in ,

Étudier à Bordeaux, une ville qui bouge

Bordeaux
Bordeaux

La capitale du vin est tournée vers sa jeunesse. De nombreuses formations de qualité; un cadre de vie magnifique à une heure de l’océan Atlantique… Et si vous optiez pour la perle de l’Aquitaine?

Avec ses 87 364 étudiants recensés*, Bordeaux est la 6ème ville étudiante de France. Une ville jeune, dynamique, et qui offre un cadre de vie agréable – en 2007, Bordeaux a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Les quais totalement réaménagés, le parc bordelais, le jardin botanique, ou la place de la Victoire… Bordeaux regorge de lieux «étudiants friendly», à seulement une heure de l’océan Atlantique . Avec l’arrivée du Tramway et pas moins de 65 lignes de bus, la ville est particulièrement bien desservie.

La ville compte 4 universités, un institut d’études politiques, 4 instituts universitaires de technologie, 12 écoles d’ingénieurs, 9 écoles de commerce, et deux écoles supérieures d’art, Bordeaux propose un large éventail de formations de qualité.

L’Université de Bordeaux: des instituts dans le vin, le thermalisme, la santé


L’Université est répartie sur sept campus. ©Christophe.Finot

L’Université de Bordeaux est née en 2014 de la fusion de Bordeaux 1, Bordeaux Segalen, Montesquieu Bordeaux IV entre autres. Avec plus de 50 000 étudiants (dont 6221 étrangers), elle est la troisième université française. Elle est composée de quatre collèges regroupant 19 unités de formation et cinq instituts (Institut d’administration des entreprises, Institut du travail, Institut de la santé publique, Institut du thermalisme, et bien évidemment, Institut des sciences de la vigne et du vin). Mais elle compte également trois Instituts universitaires technologiques (IUT), une école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE), 35 mentions de licence, 18 spécialités de DUT, pas moins de 210 spécialités de master, huit écoles doctorales… Tout cela réparti sur sept campus différents. Le petit plus: l’Université est associée e à Sciences Po Bordeaux.

Kedge Business School: l’école qui monte

Kedg est 1 3 ème du classement 2015 des écoles de commerce du Figaro. Wikicommons/©M690951

L’école de commerce Kedge est née d’une fusion entre BEM (Bordeaux management school) et Euromed Marseille en 2013. À la 13ème place (sur 36) du classement des écoles de commerce 2015 du Figaro étudiant et à la 30ème place (sur 85) du palmarès des écoles de commerce européennes 2015 du Times Higher Education , Kedge Business School est résolument une école «qui monte». C’est également un établissement qui œuvre pour son «ouverture» internationale. Sur ses 12 000 étudiants, 26% sont des internationaux et 43% de ses 196 professeurs chercheurs viennent de l’international. Le petit plus : l’école compte sept campus, dont quatre sont situés en France (Bordeaux, Marseille, Paris, Toulon) et trois à l’étranger (Suzhou, Shanghai et Dakar).

L’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine: l’international

L’IJBA est l’une des 14 écoles reconnues par la profession. Wikicommons/©Fabien1309

L’Ijba, un institut interne de l’Université Bordeaux Montaigne, délivre un master professionnel de journalisme. Faisant partie des 14 écoles reconnues par la profession, son concours d’entrée est très sélectif (quatre écrits et un oral). En 2015, sur les 856 dossiers reçus, seulement 37 candidats ont été retenus (4 %). Le petit plus :ses nombreux partenariats à l’international: l’École de Journalisme de l’université de l’amitié des peuples à Moscou, l’Université Roi Juan Carlos à Madrid, l’école de Journalisme de l’université catholique de Louvain ou l’université de Los Andes à Bogotá.

L’Ecole nationale de la magistrature (ENM): la voie de l’excellence

Créée en 1958, l’ENM répartit ses élèves entre ses antennes de Paris et de Bordeaux. Il est donc difficile de faire l’impasse sur l’école nationale de la magistrature lorsque l’on parle de la vie étudiante bordelaise. L’école ultrasélective, située dans l’îlot judiciaire, à proximité du tribunal de grande instance et de la cour d’appel, est le passage obligé des futurs représentants de l’autorité judiciaire. Le petit plus : les étudiants sont rémunérés pendant leur formation.

L’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux (ENSAPBX): l’institution

L’ENSAPBX se nourrit d’une histoire riche.Vimeo/©Alizée Vauquelin

L’ENSAPBX a une histoire riche. Sa création remonte à 1877, date de l’ouverture d’un cours d’architecture à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux. Une formation qui deviendra, près de cent ans plus tard, en 1973, un UFR au sein de l’Université d’Aquitaine. C’est alors que l’ENSAPBX s’installe dans ses locaux de Talence. Désormais, l’école publique compte 1020 étudiants, formés par 150 enseignants et enseignants-chercheurs. L’école propose une formation d’architecte, qui s’organise en trois cycles, une formation de paysagiste en quatre ans (pour y accéder les candidats doivent passer le concours d’entrée commun aux écoles de paysage de Bordeaux, Versailles et Lille) et trois masters spécialisés. L’ENSAPBX œuvre pour son ouverture internationale: elle participe au programme Socrates-Erasmus avec 18 pays et a mis en place des partenariats avec 11 autres pays (Canada, Australie, Thaïlande, Japon, Chine, Chili, Argentine, Mexique, Maroc, Vietnam, Brésil et Russie). Le petit plus: l’ENSAPBX est l’une des seules écoles en France à délivrer à la fois le diplôme d’architecte et celui de paysagiste D.P.L.G.


Les cinq lieux préférés de Juan, 24 ans, étudiant en deuxième année à l’IJBA.

Bordeaux regorge de scènes musicales.

Le bar Quartier libre: c’est accessible financièrement, surtout pendant les happy hours, il y a une table de billard et de la bonne musique. L’entrée est toujours gratuite et les mercredis une scène ouverte est organisée.

Le café de la fraternité: un salon de thé du quartier Saint-Michel. On peut y boire un thé marocain, et le dimanche quand il fait beau, c’est agréable d’y lire un livre ou de rencontrer des gens. Le propriétaire raconte souvent qu’une scène du film Les fugitifs, avec Gérard Depardieu, a été tournée dans son café.

Rock school barbey: c’est une école musicale et une salle de concert où des groupes de métal, de rap, de pop peuvent se produire. Les gens sont très sympas.

– Le Rocher de Palmer concerts : c’est plus de 6 000 m² de scènes et de studios de musique. C’est un peu plus cher mais cela reste abordable.

La boucle autour de la Garonne, entre le pont de Pierre et le pont Chaban-Delmas. C’est la boucle des joggeurs. C’est une vraie carte postale, avec une belle vue de la ville.

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Grenoble

Étudier à Grenoble: un esprit sain dans un corps sain

Orléans offre un cadre de vie

Étudier à Orléans, une ville pas chère proche de Paris