in ,

Ecole nationale de développement sanitaire et social : Les étudiants veulent l’application du système Lmd

étudiants de l'ENDSS

Le Collectif des étudiants de l’Ecole nationale de développement sanitaire et social (Endss) veut que leur établissement applique le système Lmd, en vigueur depuis plusieurs années au Sénégal. Dans leur mémorandum, ils regrettent, après une formation Bac+3, que leur diplôme soit toujours considéré, dans la Fonction publique, comme un Bfem+3.

Les étudiants de l’Endss (Ecole nationale de développement sanitaire et social) demandent l’application, dans leurs 5 points de revendications, du système Licence-Master-Doctorat (Lmd). Tekhey Sarr et Ousmane Sy, inscrits en troisième année dans ledit établissement et délégués des étudiants, nous ont rendu visite pour lancer un appel aux autorités. M. Sarr a rappelé que le président a signé le décret sur le système Lmd en 2012, mais jusqu’à présent, cela n’est pas appliqué à l’Endss.

« On veut que ce décret soit appliqué, parce qu’actuellement tous les étudiants ont le baccalauréat. Donc, avec trois ans de formation, on devrait sortir avec la Licence. Mais, à la sortie, dans la Fonction publique, on dit que le diplôme de l’Endss, c’est l’équivalent du Bfem plus 3 ans, car il n’y a pas un corps d’accueil par rapport à la Licence. Il faut appliquer le système Lmd pour harmoniser cela », a-t-il demandé.

Le deuxième point de revendications des étudiants est la séparation des examens de certification des écoles privées de santé de ceux de l’Endss. « On accède à l’Endss par un concours très sélectif. On ne doit pas organiser les mêmes examens pour l’Endss et pour les écoles privées. Cela s’est fait l’année passée. Il faut une séparation stricte », a dit le représentant des étudiants.

Le troisième point soulevé par le Collectif concerne le recrutement automatique des produits de l’Endss après la formation, car « selon les textes, 75 % des recrutements d’infirmiers et de sages-femmes de l’Etat doivent provenir de l’Endss ». Cependant, Tekhey Sarr dit regretter le chômage de la majeure partie des sortants de cette école.

Les étudiants veulent aussi l’application du décret portant sur le statut du nouveau corps des infirmiers, sages-femmes et techniciens supérieurs dans la Fonction publique. Quant au dernier point de revendications, il a trait à la prise en charge d’un de leur camarade touché par une grenade lacrymogène et qui a eu une fracture avec la perte de 7 dents le 21 février dernier. «Nous voulons que notre camarade qui s’est blessé sur l’avenue Cheikh Anta Diop soit pris en charge par les autorités. Jusqu’à présent, il n’a aucun soutien », ont déploré les délégués des étudiants. Ces derniers souhaitent rencontrer le ministre de la Santé pour que leur problème soit réglé.

lesoleil

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conférences de personnes-ressources invitées

Pierre Sarr, Doyen de la Fac Lettres de l’UCAD : « Le passage au Master n’est pas automatique »

Nouvelle année universitaire/ED-SEV/UCAD/La visite du Président Macky Sall à l’Université Cheikhmédiateur de l’Ucad/Tensions à l'Ucad /Augmentation des bourses et baisse des tickets/session d’octobre/admission à l'UCAD/Saes décrète une grève/politiques d'emploi en Afrique francophone/Les étudiants de l'UCAD donnent leurs impressions

L’Université Cheikh Anta Diop agonise : Les professeurs de chaire s’en vont à la retraite