in , , ,

« L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique »

étude sur le climat/Rapport sur le climat/COP24-Afrique/Isra/pays industrialisés/lutte contre le réchauffement climatique

LE GRAND ENTRETIEN. Pour l’expert du GIEC Arona Diedhiou, le continent n’est pas seulement victime de la hausse mondiale des émissions de gaz à effet de serre, mais y contribue.

Arona Diedhiou a participé en tant qu’auteur principal à la rédaction du rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur les implications d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C, publié début octobre.

Alors que se tient la 24e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP24) à Katowice, en Pologne, le climatologue franco-sénégalais, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), revient sur les principaux enseignements de ce rapport, qui confirment que l’Afrique va devoir s’adapter à des changements de grande ampleur, mais aussi qu’un effort significatif pourrait venir du continent.

Quelles sont les données qui permettent d’affirmer que l’Afrique est l’une des régions où l’impact du changement climatique est d’ores et déjà le plus important ?

Arona Diedhiou Les réseaux d’observation de terrain sont malheureusement défaillants sur le continent. Toutefois, les données disponibles nous apprennent qu’après une période humide dans les années 1950-1960, de longs épisodes de sécheresse ont été enregistrés dans le Sahel pendant les trente années suivantes. Ils sont la manifestation d’un dérèglement climatique d’une force qui n’a pas d’équivalent ailleurs dans le monde. Une baisse de 180 à 200 mm en moyenne de pluie annuelle a pu être observée dans certaines régions arides. C’est le signal d’un changement majeur au niveau régional.

Les données plus récentes issues du service national d’observation AMMA-Catch installé en Afrique de l’Ouest et celles des services météorologiques et hydrologiques nationaux montrent que la sécheresse s’est progressivement atténuée. Mais les événements climatiques extrêmes se multiplient.

« En Afrique du Sud, Le Cap voit son littoral modifié sous l’effet de l’érosion, de la montée des eaux et des tempêtes. »

Les satellites montrent par ailleurs clairement une tendance à une augmentation du niveau de la mer sur toute la façade africaine de l’Atlantique, d’environ 1 mm à 6 mm par an sur certains endroits, avec des maxima sur la côte d’Afrique de l’Ouest, mais aussi le long des côtes marocaines et sur la pointe sud-africaine. L’érosion côtière qui affecte l’Afrique de l’Ouest est ainsi aggravée par la montée du niveau de la mer.

De Nouakchott à Lagos, la mer grignote les côtes à raison de 1 mètre à 5 mètres par an et fragilise des villes qui représentent 42 % de l’économie de l’Afrique de l’Ouest et où vit le tiers de sa population. En Afrique du Sud, Le Cap voit son littoral modifié sous l’effet combiné de l’érosion côtière, de la montée des eaux et des ondes de tempêtes.

Les 580 km de côtes de la région du KwaZulu-Natal, où se concentre une forte activité économique, sont aussi transformées. En Afrique du Nord, Tunis et Alexandrie (Egypte), avec leurs vastes étendues de plages sableuses, sont exposées à l’érosion et à la submersion marine, aggravant les risques d’inondations.

La hausse des températures des eaux océaniques commence par ailleurs à avoir un impact visible sur la pêche. Une étude récente du Climate Change Institute de l’université du Maine, aux Etats-Unis, indique que les eaux de surface n’ont jamais été aussi chaudes. En Afrique, les maxima sont observés dans le bassin méditerranéen et dans l’Atlantique Sud-Est. Cela entraîne une diminution de la remontée des eaux si riches en nutriments et en phytoplanctons profitables aux poissons.

 

Cette tendance va-t-elle se confirmer dans les prochaines décennies ?

La situation géographique de l’Afrique a une grande importance : 75 % de sa superficie se trouve dans la bande tropicale, avec des régions semi-arides en zones subtropicales. Le cinquième rapport d’évaluation du GIEC estime qu’il est probable que les températures terrestres en Afrique vont augmenter plus vite que la moyenne mondiale, surtout dans les régions plus arides. En plus d’être affectée par de multiples événements climatiques, l’Afrique demeure l’un des continents les plus vulnérables au changement climatique à cause de sa faible capacité d’adaptation.

