in

L’Afrique a un potentiel phénoménal pour le commerce intra-continental

Walk the Talk Dakar/économie africaine sur la voie/commerce intra-continental

Neuf des 55 pays d’Afrique ont signé le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) afin de créer un marché continental unique pour les biens et services, avec une libre circulation des entreprises et des investissements. Lorsque au moins 22 pays l’auront ratifié, l’ALFCA entrera officiellement en vigueur, faisant potentiellement du continent le plus grand bloc commercial du monde. Zipporah Musau d’African Renewal s’est entretenu avec le secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Mukhisa Kituyi, sur ce que les pays ont à gagner et sur les défis à relever. Extraits:

Afrique Renouveau: Que dites-vous de la pression de l’Afrique pour une zone de libre-échange alors que certains pays occidentaux deviennent de plus en plus protectionnistes ?

Dr. Kituyi : Pour l’Afrique, une détermination claire à développer le commerce entre nous est une étape importante. Les incertitudes dans le commerce international augmentent la prime sur le commerce intra-africain régional. Deuxièmement, ce que nous avons appris du reste du monde, c’est que même s’il y a un protectionnisme populiste, c’est une phase à court terme que nous allons quitter. Mais pour que l’Afrique puisse tirer des enseignements de l’expérience de l’Asie de l’Est et de l’Amérique latine alors même que nous attendons la fin du protectionnisme, nous devons renforcer les capacités commerciales via les chaînes de valeur régionales. Le commerce de l’Afrique entre ses États membres renforce sa capacité à commercer. Les expériences acquises permettront d’accroître la part de marché à l’échelle internationale. L’Afrique doit renforcer la capacité et la transformation structurelle nécessaires pour devenir un acteur international compétitif. La création d’un continent avec une zone de libre-échange est donc une étape importante dans la construction collective de la compétitivité de la main-d’œuvre africaine et des produits africains sur le plan interne et international.

Quels sont les trois gains les plus immédiats pour un pays africain dans une zone de libre-échange ?

Dr. Kituyi : Toutes les études montrent que ce que l’Afrique vend en Afrique a plus de valeur ajoutée que ce que l’Afrique vend au reste du monde, principalement des matières premières. Cela signifie que le commerce intra-africain crée plus d’emplois dans le pays d’origine que le commerce de l’Afrique avec le reste du monde. Nous cherchons à obtenir plus d’emplois industriels et à valeur ajoutée en Afrique grâce au commerce intra-africain. Deuxièmement, cela renforcera la compétitivité, que vous pourrez ensuite libérer dans le reste du monde. Troisièmement, nous éliminerons les distorsions du marché intérieur, qui alourdissent le fardeau des consommateurs nationaux en raison d’un trop grand protectionnisme.

L’AfCFTA influencera-t-elle l’approche de la CNUCED dans ses opérations en Afrique? Voulez-vous, par exemple, traiter avec le continent comme une entité unique par opposition à des pays individuels ?

Dr. Kituyi : Personnellement, j’ai participé à la conception de l’architecture de l’AfCFTA, alors j’ai travaillé avec cela dès le premier jour. En tant qu’organisation, la CNUCED a non seulement encouragé l’UA à créer une zone de libre-échange, mais nous avons également formé des négociateurs pour les régions et les pays. Par exemple, nous avons formé des responsables techniques régionaux de la CEDEAO [Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest] et de la SADC [Communauté de développement de l’Afrique australe] sur les négociations de service.

Quelles sont les offres ? Quelles sont les implications ? Que pouvez-vous faire ? Que ne devriez-vous pas faire ? Quelles sont les actions correctives en cas d’inondation sur certains services ? Ce soutien technique aux négociateurs nationaux a été un rôle que nous avons joué avant l’AfCFTA, et nous l’intensifions maintenant au moment où nous nous préparons à la prochaine étape, qui porte davantage sur le commerce des services que sur les biens, pour créer un marché commun continental du commerce électronique. . Nous travaillons donc avec les États membres et les organes de l’UA pour renforcer les capacités et traduire les promesses de la ZLEAC en gains économiques réels.

Les tarifs seuls ne constituent pas le principal obstacle au commerce intra-africain. Une infrastructure médiocre et le faible niveau de fabrication dans certains pays signifient qu’ils ne produisent pas une quantité importante de produits finis à exporter. Quelle est votre prise ?

Dr. Kituyi : Les tarifs ne sont pas le seul problème, c’est une vérité dominante. Il y a beaucoup à faire pour réaliser le potentiel du commerce intra-africain. Mais l’affirmation selon laquelle nous produisons des produits similaires n’est pas vraie. Même les villages voisins échangent entre eux. Je viens d’un endroit près de la frontière entre le Kenya et l’Ouganda et je sais depuis le début que nous avons échangé avec nos voisins. L’Afrique négocie beaucoup au-delà des frontières. Par exemple, il existe un grand marché en Afrique de l’Ouest pour le thé et le café d’Afrique de l’Est. Il existe un grand marché en Afrique de l’Est pour les plantains et les produits spécialisés de l’Afrique de l’Ouest. Il existe un grand marché pour l’industrie créative, par exemple les films et la musique nigérians, dans le reste de l’Afrique. Les Africains ont un potentiel phénoménal pour le commerce intra-continental. De même, le commerce n’est pas statique. Il n’y a pas de loi qui stipule qu’un pays comme la Tanzanie, par exemple, ne doit commercialiser qu’un certain ensemble de produits. Les pays développeront toujours des capacités et des opportunités, et les innovateurs apporteront de nouveaux produits que vous ajouterez sur le marché. Ainsi, la diversification est prise en compte dans la mesure où le commerce renforce les interactions économiques.

