in ,

Article 18 du Concours : Conditions d’étude et niveau des étudiants

Conditions d’études et niveau des étudiants.

Le Journal Universitaire vous présente le 18e article reçu dans le cadre du concours de rédaction d’articles lancé par le Groupe PRÉCISION. L’intitulé de cette contribution est « Conditions d’étude et niveau des étudiants ». L’auteur s’appelle Mamady DABO.

……………………………………………………..

Conditions d’étude et niveau des étudiants

Aujourd’hui le système éducatif du Sénégal est mis en jeu. Ainsi depuis plusieurs années nous assistons en effet à deux événements majeurs à savoir, d’une part, les conditions d’étude et, d’autre part, le niveau des étudiants qui sont des choses primordiales que l’Etat doit revoir pour l’avenir du pays. Les autorités doivent procéder à un diagnostic du système et mener une importante réflexion sur l’avenir des étudiants et faire de l’enseignement supérieur et de la recherche le levier du développement du Sénégal.

  • Rénover les conditions d’étude des étudiants

Les considérables taux d’échec enregistrer durant les deux premières années du premier cycle (L1etL2) s’explique grandement par les difficultés d’adaption que rencontrent les étudiants. En effet, les mauvaises conditions dans lesquelles les étudiants étudient sont très difficiles. Les constats depuis plusieurs années, les capacités d’accueil des universités publiques ont atteint leur seuil de saturation alors que le nombre d’étudiants que compte le Sénégal représentent 50%. Les étudiants évaluent dans des conditions très difficiles à savoir le manque de documentation, manque de salles de classes et l’état de délabrement de certaines salles de classe, le manque d’équipements dans les laboratoires scientifiques. Cependant, le niveau des étudiants devient de plus en plus faible. Du coup les étudiants ne sont plus orientés comme avant c’est-à-dire le non-respect des choix des bacheliers lors des inscriptions sur campusen. Les remarques qui ont été faites depuis 2013 la plupart des étudiants ne sont pas orientés dans leurs universités et filières souhaitées.

  • Une conjoncture favorable au changement

Du coup, compte tenu des difficultés que rencontrent les étudiants dans leurs universités les autorités doivent trouver des solutions. Ainsi pour mettre fin à ces problèmes qui gangrènent les universités, l’Etat doit augmenter les infrastructures d’hébergement des étudiants par différents processus et créer un centre national des œuvres universitaires et sociales dans toutes les universités publiques. Afin de faire face à cette demande croissante d’accès à l’enseignement supérieur, les autorités ont décidé de procéder à l’extension de la carte universitaire avec la création de la 2ème université de Dakar avec l’appui de la Banque mondiale, et le budget national, la création des universités dans d’autres régions du pays. Au-delà des actions, il doit également rationaliser et améliorer la gestion des bourses.

  • Mettre les TIC dans toutes les universités du Sénégal

Le Sénégal doit mettre les technologies de l’information et de la communication (TIC) au cœur du développement de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les étudiants ne pensent qu’à travailler. L’heure a sonné où la société de l’information et du savoir s’impose un peu partout à travers le monde. En vue d’améliorer la qualité de l’enseignement comme de la recherche, de faciliter l’accès aux ressources numériques, d’appuyer le développement de l’enseignement à distance et surtout de mieux préparer les étudiants en vue d’une insertion réussie dans le monde du travail, de créer une bibliothèque nationale virtuelle afin d’offrir un accès partagé à des ressources numériques d’où la mise en place dès Janvier 2014 de l’université virtuelle du Sénégal (UVS). A cela s’ajoute de continuer le lancement du programme national intitulé “un étudiant un ordinateur”, rendre l’enseignement de l’anglais obligatoire durant les trois (3) premières années d’étude afin de favoriser la mobilité internationale des étudiants et faciliter l’implication d’enseignants provenant du monde anglophone dans leur formation. De ce fait, l’Etat doit renforcer le partenariat entre les universités publiques et privées à travers la création d’incubateurs ou de centres de transfert technologique. L’Etat doit faire le déploiement de réseaux wifi sur les campus pédagogiques et sociaux et le développement des cours en ligne.

Comme chacun pourra le constater, les étudiants étudient dans des contions très difficiles cela s’est répercuté sur leur niveau qui est faible. Certes tout est encore loin d’être parfait dans les campus universitaires, mais la situation s’améliore quand même sensiblement. Ainsi, l’Etat doit déboucher sur une véritable refondation du système sénégalais d’enseignement supérieur et de recherche pour conduire le Sénégal vers l’émergence.

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LMD : Système voué à l’Échec.

Article 17 du Concours : LMD – Système voué à l’Échec

Résultats Concours CREM 2016/Concours ENSAE élèves ISE/ Résultats admissibilité CREM 2016-2017/Concours ENTSS 2017/Concours CREM 2017-2018

Concours ENTSS 2017 : Appel à candidatures