in ,

UNESCO-Mali: réunion de planification sur le programme “Promotion de la paix et du développement durables…..dans le Sahel”

développement durables

Bamako a abrité, du 7 au 8 mai 2018, une réunion de planification sur le programme « Promotion de la Paix et du Développement durables par le renforcement des compétences pour la vie et le travail dans le Sahel ». Cette grande rencontre de deux jours a permis aux participants d’élaborer un cadre de résultats du projet, ainsi qu’un calendrier de mise en œuvre, à travers le partage d’expériences avec des pays du Sahel, mais aussi d’autres pays tels que le Cabo Verde, la Gambie et la Guinée Bissau.

La cérémonie d’ouverture, était présidée par M. Tiéman Hubert Coulibaly, Ministre des Affaires étrangères du Mali, représentant le Premier Ministre, en présence de M. Chang Gwang-Chol, Directeur du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel), de M. Hervé Huot-Marchand, Représentant de l’UNESCO au Mali, de M.  Kouldjim Guidio, représentant du Secrétaire permanent du G5-Sahel, de Mme Diallo Kadia Maiga, Secrétaire générale de la Commission nationale malienne pour l’UNESCO et l’ISESCO, et des participants venus des pays du Sahel, notamment le Burkina Faso, la Mauritanie, le Mali, le Niger. On notait également la présence des pays tels que le Sénégal, la Gambie, le Cabo Verde et la Guinée Bissau, ainsi que Mme Mbaranga Gasarabwe, Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies au Mali, qui ont honoré de leur présence ladite cérémonie.

 

M. Chang, a remercié le Gouvernement du Mali pour l’accueil chaleureux et son accompagnement. « Nous le savons tous, la jeunesse est la force vive d’une nation. Il est de la responsabilité de nous tous, gouvernements, collectivités locales, leaders traditionnels et religieux, acteurs sociaux, partenaires internationaux, etc., de les accompagner pour qu’ils deviennent des acteurs du changement responsables et résilients, des citoyens et des leaders capables de prendre en main leur avenir et celui de leur pays ». Il s’est félicité de la qualité des travaux et a exhorté les pays participants à faire valider les différentes activités proposées par leurs autorités compétentes, d’ici la fin du mois de mai 2018.

M. Guidio a réitéré l’accompagnement et les principes de son institution qui cadre avec ladite réunion. « Pour le G5 sahel, nous ne pouvons pas contenir l’extrémisme violent et ses conséquences uniquement à travers des mesures sécuritaires. Il sera vital d’intégrer les aspects de gouvernance et de développement dans la recherche d’une solution durable par les états membres », a-t-il déclaré.

 

Mme Mbaranga a, pour sa part, rappelé que cette rencontre est aussi en soutien au Plan d’action du Secrétaire Général des Nations Unies pour la prévention de l’extrémisme violent adopté en 2016 et à la décision du Conseil exécutif de l’UNESCO sur la prévention de l’extrémisme violent. « Si nous n’avons pas une vision sur où nous allons, nous ne pourrons pas, ni avoir une culture stable ni une paix durable », a-t-elle précisé.

 

M. Coulibaly, dans son discours d’ouverture a rappelé que le Mali attache une importance capitale à ce programme qui a attrait à la jeunesse et au développement durable, ajoutant que le premier rempart contre le la barbarie, l’obscurantisme est bien la force de l’esprit. « Au-delà de ce qui doit être cultivé dans le cœur des hommes, il est évident que nous devons armer tous les pays du Sahel, sur le plan moral et intellectuel pour que les modèles de développement choisis, notamment les modèles économiques puissent être solides ». Il a enfin remercié l’UNESCO ainsi que les experts venus d’autres pays.

 

Les travaux se sont déroulés dans une atmosphère participative et interactive, au cours desquels, les participants ont reconnu unanimement que les problèmes restent les mêmes dans tous les pays du Sahel, d’où l’importance d’unir les efforts, afin d’agir efficacement. Pour ce faire, il est essentiel de repenser les systèmes éducatifs, à l’attention de toutes les couches de la population et de tous les apprenants : étudiants comme formateurs.

 

Il ressort qu’il est important de mieux considérer les plus vulnérables. Notamment les populations analphabètes, afin qu’eux aussi puissent bénéficier de formations et de certifications qui leur offrent la possibilité d’avoir un emploi.  Les participants ont aussi rappelé que la culture est un aspect essentiel à ne surtout pas négliger. Ainsi, il faut pleinement l’intégrer dans la mise en œuvre du programme, à travers la reconnexion des jeunes à leur patrimoine.

 

L’UNESCO à travers ce programme prévu pour une durée initiale de trois ans, appuiera des pays du Sahel, notamment le Burkina Faso, la Gambie, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Tchad, mais aussi la Guinée Bissau et le Cabo Verde, sous la coordination générale du Bureau régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Ouest (Sahel) et en collaboration avec les Bureaux régionaux de l’UNESCO à Rabat et à Yaoundé.

 

La réunion a été organisée en collaboration avec le Centre Asie-Pacifique d’éducation pour la compréhension internationale sous les auspices de l’UNESCO (APCEIU) et les Nations Unies.

 

Vous pourrez écouter le lien du débat radiophonique Mikado FM (Radio UN) au lien suivant : https://soundcloud.com/mikado-fm/parole-citoyenne-promotion-paix-et-developpement-durable-dans-la-region-du-sahel

Lien reportage Studio Tamani (Radio de l’UE) : http://www.studiotamani.org/index.php/journaux/15528-les-titres-du-07-mai-2018-soir

Lien JT ORTM (début de séquence: 3mn45): https://www.youtube.com/watch?v=OVPS4FGtufc

Lien Photos Flickr: https://www.flickr.com/photos/[email protected]/albums/72157695905250034

unesco.org

What do you think?

96 points
Upvote Downvote

Total votes: 2

Upvotes: 2

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

déconnexion numérique

Google lance un combat pour favoriser la déconnexion numérique

étudiants de Kinshasa

RDC: des étudiants de Kinshasa protestent contre le coût des transports