Qu’en est-il des défis d’infrastructure ?
Dr. Kituyi : Certes, nous avons une infrastructure d’extraction coloniale, où vous trouvez qu’une ligne de chemin de fer va de Kasese, en Ouganda, au port de l’océan Indien pour transporter du cuivre à des fins d’exportation. L’infrastructure intégrative est une considération critique pour le commerce intra-africain, et je suis heureux que quelque chose soit fait à ce sujet. Nous avons actuellement la route du Cap à Le Caire, qui a été asphaltée à Addis-Abeba. Il y a d’autres initiatives, comme le Corridor Nord, et les Chinois encouragent les investissements pour construire la route de Kampala à l’océan Atlantique. Je vois l’importance de la ligne de chemin de fer entre Dar es-Salaam et le Rwanda, entre autres. Ainsi, l’infrastructure d’intégration déjà en construction sera prête pour le test des défis de l’infrastructure demain.

Quels sont alors les principaux défis pour le commerce intra-africain ?
Dr. Kituyi : L’un des principaux obstacles au commerce intra-africain est constitué par les obstacles non tarifaires au commerce. Quand il y a un déficit de bonne volonté politique, des excuses sont faites pour ralentir le commerce. Plusieurs fois, les commerçants atteignent la frontière et se font dire: «Ce produit semble trop vieux pour nous être vendu» ou «La qualité ne semble pas être correcte» ou «Nous ne pouvons pas vérifier que cela a été fait dans votre pays. «L’absence de bonne volonté conduit à utiliser trop de mesures non tarifaires comme excuses pour ralentir les échanges. Cultiver la bonne volonté exige que les barrières non tarifaires soient réduites et que le commerce augmente entre les pays africains.

Cela n’affecte-t-il pas davantage les femmes commerçantes ?
Dr. Kituyi : Le mois dernier, j’ai publié une étude à Nairobi sur le genre et le commerce en Afrique de l’Est. Il est vrai que les femmes ont plus que les défis habituels du commerce transfrontalier. Parfois, ils sont victimes d’abus sexuel et de harcèlement. Parfois, ils sont victimes des problèmes typiques des petits commerçants, car l’architecture de l’intégration en Afrique de l’Est définit un conteneur de 40 pieds transporté de Dar es-Salaam à Nairobi comme commerce régional, mais un sac de 20 kilos de les marchandises. »Les rédacteurs répondant aux intérêts des grandes entreprises dans les villes, ils n’ont pas prêté attention au droit des communautés frontalières et des petits commerçants de traverser la frontière. Les difficultés énormes que rencontrent les femmes commerçantes sont essentiellement dues au fait qu’elles ne constituent pas un groupe politique fort qui obtient des réponses des décideurs politiques sur le commerce régional. Nous avons notamment préconisé des procédures simplifiées pour le commerce transfrontalier et la déstigmatisation du commerce à petite échelle. Celles-ci représentent une inhibition majeure du potentiel du commerce et de l’intégration régionale en Afrique.

Qu’est-ce qui devrait être fait ?
Dr. Kituyi : Les accords ont toujours existé, mais la volonté politique n’a pas été suffisamment mobilisée pour protéger les intérêts des petits commerçants, en particulier les commerçants artisanaux et les femmes commerçantes, dans le commerce transfrontalier. Ce n’est pas qu’ils enfreignent une loi, mais ils sont frustrés par des fonctionnaires qui se comportent de manière arbitraire et qui agissent en toute impunité.

Les accords commerciaux peuvent prendre des années pour que l’impact se fasse sentir. Quand, de manière réaliste, tous les pays doivent-ils être présents et commencer à mettre en œuvre l’AfCFTA ?
Dr. Kituyi : Si la bonne volonté politique est suffisante, cela peut se faire du jour au lendemain. Il n’ya aucune raison de répéter les erreurs qui ont été commises dans d’autres pays. Nous devons apprendre ces processus dans le cadre des mécanismes d’intégration régionale existants, puis les développer. Augmenter les meilleures pratiques.

Existe-t-il des repères pour évaluer les progrès ?
Dr. Kituyi : Nous devons demander, quels sont les domaines d’amélioration? Quels sont les problèmes abordés dans les politiques et les opérations? J’espère, par exemple, qu’il y aura davantage d’études sur l’égalité des sexes en matière d’intégration et de commerce, susceptibles de libérer le potentiel des femmes commerçantes. La plupart des petits commerçants en Afrique sont des femmes, mais la structure du commerce régional s’adresse davantage aux hommes qu’aux femmes. Nous retenons donc l’un de nos facilitateurs les plus importants.

afrik.com

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Goalkeepers

A New York, de jeunes entrepreneurs africains qui « jamais ne s’apitoient sur leur sort »

Investissements intra-africains/transferts de fonds/L'e-CFA version numérique du FCFA

Investissements intra-africains : enfin des données fiables !