 

Le changement climatique ne se produit pas de façon uniforme sur le continent. Quelles sont les grandes différences régionales ?

La majorité des modèles climatiques indiquent qu’un réchauffement de 2 °C au niveau mondial se traduirait par des augmentations de température localement plus élevées en Afrique. Cela ne fait aucun doute pour l’Afrique du Nord et pour l’Afrique australe.

Les grandes différences régionales tiennent pour l’essentiel à la diversité du couvert végétal. Dans le bassin du Congo et tout le long de la ceinture tropicale, la présence d’une végétation plus dense pourrait moduler l’impact du réchauffement, contrairement à ce qui se produit dans les zones sèches ou désertiques.

Mais même au niveau de la bande sahélienne, les impacts ne sont pas uniformes. Nous la divisons en trois grands ensembles : un premier autour du Sénégal, où une baisse significative des précipitations devrait se produire. Le rendement des céréales dans ce pays pourrait ainsi être presque divisé par deux d’ici à la fin du siècle. Les systèmes agricoles seront perturbés, avec des problèmes accrus de sécurité alimentaire.

« Le rendement des céréales au Sénégal pourrait être presque divisé par deux d’ici à la fin du siècle. »

Dans la zone du Sahel central, c’est-à-dire au niveau du Mali oriental, du Niger et du Tchad, et sur la côte guinéenne d’Afrique de l’Ouest, les résultats que nous fournissent les modèles sont moins unanimes, bien que la plupart anticipent des épisodes pluvieux plus courts et plus violents. Ces phénomènes s’accentuent selon que le réchauffement est contenu à 2 °C ou à 1,5 °C. Les risques d’inondation augmentent également.

L’année 2017 nous donne un avant-goût des conséquences que cela pourrait avoir, avec les importants glissements de terrains qu’a connus la Sierra Leone. Les pluies diluviennes ont causé la mort de près 400 personnes.

L’Afrique de l’Est doit aussi s’attendre à une augmentation des épisodes secs, avec des pluies plus courtes mais plus intenses. Par contre, il est probable que certaines régions autour de la Somalie connaissent des conditions plus humides.

Une inondation près de la ville de Lokoja, au Nigeria, en septembre 2018.

Une inondation près de la ville de Lokoja, au Nigeria, en septembre 2018. SODIQ ADELAKUN / AFP

Ne faut-il pas se réjouir pour la Somalie de pluies plus abondantes ?

Il ne s’agit pas seulement d’analyser la quantité de pluie, mais la façon dont elle est distribuée. Or tout indique que les épisodes de pluies violentes, concentrées sur de courtes durées, se multiplient et seront encore plus fréquents à 2 °C qu’à 1,5 °C.

Le problème est que ce ne sont pas des pluies utiles pour les cultures et dans les villes, elles provoquent des inondations dévastatrices que les pays qui n’y sont pas habitués ou qui n’y sont pas préparés n’ont pas les moyens de gérer.

Des pluies plus fortes ajoutées à des vagues de chaleur plus intenses posent déjà le problème de la vulnérabilité de la ville africaine de demain, en matière de santé, de mobilité des populations et aussi de production et de distribution de l’énergie.

 

Vous insistez sur la déstabilisation potentielle des systèmes agricoles et de la répartition des ressources en eau. A quelle situation pensez-vous en particulier ?

Le changement climatique va remettre en question de nombreux équilibres. Mais celui du partage des eaux du Nil me semble le mieux donner la dimension des enjeux. Ce partage donne lieu à de fortes tensions entre l’Egypte et l’Ethiopie. Or il est facile d’imaginer que le compromis actuel va voler en éclats avec le changement climatique et ses incidences sur le fleuve. Plusieurs études ont démontré que le réchauffement du Pacifique, associé aux épisodes El Nino, a un impact négatif sur les pluies de la région et indirectement sur l’écoulement du Nil. Les études sur le changement climatique suggérant des épisodes El Nino plus extrêmes dans les années à venir renforcent ainsi l’idée d’un Nil plus variable.

