in ,

L’éducation en ébullition: Débrayages et grèves à partir demain

ministre Serigne Mbaye Thiam/Infrastructure scolaire/Débrayages et grèves/Grande leçon du Monde/PAA-Afrique/Année scolaire 2017-2018/Education- Rentrée scolaire 2018/2019/Lycée Limamoulaye/Résultats du Concours général 2018/Concours général/IEN/salaires des enseignants/Partenariat mondial pour l’éducation

Après le secteur de la santé, l’éducation va connaître des perturbations à partir de demain,  jeudi. C’est ce qu’a annoncé la Fédération des enseignants du Sénégal, lors d’un point de presse tenu hier à Dakar.

La fédération des enseignants du Sénégal (Federe-e) a fait face à la presse, hier, pour dénoncer un complot. « Il y a un complot entre l’Etat et les membres du G6 qui disent que les engagements ont été respectés. L’intérêt des enseignants ; c’est de rejoindre la Federe-e pour exiger du Gouvernement le respect de ses engagements. Si l’Etat veut la paix, il n’a qu’à nous appeler pour discuter. Sinon, nous nous battrons et nous continuerons à nous battre jusqu’au jour des élections », a dit Dame Mbdoj. De son côté, leur coordonnateur Ousmane Diallo soutient : « en effet, depuis plus de 3 ans, les syndicats d’enseignants courent derrière l’Etat pour la matérialisation des accords signés. Aujourd’hui, ils continuent à réclamer le respect du droit aux négociations collectives pour tous les syndicats légalement constitués ; le respect de tous les accords signés en février 2014 ; la formation diplômante de tous les enseignants ; la mise en solde de tous les enseignants formés ; la fin des lenteurs administratives dans la production des actes administratifs ; le paiement de tous les rappels d’intégration, de validation et d’avancement ; le dégel correct des prêts DMC et le respect des derniers engagements du Gouvernement, notamment les tranches de juillet et septembre ; le remplacement des agents syndicalistes au sein du Ministère de la Fonction publique (division des enseignants) et de l’Education nationale (Direction des Ressources humaines) par des agents neutres pour mettre tous les syndicats au même pied d’égalité,… ». A l’en croire, même le début de matérialisation du point relatif à l’indemnité de logement a été torpillé car, dit-il, aucun enseignant n’a senti une augmentation sur son salaire du mois d’octobre, conformément aux accords signés. « Bref, le gouvernement a foulé aux pieds tous les engagements souscrits avec les enseignants. Fort de ce constat, la Federe-e reste déterminée et demande à tous les enseignants d’être vigilants et de se mobiliser pour contraindre le Gouvernement à respecter sa parole par la matérialisation de tous les accords signés. D’ailleurs, un préavis de grève a été déposé en ce sens depuis le 8 novembre dernier et a expiré le 8 décembre, autour de ces points cités en haut », a-t-il déclaré. C’est pourquoi, face au mépris des autorités, la Federe-e va annoncer aux enseignants son premier plan d’action de 48 heures. « Le jeudi 13 décembre débrayage à partir de 10h. Le vendredi 14 décembre grève totale. Cette situation catastrophique pour notre école, nous impose tous de lutter pour préserver les acquis et restaurer la dignité de tous les fonctionnaires, en général, et de l’enseignement, en particulier », a annoncé le coordonnateur. Dans cette perspective, la Federe-e lance un appel à tous les secteurs en lutte (le sens, le sytjust, and gueusseum) pour une jonction des forces sociales.

rewmi.sn

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COP24-Pologne

COP24: les négociations sur le climat avancent difficilement

français/Bachir DIAGNE/Souleymane Bachir/Souleymane Bachir Diagne

Souleymane Bachir DIAGNE : ” L’avenir de l’éducation, c’est ce que tous ensemble nous allons en faire”