in

En 2050, 85% des francophones pourraient se trouver en Afrique

Conférence sur la francophonie

Une conférence sur la francophonie et le plurilinguisme se tient, mercredi et jeudi, à la Cité internationale universitaire de Paris dans la perspective du «grand plan» qu’Emmanuel Macron doit annoncer le 20 mars. L’occasion pour Le Figaro de revenir sur les chiffres de la francophonie, aujourd’hui et demain.

La francophonie a le vent en poupe. Dans l’attente du «grand plan national pour la langue française», que le président de la République présentera le 20 mars prochain lors de la Journée internationale de la francophonie, une conférence sur la francophonie et le plurilinguisme dans le monde est organisée, mercredi et jeudi, à la Cité internationale universitaire de Paris. En carte et en graphique, Le Figaro dresse, à cette occasion, un état des lieux de la francophonie dans le monde.

L’idée en vogue à l’Elysée est de «déringardiser» la francophonie, tout en faisant prendre conscience aux Français que leur langue ne se limite pas aux frontières de l’Hexagone et qu’il s’agit d’un atout essentiel dans la mondialisation. «Il y a bien longtemps que la langue française n’est plus uniquement française. Elle est autant, voire davantage africaine», avait déclaré fin novembre, dans son discours de Ouagadougou, Emmanuel Macron, aidé sur le sujet de la francophonie par l’écrivain franco-marocaine Leïla Slimani, prix Goncourt en 2016.

Les chiffres de l’Organisation internationale de la francophonie, bien qu’anciens puisque datant de 2014, sont éloquents. Le nombre de francophones – personnes pouvant tenir une conversation en français – était déjà, il y a trois ans, plus élevé en Afrique (près de 150 millions) qu’en Europe (un peu moins de 100 millions). Une tendance qui devrait s’alourdir rapidement dans les prochaines décennies. L’OIF estime qu’en 2050, l’Afrique pourrait rassembler près de 85% des francophones (contre 12% pour l’Europe), le nombre total de francophones dans le monde pouvant passer, entre-temps, de 274 à 700 millions, faisant du français la deuxième langue parlée dans le monde, non loin du mandarin. Parmi l’ensemble des francophones, 212 millions d’entre eux en feraient aujourd’hui un usage quotidien.

Si les tendances démographiques à l’intérieur de «l’espace francophone mondial» sont l’un des facteurs essentiels pour anticiper l’avenir de la francophonie, un second est «l’évolution des comportements linguistiques des populations susceptibles de l’utiliser», rappelle néanmoins l’OIF. L’organisation rassemblant 54 États d’en conclure avec prudence: «Pour que ces prévisions se confirment, il sera nécessaire que des mesures fortes et efficaces dans le domaine de l’enseignement permettent de relever substantiellement les niveaux d’éducation dans les pays d’Afrique francophone [et que] les pays de l’Afrique francophone et leurs populations accordent à la langue française une place importante dans le système d’éducation.»

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

niveau des élèves en mathématiques

Éducation : 21 propositions pour redresser le niveau des élèves en mathématiques

FRAQ-SUP/archive numérique du CAMES/

Recrutement d’un comptable au Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur