in ,

Connectivité, genre et enseignants : comment la Coalition mondiale pour l’éducation soutient la reprise de l’apprentissage en période de COVID-19

éducation non formelle/COSYDEP/éducation des filles femmes/ministres-education-formation/éducation des filles-IFADEM/fracture numérique /Education/Covid-19 /IEF de Saint-Louis/Fondation Henry JAY/Bureau régional de l’UNESCO/système éducatif sénégalais/ANAQSUP-CNOSP/meilleurs élèves primés/Siggil Jiggen/Confemen /santé et l’éducation en Afrique/Responsable thématique Education/améliore l’éducation

La pandémie de COVID-19 a frappé de plein fouet le secteur de l’éducation, perturbant les écoles partout dans le monde et menaçant d’annihiler les décennies de progrès réalisés en faveur de l’apprentissage. Un an après le début de la crise, la situation reste sombre : la moitié de la population apprenante du monde continue d’être touchée par des fermetures d’école complètes ou partielles ; près d’un tiers n’a pas accès à l’apprentissage à distance ; plus de 11 millions de filles ne retourneront peut-être jamais en classe ; et plus de 100 millions d’enfants n’atteindront pas les compétences minimales en lecture à cause des fermetures d’école. Sauf si des mesures urgentes sont prises dès aujourd’hui, plus de 24 millions d’enfants et de jeunes risquent d’abandonner leurs études.

Tandis que la pandémie révélait et amplifiait les inégalités dans le domaine de l’éducation, l’UNESCO a rapidement mobilisé un soutien pour assurer la continuité pédagogique dans le monde en créant en mars 2020 la Coalition mondiale pour l’éducation. Cette coalition multisectorielle rassemble 175 partenaires institutionnels de la famille des Nations Unies, de la société civile, du monde universitaire et du secteur privé, qui travaillent actuellement dans 112 pays sur trois thèmes centraux : connectivitégenre et enseignants. Un nouveau rapport publié avant une réunion ministérielle de haut niveau présente les réponses innovantes qui ont été obtenues au cours de l’année écoulée, grâce à ce partenariat unique.

Comment fonctionne la Coalition mondiale pour l’éducation et quelles sont ses actions ?

La Coalition mondiale pour l’éducation est devenue une plate-forme essentielle pour aider les États membres à relever les défis sans précédent auxquels est confronté le secteur de l’éducation. Les contributions de la coalition ne se substituent pas aux interventions nationales ; au contraire, elles engagent de nouveaux acteurs qui n’auraient pas été des partenaires évidents, tels que les organisations technologiques et médiatiques, pour compléter et soutenir les efforts nationaux en faveur de la continuité pédagogique.

Des membres de la Coalition sont actuellement engagés dans 233 projets de 112 pays. Au moins 400 millions d’apprenants et 12 millions d’enseignants bénéficient directement ou indirectement des actions de la Coalition. Voici quelques exemples d’actions, à l’échelle mondiale, régionale ou de chaque pays, qui ont été réalisées jusqu’à présent.

