in

Embouteillages monstrueux : La galère des dakarois à l’approche des grandes fêtes

Embouteillages monstrueux

Se déplacer dans les artères de la capitale sénégalaise devient de plus en plus difficile surtout en cette période du mois de Ramadan. Une situation très pénible que vivent les populations surtout celles en provenance de la banlieue dakaroise qui au quotidien quittent leurs domiciles très tôt le matin pour rallier  le centre-ville. Cette navette entre le centre-ville et la périphérie s’effectue laborieusement à cause notamment des embouteillages monstrueux qui ralentissent le déplacement des biens et des personnes.

Des congestions, on en voit dans toutes les grandes métropoles du monde. En Afrique plus particulièrement à Dakar, capitale Sénégalaise, les déplacements en voiture aux heures de pointes et de descentes se font difficilement. Malgré l’existence de nouvelles infrastructures de transport notamment l’autoroute à péage de Dakar inauguré en 2013, l’amélioration des conditions de déplacements des citoyens reste mitigée. Ce constat découle des embouteillages notés au niveau des points de chute de cette infrastructure vers la périphérie qui finissent par une intersection ou un rond-point, entre autres réduisant ainsi le gain de temps enregistré au début du trajet.

Afin de remédier à cette pénible situation, il incombe à nos autorités de mettre en œuvre ou d’améliorer les plans de circulation pour faciliter le déplacement des populations notamment à l’approche des grandes fêtes, Korité, Tabaski, fin d’année, etc.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contrôleur Interne

Une importante société de la place recrute Un Contrôleur Interne

Fédération des Etablissements Privés d'Enseignement Supérieur

Enseignement privé: La FEPES durcit le ton