in

Classement Times Higher Education: Les universités chinoises écrasent la concurrence

Classement THE

Les universités chinoises brillent dans le classement Times Higher Education (THE) des meilleures universités des économies émergentes, paru le 9 mai dernier. Une tendance qui se confirme d’année en année.

Depuis cinq ans, le magazine Times Higher Education (THE) publie un classement des meilleures universités dans les économies émergentes*. Et si celui-ci s’est doté d’un nouveau nom – abandonnant l’acronyme BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine Afrique du Sud) pour mettre en avant un nombre plus important de pays émergents – la tendance de fond reste la même : les universités chinoises sont ultra-dominantes.

Sur 350 universités classées pour l’édition 2018, la Chine place 63 établissements, soit 11 de plus que l’an passé. Les universités chinoises représentent désormais une université sur cinq dans ce classement. Et parmi les dix meilleurs établissements des économies émergentes, sept sont chinois.

Rang 2018Nom de l’universitéPosition en 2017Position dans le classement mondial des universités en 2018Pays
#1Peking University127Chine
#2Tsinghua University230Chine
#3Lomonosov Moscow State University3194Russie
#4Fudan University6116Chine
#5University of Science and Technology of China5132Chine
#6Zhejiang University9177Chine
#7Shanghai Jiao Tong University7188Chine
#8Nanjing University11169Chine
#9University of Cape Town4171Afrique du Sud
#10National Taiwan University10198Taiwan

Un système d’éducation à deux vitesses

Cette politique d’excellence porte ses fruits mais n’est pas sans conséquence. Elle contribue à creuser un “gap entre les universités d’élite et le reste de l’enseignement supérieur” chinois, juge Ellie Bothwell, journaliste au THE. Des spécialistes interrogés dans l’étude alertent d’ailleurs sur ces “inégalités d’éducation” grandissantes dans le pays. Ils appellent le gouvernement chinois à résorber ces différences de traitement et de moyens associés entre les universités.

Cet enseignement à deux vitesses se constate dans les chiffres puisque les 14 universités chinoises présentes dans le top 50 sont restées stables ou ont gagné des places alors que celles en dessous ont toutes reculé par rapport à leur rang de 2017.

Le classement révèle aussi la difficulté des universités des économies émergentes à se faire une place parmi les meilleures mondiales. Mise à part les universités de Pékin et de Tsinghua – qui trustent les deux premières places du classement “économie émergentes” depuis 5 ans et se placent respectivement au 27e et 30e rang à l’échelle mondiale – toutes les autres universités du top 10 dépassent largement la 100e place du classement mondial.

L’Inde et le Brésil en trompe l’oeil

Derrière le mastodonte chinois, suivent l’Inde avec 42 universités (soit 15 de plus qu’en 2017), ainsi que le Brésil qui complète le podium, avec 32 universités. Mais c’est un succès en trompe l’oeil, car l’un comme l’autre ont vu la majorité de leurs universités perdre du terrain. Du reste, l’Inde n’arrive à placer que quatre universités dans le top 50, seulement deux pour le Brésil.

L’étude note que la “majorité des universités qui ont perdu du terrain ont souffert de la compétition interne avec les autres institutions au sein de leurs pays. Celles qui ont gagné des places ont obtenu des meilleurs résultats dans les catégories éducation et réputation de la recherche”.


*Réalisé sur la même base que le classement Times Higher Education des meilleures universités mondiales avec 13 indicateurs de performance, l’étude prend en compte la qualité de l’enseignement et de la recherche, le nombre de citations dans les revues universitaires, mais aussi la dimension internationale et les transferts de connaissance. Les universités de 42 pays sur 4 continents ont été passées au crible.

lesechos.fr

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

recrutement de Tuteurs/enseignants tuteurs/analyse de réseaux/Démarrage des inscriptions/concours africain de plaidoirie/Espace Numérique Ouvert de Thiès/Retard de paiement de bourses

UVS: Prolongation des inscriptions administratives et pédagogiques

JCI-Bénin

Conférence JCI Afrique et Moyen-Orient:Le Bénin accueille l’événement pour des actions à grands impacts