in ,

Education Nationale : 9 800 enseignants sans statut

Stabilisation de l'espace scolaire

EDUCATION NATIONALE : Depuis 2013, ils nagent dans le flou. Eux, ce sont les élèves maîtres dont la situation tarde à être éclaircie par les autorités. Ce qui pourrait constituer un nouveau point de revendication des enseignants.

Ils sont plus de 9 mille élèves-maîtres à n’avoir pas de statut depuis 2013. Une situation qui n’agrée guère la Force nationale des enseignants pour le renouveau de l’éducation (Fnere), organisation syndicale enseignante. «La situation des élèves-maîtres est chaotique car elle dure depuis 04 ans. Il faut comprendre que, depuis 2013, l’Etat recrute des enseignants qu’il n’appelle plus des volontaires de l’éducation mais des élèves-maîtres de l’éducation. Ces élèves-maîtres, dans l’ordre de 9 800, sont recrutés depuis 2013 mais ils n’ont pas de statut», dénonce Omar Seck, secrétaire général de la Fnere. «Ce qui s’est passé, c’est que l’Etat, en faisant la réforme concernant le recrutement des élèves-maîtres, n’a pas pris le soin de modifier la loi 99-908 du 13 Septembre 1999. Dans ce décret, l’article 4 parle de Volontaires. Alors qu’il ne s’agit plus de Volontaires mais plutôt de maîtres contractuels. Donc, il y a vice de forme. Et, au niveau de la Fonction publique, les gens ne peuvent pas avancer sur la prise en charge de l’intégration de ces élèves-maîtres qui ont décroché leurs examens professionnels et qui sont en droit d’être intégrés au niveau de la Fonction publique. Voilà donc plus de 04 ans que l’Etat n’a plus de temps matériel pour s’occuper de cette modification pour permettre à ces enseignants d’être intégrés dans la Fonction publique».

Ces enseignants qui déplorent les lenteurs administratives sur le statut des élèves-maîtres menacent de se faire entendre. «Le ministre de l’Education nationale avait promis que le décret va être signé et publié avant la rentrée. Jusqu’à présent, cela n’a pas été fait. C’est une situation qui pourra très certainement bloquer le système parce qu’ils sont dans l’ordre de 9 800 élèves-maîtres et les autres enseignants aussi qui ne sont même pas concernés vont devoir par principe de solidarité les soutenir et les accompagner dans cette lutte. En tout cas, au niveau de la Fnere, nous sommes en phase avec ces élèves-maîtres pour cheminer avec eux et régler définitivement ce problème», dit-il.

Sur l’état des revendications des enseignants, M. Seck dénonce le dilatoire. «L’Etat doit respecter sa parole et sa signature. On avait signé un protocole d’accord le 17 Avril 2014. Mais, il y a beaucoup de points de notre plateforme revendicative qui n’ont pas été pris en compte. L’Etat traine encore le pas sur le payement des rappels d’intégration et d’avancement. Il y a 25 mille actes édictés en 2015 mais ils souffrent. C’est la même chose pour les alignements. Ce qui fait que certains syndicats ont déjà déposé un préavis de grève», conclut-il.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

concours de Seedstars Dakar

Concours de startups pour représenter le Sénégal au Sommet mondial Seedstars

Taux de chômage

Insertion des Diplômés : Plus de 22% des jeunes au chômage