 

Le rapport du GIEC rappelle que le manque de données climatiques de terrain pour l’Afrique réduit la fiabilité des modèles. N’est-ce pas un problème ?

Dès le sommet sur le climat de Copenhague, en 2009, la communauté scientifique a alerté sur le fait que les modèles climatiques globaux étaient insuffisants pour aider les gouvernements à prendre de bonnes décisions au niveau local.

Des modèles régionaux ont été utilisés pour travailler à une échelle plus petite. La communauté scientifique africaine a pris part à ce travail en participant au programme Cordex de l’Organisation météorologique mondiale. Adapter ces modèles régionaux revient à y intégrer des données propres à l’Afrique. La prise en compte des informations concernant l’état de la végétation, des sols, les tests faits depuis l’Afrique pour choisir les schémas de nuages les plus appropriés, sont une grande avancée et sont autant de données qui nous permettent de consolider les projections.

« La faible contribution de l’Afrique à l’évaluation du GIEC est en partie due à des connexions Internet défaillantes. »

L’Afrique commence à disposer d’une bonne expertise et d’une masse critique de chercheurs, mais il ne faut pas oublier que ces modèles demandent d’énormes moyens de calcul et de stockage de données, que la plupart des pays ne possèdent pas. La qualité des connexions à Internet reste aussi un problème.

La faible contribution de l’Afrique à l’évaluation du GIEC est en partie due au fait que d’énormes quantités de données climatiques et de connaissances sont difficilement accessibles depuis le continent du fait de connexions Internet défaillantes. Il faut donc saluer l’effort fourni par certains pays comme l’Afrique du Sud, le Maroc, l’Algérie, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Bénin pour se doter de centres de calcul de haute performance.

Les verrous technologiques sont en train d’être levés et il faut aussi reconnaître le travail remarquable fait par les instances dirigeantes du GIEC pour augmenter le nombre d’experts africains pour l’élaboration du prochain rapport, attendu en 2023. Je lance donc un appel pour que le groupe de négociateurs africains travaille avec le groupe d’experts africains du GIEC pour mieux prendre en compte les nouveaux résultats de recherche, étayer les argumentaires et mieux rendre visibles les préoccupations africaines.

 

Dans les négociations climatiques, l’Afrique s’est jusqu’à présent présentée en victime du changement climatique et non pas en acteur. Cette vision n’est plus exacte selon vous. Pourquoi ?

De récentes études, souvent menées par des chercheurs africains dans le cadre du projet européen Dacciwa, montrent que les émissions de gaz à effet de serre produites sur le continent contribuent à la modification du climat régional. Des villes en pleine croissance polluent avec leurs vieilles voitures, leurs motos, leurs déchets croissants. Tout comme les industries pétrolières, les feux de brousse ou la déforestation liée à l’utilisation de charbon de bois participent à la croissance des émissions.

Des chercheurs de Côte d’Ivoire, du Bénin, du Sénégal et du Cameroun, en collaboration avec des laboratoires européens comme celui d’aérologie de l’université de Toulouse, notent que que les problèmes respiratoires liés au rejet de certaines particules sont devenus des problèmes de santé publique.

L’Afrique doit prendre sa part de responsabilité dans les effets néfastes ou aggravants du changement climatique. La lutte contre le changement climatique doit impliquer tout le monde. Et pour l’Afrique, cela peut être rentable sur le plan économique et bénéfique pour les populations.

Une plage de la baie de Hann, à Dakar, au Sénégal, en juin 2018.
Une plage de la baie de Hann, à Dakar, au Sénégal, en juin 2018. SEYLLOU / AFP

L’Afrique ne peut plus se contenter d’un discours de victime ?

Il faut que l’Union africaine prenne en compte ces nouveaux résultats de recherche pour faire évoluer son discours. Les pays africains sont signataires de l’accord de Paris sur le climat : ils doivent prendre des engagements fermes pour réduire leurs émissions.

Les contributions déterminées au niveau national sont au cœur de l’accord de Paris. Les pays sont maintenant supposés fixer leurs objectifs climatiques au niveau national et les communiquer à la conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Des normes doivent être définies pour permettre d’évaluer les efforts de chaque pays. Ce sont ces règles qui sont actuellement discutées en Pologne. Malheureusement, très peu de pays africains ont soumis leurs contributions pour qu’elles puissent servir ou contribuer à l’établissement de ces règles. Il sera difficile de reprocher demain que les critères retenus soient inadaptés à l’Afrique.

lemonde.fr

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Secrétaire de Direction agée de/Secrétaires Réceptionnistes/Secrétaire Assistante/cabinet ITTE Interim/recrute une Assistante Administrative/L'ANPEJ recrute/assistante d'équipe/Assistant Marketing Communication/poste d’Assistante de direction/SOMATI Sénégal/Assistante de direction et commerciale/Global Business Group/Assistant/Phone Group Sénégal recrute des Chargés de Relation Clients Anglophones

SOMATI Sénégal recrute un Assistant général

Responsable contrôle de gestion restauration/Responsable Event et Opérations Spéciales/Spécialiste en passation des marchés/réceptionniste & gestionnaire de stock bilingue/Technicien en Electromécanique H/F/Stagiaire aux Opérations à Dakar/Communication et du Plaidoyer-Projet AIRE/Comptable à Dakar/Sécurité alimentaire/Responsable Relations Entreprises & Career Center/Technicien d’intervention/Vendeur/Vendeuse Boutique/Gestionnaires de projet/Stagiaire en Marketing / Assistant Administratif/Technicien support en informatique/Achats et Approvisionnements/Manutentionnaire/CONFEMEN/Superviseurs centre d’appels/Économistes Responsables/Responsable Qualité Laboratoire/Responsable Rémunération/ISS AFRIQUE SA /Stagiaire Appui aux programmes/Directeur Associé – Audit/HEKS-EPER/Consultant pour l’évaluation d’un projet/Transitaires expérimentés/Responsable Juridique et Financier /Spécialiste Mécanique Générale/Assistant Principal au Programme/Stagiaire Assistant(e) de Projet/Architecte d’Intérieur/Chargé de développement Outils /Conseillers Technique Junior/Chargé de Recouvrement/ferrailleurs /Experts en Techniques Agro écologiques/Coordonnateur régional de l'éducation /Stagiaire Agent/Chargé de Projet Education/Gestionnaire Document et Information/PNUD-UNDP/Expert Senior en Suivi et Evalua­tion/Responsable Finances et Administration/Consultant Confirmé en Ressources Humaines/Assistant(e) du Directeur Générale/Assistant Contrôleur financier/Directeur Général Adjoint BTP (H/F) /Responsable d’affaires climatisation/Stagiaire Méthode et Process/Référent Médical/Gestionnaire de Projets/Conseiller en Investissement et Patrimonial/Conseiller Technique Junior/Préparateur de commandes e-commerce/Responsable Régional Suivi – Eval­uation/Technicien d’installation de vidéosurveillance/Chargé des Fonctions Administrative/Assistant Programme GHSA/Agents de Prospection Terrain/Administrateur régional/recrute des Agents Commerciaux/Ingénieur Technico-Commercial à Dakar/Chef de Projet Monétique/stagiaire en finance/Ingénieur Infrastructure Système/Chargé Pré-contentieux/Administrateur de Base de données/Chargé du stock marketing/Responsable secteur junior-Entreprises/Directeur Associé-Audit/Stagiaire en Développement de Projets/Chargés de Relation Clients/Conseiller en Commercialisation/Aides Pompistes/Chargé d’évaluation d’impact/Architecte en CDI/Leader Intérim Services/projet Bus Rapid Transit/Web Homme/Femme/Chargé des Opérations Financières/Psychologue clinicien/Responsable Matériel Homme/Femme/Assistante Administrative multi tâche/Responsable de l’approvisionnement/Designer/Infographiste H/F/Stagiaire en Marketing Digital H/F/Traducteur de langue anglaise/Bicis/Spécialiste en Filets sociaux /Responsable Appro Transit/Chargé