  • En Afrique de l’Ouest, la plate-forme régionale africaine francophone d’apprentissage ImagineEcole a été lancée en tant qu’élément essentiel d’un projet du Partenariat mondial pour l’éducation, afin d’améliorer la qualité de l’enseignement à distance dans 10 pays : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. La plate-forme offre une expérience à grande échelle de l’enseignement à distance à 6,6 millions d’élèves et 200 000 enseignants, en leur offrant plus de 600 ressources éducatives.
  • Plus de 5 millions de filles, dans les 20 pays qui présentent les plus grandes disparités entre les sexes dans l’éducation, bénéficieront d’un soutien pour réaliser leur droit à l’éducation, l’accent étant mis sur la rescolarisation des filles les plus marginalisées grâce à un large éventail d’actions qui portent notamment sur l’information et la sensibilisation, l’acquisition de compétences et la fourniture aux décideurs de recommandations fondées sur des données probantes.
  • La Global Skills Academy créée pour aider à doter un million de jeunes de compétences numériques afin qu’ils puissent s’adapter aux changements du lieu de travail, touche à ce jour 142 000 bénéficiaires. Depuis son lancement, l’Academy a mobilisé plus de 150 établissements d’EFTP dans 56 pays et elle travaille activement avec 15 partenaires pour recruter 75 000 élèves et enseignants supplémentaires dans les prochains jours.
  • En réponse à l’explosion qui a secoué Beyrouth, au Liban, en août 2020, les membres de la Coalition ont mobilisé des engagements financiers, une assistance technique et un soutien en termes de renforcement des capacités pour permettre la remise en état des écoles endommagées, l’assistance technique aux enseignants, l’accès à l’enseignement à distance avec un contenu et le soutien à l’enseignement supérieur. L’UNESCO et ses partenaires soutiennent la remise en état de 55 écoles publiques, de 20 établissements publics d’enseignement et de formation techniques et professionnels et de 3 universités.
  • En Afrique du Sud, un service de soutien aux enseignants fonctionnant via une application smartphone développée avec un partenaire, a été lancé pour fournir une plate-forme de chat en temps réel pour l’apprentissage et le mentorat, ainsi qu’une fonctionnalité de bien-être et de sécurité. Ce service compte actuellement plus de 67 200 utilisateurs et il prévoit de toucher 400 000 enseignants supplémentaires au cours des prochains mois.
  • L’UNESCO apporte son appui à une plate-forme « open source » pour l’enseignement à distance à domicile et un répertoire régional de ressources alignées sur les programmes d’enseignement pour les apprenants et les enseignants de Kiribati, de la République des Îles Marshall, des Îles Samoa, des Îles Salomon, de Tonga et de Tuvalu.
  • Avec le soutien du GIZ, l’UNESCO lance un programme de formation des enseignants de 20 pays des Caraïbes ainsi qu’une formation aux compétences numériques et socio-émotionnelles pour les migrants et les réfugiés au Pérou.

Lisez et explorez le dernier compte rendu de la Coalition mondiale pour l’éducation.

Accédez au premier compte rendu de septembre 2020 (en anglais).

L’UNESCO organise un événement ministériel de haut niveau le 29 mars pour faire le point sur les enseignements dégagés, les plus grands risques auxquels l’éducation est confrontée aujourd’hui et les stratégies visant à ne laisser aucun apprenant de côté. Il montrera comment la Coalition mondiale pour l’éducation a mobilisé des partenaires pour soutenir les apprenants, les enseignants et les décideurs politiques par de nouveaux outils et connaissances.

fr.unesco.org

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/admission en thèse /Résultats CAMES 2020/ucad Dg du Coud/community manager journaliste/ucad centre africain de référence TDR/IFAN/CAD/universite enseignants specifiques/Commission santé COVID 19/ucad cames/Étudiant tué à l'UCAD/ucad petite porte /ucad étudiant tué/étudiant Pape Abdoulaye Touré/ucad-restauration

Enquête état des lieux sur l’édition scientifique à l’UCAD

Esthétique de la parole /Les eaux noires/Etudes Britaniques commonwealth/Appel-FLSH/Reprise des cours à l’Ucad/Colloque International Ceerno Sileymaani Baal/UCAD-Département de Philosophie/Séminaires doctoraux/enquête orale en Histoire/réinscription en thèse/ED-ARCIV/Centre d'Études et de Recherches/Département de philosophie/Mobilité linguistique/Colloque Ceerno Sileymaani Baal/ESTHETIQUE DE LA POLITIQUE/FLSH 2018-2019/recrutement de plusieurs profils à la FLSH/La date limite de dépôt pour la sélection en Master était pour le 9 février au momen/FLSH-licences pro/LARHISA

UCAD: les Etudiants de la Faculté des Lettres fustigent la reprise graduelle et menacent