in

« L’Afrique devient un échiquier où les Etats-Unis et la Chine avancent leurs pièces »

Etats-Unis et la Chine
This photo taken on August 1, 2017 shows Chinese People's Liberation Army personnel attending the opening ceremony of China's new military base in Djibouti. - China has deployed troops to its first overseas naval base in Djibouti, a major step forward for the country's expansion of its military presence abroad. (Photo by STR / AFP) / China OUT

Le continent est le terrain d’une guerre d’influence sans précédent entre les deux plus importantes économies de la planète, estime notre chroniqueur

Chronique. Le continent africain est le terrain d’une guerre d’influence sans précédent entre les grandes puissances : Chine, Etats-Unis, Russie, mais aussi Japon, Inde et Turquie… Ces pays ont remis le cap sur l’Afrique avec un objectif : tisser de nouveaux réseaux d’influence et contrer la montée en puissance de leurs ennemis.

Approuvée juste avant Noël par le président des Etats-Unis, la nouvelle politique américaine vise d’abord à contrer la présence chinoise et russe sur le continent. Des pays qui ciblent « délibérément et de manière agressive leurs investissements dans la région pour avoir un avantage compétitif sur les Etats-Unis », a justifié John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

« Pratiques prédatrices »

L’homme est un farouche opposant à Pékin. Il a toujours appuyé là où cela fait mal aux intérêts chinois. Il avait même prôné il y a dix ans l’indépendance de Taïwan et l’ouverture d’une base américaine sur l’île. Aujourd’hui, il s’attaque à la Chinafrique et veut contrer ce qu’il appelle ses « pratiques prédatrices ». Mais regagner la confiance des pays africains ne sera pas forcément facile pour une administration encore marquée par les déclarations d’un Donald Trump qui parlait il y a tout juste un an au sujet de l’Afrique de « pays de merde ».

Une telle volte-face en moins de douze mois laisse forcément sceptique d’autant que la stratégie américaine ne semble construite que pour mettre Pékin en échec. Ainsi le lifting de l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC). L’agence verra ses fonctions élargies et sera dotée de 60 milliards de dollars (52 milliards d’euros) pour investir dans les pays en développement. C’est exactement la même somme que celle annoncée par Pékin en septembre 2018 lors du dernier sommet Chine-Afrique.

L’actuelle institution de financement du développement est intégrée à une nouvelle entité et autorisée à investir dans des actions sous le nom de Société américaine de financement du développement international (International Development Finance Corporation, IDFC). « En utilisant une politique connue sous l’appellation de prêter pour posséder (Loan-To-Own Program), la Chine rend des pays enchaînés par la dette et par conséquent très dépendants d’elle. Cela équivaut à une guerre économique », avait expliqué le président et directeur général de l’OPIC, Ray Washburne.

En effet, Washington s’inquiète surtout de la capacité chinoise de saisir les infrastructures qu’elle a financées et construites en cas de défaut de paiement des Etats. Les rumeurs autour d’une possible saisie d’infrastructures stratégiques à Djibouti ou au Kenya sont légion, mais aucune n’est confirmée.

Contre la diplomatie de la dette chinoise

Ironie de l’histoire, le directeur général reprend à son compte la citation de Mao Zedong : il vaut mieux proposer à un pauvre de lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson, estimant ainsi que les Etats-Unis investiront eux dans l’économie réelle pour le bien des Africains et de la croissance économique.

La stratégie américaine est donc très différente de celle des Chinois. Pékin prête aux Etats mais, dans les faits, les fonds vont généralement directement dans les poches de ses entreprises, maîtres d’œuvre dans les grands travaux en Afrique. Les Etats-Unis, eux, vont prêter aux entreprises américaines, certes, mais aussi à des coentreprises dont au moins 51 % du capital est américain afin de leur permettre d’investir dans des pays en développement. Il s’agit de se substituer au marché et offrir une assurance risque pour les inciter à travailler en Afrique et dans des zones risquées. Aucun secteur en particulier ne sera privilégié, mais l’agence affirme que les fonds devront servir – et c’est large – les intérêts stratégiques des Etats-Unis.

En réalité, Washington espère surtout créer un bouclier contre la diplomatie de la dette chinoise en proposant une autre approche et un canal d’investissement pour ses entreprises. Mais cela n’a guère de sens. D’une part, il s’agit d’une politique défensive qui n’est construite que dans un objectif d’opposition et n’a donc aucune réelle ambition de développement ou de coopération. Les gouvernements africains y verront forcément une approche opportuniste.

