in ,

Entrepreneuriat numérique : les clés, les compétences requises et une formation pour lancer sa startup

Vous avez une idée, une solution innovante qui répond aux besoins de votre cible et vous souhaitez lancer votre startup ? Si l’entrepreneuriat reste une aventure humaine particulièrement riche, il convient d’en connaître tous les ressorts pour réussir son projet.

Les clés et les qualités requises pour se lancer dans l’entrepreneuriat numérique

La transformation digitale des entreprises, qui s’est accélérée avec la crise sanitaire, a favorisé l’émergence de startup innovantes dans le numérique. « Au-delà de la simple dématérialisation des services et transactions, les questions de culture de l’organisation et de la transversalité impactent de façon profonde la sociologie des sociétés. C’est un large champ d’opportunités et d’innovations qui s’est ouvert pour les startups, explique Luc Petitnicolas, responsable R&D, formateur référent pour le mastère Manager Entrepreneurial de Projet Numérique et Stratégie Digitale (MEPN) au Campus Fonderie de l’Image. Sur ces champs d’actions possibles, il ajoute : « elles sont présentes aussi bien sur des solutions technologiques (cloudification, blockchain, big data), que sur l’élaboration d’outils très innovants à base d’IA, d’objets connectés, de VR et/ou réalité augmentée, ou de solutions logicielles en SaaS, mais aussi de services d’intermédiation y compris en B2B. »

Identifier un problème et apporter une solution simple et innovante

Pour le formateur, une bonne organisation et la capacité à porter un projet constituent les principaux critères de réussite pour le lancement d’une startup dans le numérique. « L’identification claire d’un problème pour lequel on va apporter une solution simple et innovante est un gage de succès. Il s’agit de s’assurer de l’adéquation entre la solution imaginée et les besoins des utilisateurs et, le cas échéant, de faire évoluer et d’adapter le business model. » Autre avantage de l’entrepreneuriat numérique : « aujourd’hui, grâce au digital, cette aventure créative ne nécessite pas forcément un capital de départ très important. Le maillage des incubateurs, présents partout sur le territoire, offre des opportunités d’hébergement à faible coût pour de nombreux projets, ainsi qu’un accompagnement dans les différents stades d’évolution de la startup ».

L’art du management, la compétence n°1

Parmi les qualités requises, l’art du management représente une compétence essentielle pour les futurs talents souhaitant lancer leur projet professionnel. « Savoir bien manager ses équipes est d’autant plus nécessaire lorsque les motivations fluctuent au gré des bonnes et des mauvaises nouvelles. Les conflits naissent particulièrement lorsque le doute s’installe », souligne Luc Petitnicolas. Les jeunes startuppers doivent avant tout croire en eux, afin de pouvoir surmonter les difficultés qu’ils sont amenés à rencontrer, sans se décourager. « Aimer travailler en groupe et être capable de fédérer des collaborateurs autour d’un projet, tout comme être capable de reconnaître ses limites et savoir déléguer sont également des qualités humaines importantes. »

Un mastère et un projet professionnel pour apprendre à monter sa startup

Le mastère manager entrepreneurial de projet numérique et stratégie digitale proposé par le Campus Fonderie de l’Image permet d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour créer, développer et gérer les différents aspects d’un projet de startup. Ce cursus, qui se déroule en deux ans et en alternance, permet d’obtenir un titre RNCP de niveau 7. « C’est une formation orientée lean UX et innovation. L’objectif est de former des managers de projet numérique avec une dimension entrepreneuriale dans un écosystème startup ou lab d’innovation dans les grands groupes. Ces managers auront une vision transversale d’un projet », ajoute le formateur.

4 blocs de compétences pour acquérir les principes fondamentaux

Le mastère MEPN du Campus s’articule autour de 4 principaux pôles de compétences, que nous présente le formateur de l’école :

