in

Education-Guinée : le CNJFG lance une collecte de fonds pour l’achat de 5 000 sacs solaires

Education-Guinée

D’après un constat fait par le Conseil National des Associations des Jeunes Guinéens de France (CNJGF), les élèves des zones rurales de Guinée souffrent du manque d’électricité.  C’est pour palier à cet état de fait que le CNJGF en partenariat avec la BICIGUI et le Palm Camayenne, organisent une collecte de fonds pour la fourniture de 5000 cartables solaires en faveurs des élèves des zones rurales de Guinée.

« Nous avons constaté que les enfants ont tout le mal du monde à réviser leurs leçons après l’école à cause du manque d’électricité. Ce qui les empêche d’avancer de manière significative dans leur scolarité. Nous avons donc estimé qu’en portant un projet comme le SolarSac, cela va leur permettre d’avancer et d’améliorer leurs résultats dans les milieux ruraux », a expliqué Mamadi Touré en marge de la rencontre avec les partenaires qui a eu lieu ce mercredi à l’Hôtel Palm Camayenne.

« Cette levée de fonds va donc permettre, poursuit M. Touré, au CNJGF de financer l’achat et la distribution de 5 000 sacs solaires. Nous attendons donc des partenaires  présents aujourd’hui un soutien financier  fort  afin que le maximum d’élève puisse bénéficier de ce projet en zone rurale. » 

Justement, les partenaires financiers ont promis d’accompagner le projet. C’est le cas notamment de la BICIGUI qui accorde de l’importance au projet. « Etant ici en Guinée depuis deux ans, j’avais la volonté de pouvoir aider les villages notamment les jeunes enfants à pouvoir poursuivre leurs études le mieux possible. Alors ce que va faire la BICIGUI, c’est d’aider financièrement le CNJGF. Nus allons  être personnellement contributeur pour cette première action et puis nous allons être également des prescripteurs. Et donc nous avons pour vocation de ramener un maximum de prestataire et de contributeur qui vont les aider financièrement à atteindre l’objectif qui est de pouvoir doter 5000 enfants de sacs solaires » a promis Franck Guillet, le secrétaire général de la BICIGUI

De son côté, le directeur de Palm Camayenne Leonardo Vaquero, s’est lui  aussi d’accompagner  ce projet d’autant plus qu’il y a des partenaires sérieux qui soutiennent le projet. « Quand on a vu la BICIGUI avec vous, on a plus aucun doute que c’est un projet sérieux et que les fonds vont être utilisés correctement. Que vous ayez encore le soutien de l’ambassade de France, alors c’est clair que c’est un projet à suivre parce que le fonds va être utilisé correctement.  De notre côté, on va analyser en quelques jours et voir comment vous accompagner. Il n’y a pas mal de choses qu’on peut faire ensemble (…) Ce projet de cartable solaire est très important mais c’est intéressant de rester attentif au suivi de cette opération pour voir un peu les conséquences », a déclaré M. Vaquero.

Etait aussi présent à cette cérémonie de lancement de collecte de fonds, l’ambassadeur de France Guinée Frank estime que l’éducation est fondamental pour développer un pays. « L’éducation fait partir des thèmes prioritaires du partenariat et des engagements du président Macron pris à Ouagadougou en novembre dernier. Donc c’est mon rôle, mon équipe et moi de vous accompagner dans cette belle initiative », dira le diplomate français.

Le SolarSac, explique-t-on, c’est un sac qui est doté d’un panneau solaire permettant d’allumer une pièce la nuit afin que l’élève puisse réviser son cours. Il faut noter que le CNJGF n’est pas à sa première expérience. Dans sa première phase de 2007, huit préfectures ont bénéfice de ce projet.

guineenews.org

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Education-Mali

Mali-Education: La baisse du niveau des élèves au Mali inquiète

titulaires d’un baccalauréat

Les titulaires d’un baccalauréat ancien ne pourront pas s’inscrire à l’université