Ensuite, la vision américaine ne prend pas en compte la réalité des investissements chinois qui passent en grande partie par la capacité des institutions financières du pays à travailler avec les grandes entreprises chinoises et à se focaliser sur les infrastructures et l’extraction des matières premières. Les Etats-Unis risquent de saupoudrer le continent avec des investissements disparates et à court terme sans grande visibilité.

Des zones jugées stratégiques

Enfin, Pékin a plus d’une carte dans son jeu. Elle s’appuie sur des institutions financières originales comme la banque des Brics (le club des puissances émergentes), la banque asiatique d’investissement dans les infrastructures ou le fonds Chine-Afrique pour le développement. Des outils très efficaces pour lever des fonds et engager rapidement les travaux avec une diligence beaucoup moins contraignante que celle des pays occidentaux.

Quelle sera la capacité de Washington à agir rapidement sur le terrain ? La nouvelle agence américaine va cibler les entreprises du secteur privé : elle ne prêtera pas aux gouvernements contrairement aux Chinois. Les sommes prêtées ne serviront pas à financer des grands travaux mais comme capital-investissement afin d’aider les entreprises à financer leurs projets un peu sur un modèle de start-up.

 

Pour l’Afrique, cela promet l’arrivée de nouveaux acteurs et espérons-le des partenariats avec des entreprises locales, de l’emploi et une nouvelle marche vers l’industrialisation du continent. Mais on peut aussi redouter que les Etats-Unis jettent de l’huile sur le feu en tentant systématiquement de contrer les investissements chinois dans des zones jugées stratégiques comme à Djibouti, en Zambie ou au Kenya et tenter de ramener ces pays dans leur zone d’influence.

L’Afrique s’affirme en 2019 comme l’échiquier d’une guerre froide où les deux plus grandes économies de la planète avancent leurs pièces. Reste à en tirer des bénéfices. Mais pour cela, le continent devra avoir une stratégie beaucoup plus collective et claire.