  • Management entrepreneurial: « iI s’agit d’élaborer le business plan complet du projet. Cela passe par l’étude approfondie de son marché, de son positionnement et de la segmentation de ses cibles avec des outils d’analyse stratégique et d’innovation. Les étudiants réalisent la mise au point du business model, y compris dans sa dimension d’écoresponsabilité, et ils définissent les besoins financiers du projet. »
  • Conduite de projet Agile : « il permet de définir de manière précise le cahier des charges du projet ainsi que ses spécifications techniques. Nous évoluons dans le cadre de la méthodologie Agile Unified Process, qui est itérative, incrémentale et pilotée par les cas d’utilisation, ce qui permet une articulation efficace avec la démarche UX design. Nous utilisons également le cadre SCRUM avec le backlog et ses User Story. »
  • Conception UX design : « cette démarche est au cœur du processus de conception de nos projets. L’articulation très particulière entre le Lean Startup, pour l’élaboration du business model, et l’UX design crée toute la richesse des produits et services que nous développons. Pour que cette phase soit réussie, Il est nécessaire de bien identifier au préalable les besoins des utilisateurs par des enquêtes de terrain. »
  • Stratégie de communication : « ce bloc de compétences est dédié à la communication et au lancement du projet dans un cadre de startup. La stratégie d’acquisition est souvent corrélée avec des campagnes de crowdfunding, qui servent à la fois d’évangélisation, de levée de fonds et d’acquisition de métriques favorables. C’est aussi l’occasion de créer une communauté en fédérant les early adopters. » Les autres thématiques abordées dans ce bloc : techniques de référencement, SEM, content strategy, motion design, growth hacking…

Un projet professionnel pour mettre en pratique les compétences acquises

Au cours de la formation, les étudiants réalisent un projet startup, qui correspond à l’incubation d’un projet innovant dans le digital. Les sujets abordés sont variés : « du design de service du type plateforme d’intermédiation à des solutions logicielles, des objets connectés, de l’édition augmentée ou de la VR voire des jeux », détaille le formateur. Ils doivent d’abord identifier un problème auquel ils souhaitent répondre par une solution innovante. « Leur proposition de valeur doit être développée en se centrant sur l’usage. Les projets sont conçus jusqu’au prototypage. »

« Nos élèves sortent du mastère avec de vraies compétences, attachées à des savoir-faire concrets, dans chacun des domaines du référentiel du titre, mais également avec un projet solide prêt à être incubé. Nous les préparons au pitch car les projets sont conduits en 4 phases, conformément à la méthodologie UP, dont chacune donne lieu à un startup contest public. La soutenance finale simule elle-même un jury d’incubateur », précise Luc Petitnicolas.

De chef de projet à startupper, la success story d’Alexandre Meyer

L’ami du Collectionneur, tel est le nom de la plateforme collaborative lancée par Alexandre Meyer en 2020. Elle permet aux collectionneurs d’objets du quotidien (timbres, monnaies, livres, cartes postales… et même des capsules de champagne) de pouvoir organiser, estimer et présenter leurs collections en ligne. « Je me suis rendu compte que les outils numériques proposés aux collectionneurs ne permettaient pas de transmettre notre passion de façon optimale. Les objets d’une collection sont avant tout quelque chose de tangible. Il était donc important de pouvoir maîtriser cet aspect grâce au numérique. »

Philatéliste passionné, le jeune startupper a commencé son parcours par une licence professionnelle en gestion de projet multimédia, avant de suivre le mastère MEPN du Campus Fonderie de l’Image. « J’ai eu l’occasion de réaliser mes dernières années d’études en apprentissage au sein de l’entreprise Nokia en tant que webmaster, puis chef de projet. Je m’occupais de la gestion d’un portefeuille d’applications à destination des employés. » La décision de lancer sa startup est une idée qui germait depuis longtemps dans son esprit : « cela faisait de nombreuses années que j’avais cette envie de me lancer dans le monde de l’entrepreneuriat. Je souhaitais utiliser l’ensemble des compétences que j’avais acquises pour construire mon projet. »

Une fois son diplôme obtenu, il a ainsi pu concrétiser son ambition en lançant sa plateforme collaborative pour les collectionneurs, un projet qu’il a commencé à développer au cours de sa formation. Le projet startup et les compétences acquises en suivant le mastère MEPN du Campus lui ont ainsi permis d’acquérir l’ensemble des clés pour lancer son entreprise. « Tous les concepts que j’ai appris me servent au quotidien. Sans cet esprit startup acquis au fil de la formation, je pense que je n’aurais pas réussi à développer mon projet avec une vision aussi large sur tous les points. »

blogdumoderateur.com

Avatar

Written by Fama

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Concours ENA 2020/concours ENA 2019

Plateforme en ligne pour les cours préparatoires au Concours ENA 2021

UVS et policiers

USSEIN : Des étudiants en sit-in pour exiger l’achèvement des travaux du campus de Fatick