

Du 30 mars au 31 avril 1981, à Athènes, il participe au colloque Racisme, science et pseudo-science, réuni par l’UNESCO en vue de l’examen critique des différentes théories pseudo-scientifiques invoquées pour justifier le racisme et la discrimination raciale. Sa communication a pour titre “L’unité d’origine de l’espèce humaine”. L’écrivain Tahar Ben Jelloun en rend compte dans le quotidien français Le Monde. Le célèbre généticien Albert Jacquard participait également à ce colloque. Les Actes de ce colloque ont été publiés par l’UNESCO avec une préface du professeur François Jacob, Prix Nobel de Médecine .

Léopold Sédar Senghor quitte le pouvoir en décembre 1980. Son successeur est le président Abdou Diouf. Celui-ci fait voter par l’Assemblée nationale une loi supprimant la limitation du multipartisme. Le 7 avril 1981, le Tribunal correctionnel de Dakar met un terme aux poursuites judiciaires engagées par le gouvernement sénégalais contre Cheikh Anta Diop. Le 18 juin 1981, le RND de Cheikh Anta Diop est enfin reconnu après cinq années d’une lutte sans relâche.

1982 : En avril-mai 1982, à l’initiative des Éditions Sankoré dirigées par le linguiste Pathé Diagne, est organisé à l’Université de Dakar, un symposium sur l’ensemble de son œuvre. Cheikh Anta Diop répond de manière approfondie à l’ensemble du corps universitaire qui a procédé à une analyse critique de ses écrits.

Il prononce à Alger, le 30 novembre 1982, une conférence intitulée “Les apports scientifiques et culturels de l’Afrique à l’humanité”.

1983 : Répondant à l’invitation de l’écrivain antillais Daniel Maximin et d’Ernest Pépin, directeur duCentre d’Action Culturelle de la Guadeloupe, il donne plusieurs conférences en Guadeloupe.

Il préside, à l’Université de Dakar, du 7 au 8 juin 1982, le colloque Philosophie et Religion, organisé par la “Revue sénégalaise de philosophie”. Sa propre communication s’intitule “Science et Religion. Les crises majeures de la philosophie contemporaine“.

A l’issue des élections législatives, Cheikh Anta Diop refuse de siéger à l’Assemblée nationale en raison de l’ampleur des fraudes constatées.

1984 : Le 28 avril 1984, dans le cadre de la Semaine culturelle de l’École Normale Germaine Legoff à Thiès au Sénégal, il présente une communication intitulée : “Làmminu réew mi ak gëstu” (Langues nationales et recherche scientifique), dont la transcription a été réalisée par le linguiste Aziz Diaw et la publication assurée par le linguiste Yéro Sylla, président de l’Association des Chercheurs Sénégalais, dans la revue “Le Chercheur“.

Il donne, du 8 au 13 mai 1984 à Niamey au Niger, une série de conférences à l’invitation du Gouvernement nigérien.

1985 : Cheikh Anta Diop est invité à Atlanta aux USA ; il est reçu par le maire d’Atlanta Andrew Younget par l’Association Martin Luther King. Il donne plusieurs conférences et interviews. Le 4 avril 1985 est proclamé “Dr. Cheikh Anta Diop Day”.

Le 7 juin 1985, il donne une conférence portant sur “L’importance de l’ancienne Égypte pour les civilisations africaines”, au Centre Georges Pompidou de Beaubourg, à Paris, dans le cadre des“Journées des Cultures Africaines 2” organisées par l’Association Kaléidoscope et le Service des Affaires Internationales du Ministère de la Culture français.

1986 : Du 6 au 9 janvier 1986, à Yaoundé, il préside le Colloque sur l’Archéologie camerounaise. Il donne, le 8 janvier, dans le Palais des Congrès de la capitale camerounaise, sa dernière conférence :“La Nubie, l’Égypte et l’Afrique noire”.

Cheikh Anta DIOP décède le 7 février 1986, à son domicile de Fann, quartier situé non loin de l’Université de Dakar qui aujourd’hui porte son nom. Il laisse inachevé un travail, publié aux Éditions Présence Africaine sous le titre Nouvelles recherches sur l’égyptien ancien et les langues négro-africaines modernes.

www.cheikhantadiop.net

 

< ! – – nextpage – – >

JournalU

Written by JournalU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Appel à contributions pour le numéro 82 de la revue Autrepart

Lancement de la quinzaine de la francophonie : l’environnement au cœur des activités