de clientèle particuliers Homme/Femme/Chauffeur Coursier/Stagiaire Journaliste Homme/Femme/Expert Juridique Homme/Femme/administrateur de programme/Investissement et de l’Entrepreneuriat/Assistant Chef de Projet H/F/Administrateur des Ventes/Technicien Ingénieur de Bâtiment/Coordinateur Administratif et Financier Projet OPTIFARE /Gérant de Restaurant/Chef de produit CLOUD/Chef d’Equipe Opérationnel Gares/Manager Adjoint/Projet OSIRIS/Stagiaires Administratifs/Relationship Coordinator/Spécialistes Finances-Support et Formation/Responsable des Finances et Opérations/Chargé Régional de la Gestion de l’Information/Chauffeur/Commis/Standardiste/Responsable Maintenance Equipements Techniques /Commerciale de terrain/jeunes Commerciaux/Référents Techniques/responsable commercial B2B /Vision Plus Voyage/Assistante Administrative et Comptable Stagiaire/Coordinateur du groupe technique/Chargé d’études et développement/Technicien Tirage de câble/Agent entrepôt./Électromécanicien de quart /Agent dans la Police Judiciaire/Migration/Concepteur Rédacteur-Collecte de fonds/Agent de finances publiques/fiscalités/conservateur à la Bibliothèque/ingénieurs conducteurs de travaux/Déclarant en Douane confirmé/Consultant SAP FI CO/Enquêteurs Homme/Femme /développeurs Business Intelligence/Stagiaires Développeurs Homme/Femme/Chauffeur/Coursier en CDI/superviseur Titulaire d’un BAC+2/Chargé des normes comptables/International Staffing/Enseignant/Formateur/Trainer Informatique/Contrôleur Qualité Homme/Femme /Assistant en insertion professionnelle/spécialiste de programme/Chargé de mission H/F/Responsable de la gestion des connaissances/Restaurant O’bendo/Chef d’équipe Homme/Femme /Technicien de service/Chef d’équipe maintenance/Responsable du Centre de Formation/Stagiaire Commercial/Responsable d’activité électricité/Ingénieurs d’Etudes Réseaux/Conducteur Travaux Principal/Administratif et Financier H/F/Assistant Planification Homme/Femme/Responsable de Programmes Immobiliers/Regional Pharmaceutical Procurement Officer/Commercial Stagiaire/Comptable expérimenté H/F/Responsable Patrimoine/Spécialiste en Droit des Femmes et Plaidoyer/Concierge et Gardien/Contrôleur Gestion/Responsable GTM MFS/Responsable Finances Comptabilité/stagiaire en Webmaster/Chargé de clientèle/Administrateur systèmes/commerciaux expérimentés/Responsable Service après-vente/Coordonnateur Chaîne d’Approvisionnement/VIS/Télé-enquêteur/Enseignant-chercheur en Droit/Stagiaire Community Manager/Responsables Commerciaux Régionaux/Responsable des RH opérationnelles/Ingénieur Testeur Radio et Intégration/Maintenance Eolienne/Responsable site/Digital Business/Développeur Applications mobiles Junior/Spécialiste en chaine de valeur/responsable Fonds d’Investissement/Auditeur Informatique/envoyer votre CV et une lettre de Chargé de la Formation/Employé libre service/Assistant Service Commercial/Assistant Recrutement /Responsable HSSE Projet/Coordinateur Programme Confluences/Superviseur Technique/Coordonnateur Flotte/Administrateur d’entrepôt/Coordonnateur de Projet/Administrateur Système/Suivi Évaluation et Apprentissage/Économiste spécialiste en entrepreneuriat/augmenter les frais d’inscription/Directeur des opérations/partenaire principal en Ressources Humaines/Contrôleur de gestion/Opérationnel/Manager d’Opérateurs télécommunication/Opérateur Logistique/Directeur des études/Référent Logistique Opérationnelle/Recrutement d’un Chargé de Communication/Administratifs/Consultant en Gestion des Services de Santé/consultant régional en vente/Coordinateur exécutif/manager d’équipe en restauration/Administratif Et Financier/Child Safeguarding Coordinator/Zena Exoticfruits/Faculté de Médecine de l’UCAD/Chef de personnel/Spécialiste en développement institutionnel:Administrateur d’entrepôt/Commerciaux à Dakar/Assistant au programme bilingue/Responsable Marketing et Développement/Digital manager/Référence : Le Chef d'Atelier a pour rôle d'effectuer le suivi de l'activité technique et administrative de l'atelier : de la réception à la livraison du matériel. Il est chargé d'animer et gérer une ou plusieurs équipes afin d'assurer la production de l'atelier dans les conditions de rendement, de qualité, de coûts, de sécurité et de délais requis par le plan de production. Il joue un rôle majeur dans l'organisation du travail, contribue à la rentabilité de l'atelier, assure le soutien technique de l'atelier et le relais vers la hiérarchie Mission : Management : - Organiser et dynamiser le travail de ses équipes en fonction des besoins ; - Manager et animer ses équipes de mécaniciens, chefs d'équipes et contremaîtres (motivation, évaluation, formation, polyvalence, entretiens individuels, développement des compétences, climat social.) ; - Etre le garant du respect des procédures opérationnelles et de la bonne tenue de son atelier ; - Proposer les investissements nécessaires en moyens et ressources pour le fonctionnement optimal de son atelier ; - Assurer une continuité et un relais de la connaissance technique acquise ; - S'impliquer dans le programme de formation de son service ; - Connaître et faire appliquer les standards constructeurs et maîtriser leurs systèmes d'informations ; - Posséder toutes les compétences techniques requises (électricité, hydraulique, mécanique, transmission); - Appliquer les règles de gestion du personnel (règlement intérieur...) en accord avec la Direction. Logistique et organisation : - Mettre en ?"uvre des outils et méthodes de planification et de suivi des travaux ; - Gérer les priorités et les urgences; - Planifier et organiser les tâches de l'atelier dans un souci permanent d'efficience ; - Anticiper les besoins nécessaires aux fonctionnements de ses équipes ; - S'assurer de la disponibilité des pièces, des fournitures et des outillages requis pour la réalisation des travaux : suivre les besoins en outillage spécifique ; - Posséder la vision globale des exigences métier et de l'ensemble des modes de fonctionnement des équipements ; - Mettre en oeuvre et assurer le suivi du planning établi en accord avec le responsable technique ; - Assurer le reporting des activités (RA, JAD): avancement des travaux, validation et commentaires des KPI Service Après-Vente : - Assurer un support technique pour les sites extérieurs ; - Valider les choix techniques simples et complexes avec sa hiérarchie ; - Valider l'application des règles de reconditionnement (procédures) ; - Assurer le suivi des listes de pièces avec son chef d'équipe ; - Suivre les dossiers OR afin de réduire les encours ; - Valider les listes importantes de commandes de pièces avec sa hiérarchie; - Optimiser les coûts de réparation des composants ; - Assurer l'interface technique avec le client (si absence IAV/PSSR). Administration : - Assurer l'interface avec l'Administration Atelier (garanties, tickets sims, gestion des OR, pointage...) : ceci dans le respect de la satisfaction client, des délais, des coûts, de la qualité ; - Faire remonter les informations vers la hiérarchie ; - Etablir des comptes rendus technique et tickets SIMS. Qualification / Formation : - BTS/DUT en mécanique engins, électromécanique, électricité, électrotechnique ou équivalent - Expérience de 3 ans minimum dans le métier - Expérience de 5 ans dans le secteur construction métallique / mines ou dans la réparation des sous-ensembles (expérience de terrain obligatoire) Description de l'offre : Localisation du poste : Dakar Type de contrat :CDI Date d'expiration : 03-11-2018 Dossier de candidature : Envoyer un CV + Lettre de Motivation par mail à l'adresse : recrutement@saudequip.com Date limite de réception des dossiers: 03 Novembre 2018 Seuls les candidats retenus seront contactés. Chef d’atelier/assistant e administratif ve

SOMATI Sénégal: recrutement d’un Administrateur d’entrepôt