in

Rassemblement des sortants du Cneps de Thiès: «Nous voulons enseigner»

Cneps de Thiès

Rassemblés ce mardi devant l’Inspection d’académie (Ia) de Dakar, le collectif des professeurs sortants du Centre national d’éducation populaire sportive (Cneps) de Thiès, a battu le macadam ce mardi. Exprimant leur colère, ils revendiquent leur recrutement dans la Fonction publique. « Nous voulons enseigner », scandaient les manifestants lors de leur marche.

« Ils sont au nombre de 286 professeurs très bien formés et aptes à enseigner l’éducation physique depuis 2011, fulmine Hyppolite Mignane Diome, le coordonnateur dudit collectif. Et, que fait le ministre de l’Education nationale ? Il en a recruté 81, laissant en rade 185. Alors qu’il y a un manque criant de professeurs d’éducation physique dans les établissements scolaires. » Un besoin estimé à 465, souligne-t-il.

Matar Bâ, le ministre des Sports, en a également pris pour son grade. « Ce que nous demandons aussi au ministère des Sports, c’est d’user de ses prérogatives. L’enseignement de l’éducation physique et la formation des cadres de l’éducation physique et du sport, sont sous sa responsabilité», assène Diome.

En plus de faire le tour de toutes les Ia du Sénégal, les manifestants comptent organiser une autre marche au mois de novembre à Thiès.

seneweb.com

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cudepes/Dette de l’État aux établissements privés/privés /Fepes/établissements privés

Dette de l’État aux établissements privés : La Fepes se radicalise et exclut tous les étudiants de l’État

Code des communications/asphyxier les réseaux sociaux/taxe sur les réseaux sociaux/Facebook, Twitter, WhatsApp : les réseaux sociaux désormais taxés en Ouganda

Afrique : Quand l’Etat tente d’asphyxier les réseaux sociaux