in ,

DG CICES : “La FIDAK a connu un bon niveau d’organisation”

DG CICES
Le directeur général du Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), Cheikh Ndiaye s’est félicité samedi du ’’bon niveau d’organisation’’ de la 27ème édition de la foire internationale de Dakar (FIDAK).
“La foire a connu un bon niveau d’organisation. Les exposants sont venus en masse. Nous en avons dénombré plus de 2000 exposants. A cela s’ajoute des innovations au niveau de la biodiversité et le E-FIDAK”, a-t-il déclaré à l’APS dans le cadre de la 27e FIDAK dont la clôture aura lieu ce dimanche.
Le Directeur général du CICES est revenu notamment sur l’aspect sécuritaire, signalant qu’aucune incidence majeure n’a été détectée, ni de plainte n’a été enregistrée.
Selon lui, tout a fonctionné normalement, saluant l’organisation des journées scientifiques et des panels tenues à l’occasion de cette manifestation foraine.
“Le thème de cette édition a porté sur +La compétitivité des PME des pays en développement face au défi de la mondialisation+. Il a été traité par l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (ADEPME) avec beaucoup d’efficacité”, a-t-il expliqué.
Cheikh Ndiaye a ajouté que “les conclusions issues de ces journées profiteront non seulement au CICES, mais aussi au ministère de commerce et à l’Etat, car la compétitivité des PME passe par la maîtrise de l’économie sénégalaise”.
“Globalement le bilan est satisfaisant puisque beaucoup de services sociaux ont été offerts aux visiteurs, car la Foire n’est pas seulement un échange commercial”, a-t-il fait valoir, évoquant aussi des rencontres B to B durant lesquelles 200 participants ont été enregistrés.
aps.sn

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PARERBA-Kaolack/BAD et le BIT

Kaolack : un projet belge veut créer 6000 emplois pour fixer les jeunes

métiers

Les filles s’emparent de métiers jusque-là occupés par les hommes