in

Burkina Faso: Les syndicats de l’éducation annoncent une grève de 72h en janvier

CNSE du Burkina Faso

La Coordination Nationale des Syndicats de l’Education ont annoncé, dans une lettre adressée au chef de l’État burkinabè, un préavis de grève Rechercher grève allant du mardi 09 Janvier à 00 heure au Jeudi 11 Janvier 2018 pour exiger la satisfaction de la plateforme minimale l’adoption d’un statut valorisant des personnels de l’éducation et de la recherche, l’amélioration de l’accès à l’éducation et des conditions de travail et la revalorisation de la fonction enseignante.

Après un précédent préavis, le Premier Ministre avait reçu la Coordination Nationale des Syndicats de l’Education (CNSE) le 14 Novembre 2017 dans son cabinet et lui a annoncé la mise en place d’un comité de négociation présidé par le Premier Ministère et comprenant les Ministères de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, de la Fonction Publique, de l’Economie et des finances et les quinze (15) représentants des syndicats.

Il s’agissait pour ce comité d’examiner la plateforme des syndicats Rechercher syndicats qui souhaitent l’adoption d’un statut valorisant des personnels de l’éducation et de la recherche, l’amélioration de l’accès à l’éducation et des conditions de travail pour une efficacité du système éducatif et la revalorisation de la fonction.

“Nous avons été désagréablement surpris de la teneur des réponses que le gouvernement a réservé aux revendications et qu’il a communiqué le 12 décembre 2017. Notre Coordination juge ces réponses inacceptables”, ont écrit la quinzaine de syndicats.

“Au regard de ce qui précède, Excellence Monsieur le Président du Faso, Président du conseil des Ministres, la CNSE vous informe qu’elle appelle l’ensemble des travailleurs de l’éducation et de la recherche à : Un arrêt de travail de soixante-douze (72) heures allant du mardi 09 Janvier à 00 heure au Jeudi 11 Janvier 2018 à 24 heures”, poursuivent le texte.

Par ailleurs les syndicats Rechercher syndicats ont décidé de la poursuite de la suspension des évaluations au post-primaire et au secondaire, des évaluations et des compositions trimestrielles au préscolaire et au primaire, le non traitement des dossiers d’examen et concours au primaire, au post-primaire et au secondaire, la transmission du courrier en l’occurrence les statistiques et les rapports trimestriels et ce jusqu’à la fin du deuxième trimestre de l’année scolaire 2017-2018.

Selon eux, ces actions visent à exiger un traitement plus approprié de la plate-forme autour de laquelle la forte mobilisation des personnels de l’éducation et de la recherche témoigne de leurs attentes.

Ils se sont dits “déterminés” pour une “satisfaction de la présente plate-forme, gage du retour d’un climat de travail serein dans le système éducatif”

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

budget 2019 du ministère de l'éducation nationale/Partenariat mondial pour l'éducation GPE

Éducation : 2017, une année riche en activités à Kaffrine

FIDAK 2017-ASEPEX

FIDAK 2017-Journée de l’ASEPEX: “Salons, Foires et Expositions : Quels impacts pour les Exportations”