lemonde.fr

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

spécialiste de programme/Chargé de mission H/F/Responsable de la gestion des connaissances/Restaurant O’bendo/Chef d’équipe Homme/Femme /Technicien de service/Chef d’équipe maintenance/Responsable du Centre de Formation/Stagiaire Commercial/Responsable d’activité électricité/Ingénieurs d’Etudes Réseaux/Conducteur Travaux Principal/Administratif et Financier H/F/Assistant Planification Homme/Femme/Responsable de Programmes Immobiliers/Regional Pharmaceutical Procurement Officer/Commercial Stagiaire/Comptable expérimenté H/F/Responsable Patrimoine/Spécialiste en Droit des Femmes et Plaidoyer/Concierge et Gardien/Contrôleur Gestion/Responsable GTM MFS/Responsable Finances Comptabilité/stagiaire en Webmaster/Chargé de clientèle/Administrateur systèmes/commerciaux expérimentés/Responsable Service après-vente/Coordonnateur Chaîne d’Approvisionnement/VIS/Télé-enquêteur/Enseignant-chercheur en Droit/Stagiaire Community Manager/Responsables Commerciaux Régionaux/Responsable des RH opérationnelles/Ingénieur Testeur Radio et Intégration/Maintenance Eolienne/Responsable site/Digital Business/Développeur Applications mobiles Junior/Spécialiste en chaine de valeur/responsable Fonds d’Investissement/Auditeur Informatique/envoyer votre CV et une lettre de Chargé de la Formation/Employé libre service/Assistant Service Commercial/Assistant Recrutement /Responsable HSSE Projet/Coordinateur Programme Confluences/Superviseur Technique/Coordonnateur Flotte/Administrateur d’entrepôt/Coordonnateur de Projet/Administrateur Système/Suivi Évaluation et Apprentissage/Économiste spécialiste en entrepreneuriat/augmenter les frais d’inscription/Directeur des opérations/partenaire principal en Ressources Humaines/Contrôleur de gestion/Opérationnel/Manager d’Opérateurs télécommunication/Opérateur Logistique/Directeur des études/Référent Logistique Opérationnelle/Recrutement d’un Chargé de Communication/Administratifs/Consultant en Gestion des Services de Santé/consultant régional en vente/Coordinateur exécutif/manager d’équipe en restauration/Administratif Et Financier/Child Safeguarding Coordinator/Zena Exoticfruits/Faculté de Médecine de l’UCAD/Chef de personnel/Spécialiste en développement institutionnel:Administrateur d’entrepôt/Commerciaux à Dakar/Assistant au programme bilingue/Responsable Marketing et Développement/Digital manager/Référence : Le Chef d'Atelier a pour rôle d'effectuer le suivi de l'activité technique et administrative de l'atelier : de la réception à la livraison du matériel. Il est chargé d'animer et gérer une ou plusieurs équipes afin d'assurer la production de l'atelier dans les conditions de rendement, de qualité, de coûts, de sécurité et de délais requis par le plan de production. Il joue un rôle majeur dans l'organisation du travail, contribue à la rentabilité de l'atelier, assure le soutien technique de l'atelier et le relais vers la hiérarchie Mission : Management : - Organiser et dynamiser le travail de ses équipes en fonction des besoins ; - Manager et animer ses équipes de mécaniciens, chefs d'équipes et contremaîtres (motivation, évaluation, formation, polyvalence, entretiens individuels, développement des compétences, climat social.) ; - Etre le garant du respect des procédures opérationnelles et de la bonne tenue de son atelier ; - Proposer les investissements nécessaires en moyens et ressources pour le fonctionnement optimal de son atelier ; - Assurer une continuité et un relais de la connaissance technique acquise ; - S'impliquer dans le programme de formation de son service ; - Connaître et faire appliquer les standards constructeurs et maîtriser leurs systèmes d'informations ; - Posséder toutes les compétences techniques requises (électricité, hydraulique, mécanique, transmission); - Appliquer les règles de gestion du personnel (règlement intérieur...) en accord avec la Direction. Logistique et organisation : - Mettre en ?"uvre des outils et méthodes de planification et de suivi des travaux ; - Gérer les priorités et les urgences; - Planifier et organiser les tâches de l'atelier dans un souci permanent d'efficience ; - Anticiper les besoins nécessaires aux fonctionnements de ses équipes ; - S'assurer de la disponibilité des pièces, des fournitures et des outillages requis pour la réalisation des travaux : suivre les besoins en outillage spécifique ; - Posséder la vision globale des exigences métier et de l'ensemble des modes de fonctionnement des équipements ; - Mettre en oeuvre et assurer le suivi du planning établi en accord avec le responsable technique ; - Assurer le reporting des activités (RA, JAD): avancement des travaux, validation et commentaires des KPI Service Après-Vente : - Assurer un support technique pour les sites extérieurs ; - Valider les choix techniques simples et complexes avec sa hiérarchie ; - Valider l'application des règles de reconditionnement (procédures) ; - Assurer le suivi des listes de pièces avec son chef d'équipe ; - Suivre les dossiers OR afin de réduire les encours ; - Valider les listes importantes de commandes de pièces avec sa hiérarchie; - Optimiser les coûts de réparation des composants ; - Assurer l'interface technique avec le client (si absence IAV/PSSR). Administration : - Assurer l'interface avec l'Administration Atelier (garanties, tickets sims, gestion des OR, pointage...) : ceci dans le respect de la satisfaction client, des délais, des coûts, de la qualité ; - Faire remonter les informations vers la hiérarchie ; - Etablir des comptes rendus technique et tickets SIMS. Qualification / Formation : - BTS/DUT en mécanique engins, électromécanique, électricité, électrotechnique ou équivalent - Expérience de 3 ans minimum dans le métier - Expérience de 5 ans dans le secteur construction métallique / mines ou dans la réparation des sous-ensembles (expérience de terrain obligatoire) Description de l'offre : Localisation du poste : Dakar Type de contrat :CDI Date d'expiration : 03-11-2018 Dossier de candidature : Envoyer un CV + Lettre de Motivation par mail à l'adresse : recrutement@saudequip.com Date limite de réception des dossiers: 03 Novembre 2018 Seuls les candidats retenus seront contactés. Chef d’atelier/assistant e administratif ve

Avis de recrutement d’un Directeur des études

Zuckerberg/Facebook est gentil/Mark Zuckerberg/événements tech

Pour 2019, Mark Zuckerberg veut convaincre le monde que Facebook est gentil