in , ,

Selon une étude, Étudier à l’étranger permet de trouver plus facilement du travail

Top 10/partir étudier à l'étranger/retour des sénégalais diplômés de l étranger/Étudier à l’étranger pour trouver du travail

Curiosité, confiance en soi, travail en équipe… Faire des études à l’étranger développe les compétences humaines les plus recherchées par les employeurs, selon une étude menée auprès de 4500 Américains.

Étudier à l’étranger est, plus que jamais, un passeport pour l’emploi. C’est ce que confirme une étude* de l’Institute of International Education (IIE), un organisme américain chargé de promouvoir les programmes d’échange universitaires, auprès de 4565 Américains ayant étudié à l’étranger. Et 63 % des répondants partis au moins une année estiment que leur expérience à l’étranger les a aidés à trouver un emploi. Un taux qui tombe à 43 % chez ceux partis moins de huit semaines. Curiosité, confiance en soi, travail en équipe… Une expérience à l’étranger consolide les soft skills (compétences humaines et relationnelles) les plus recherchées au XXIe siècle, selon le rapport.

Trois quarts des répondants estiment avoir «significativement» développé leur flexibilité/adaptabilité, leur curiosité, leur confiance en soi et leur connaissance de soi. En revanche, très peu de répondants (15 %) estiment avoir amélioré leurs compétences techniques.

"use strict"; var adace_load_5d81e6abe3353 = function(){ var viewport = $(window).width(); var tabletStart = 601; var landscapeStart = 801; var tabletEnd = 961; var content = '%3Cscript%20async%20src%3D%22%2F%2Fpagead2.googlesyndication.com%2Fpagead%2Fjs%2Fadsbygoogle.js%22%3E%3C%2Fscript%3E%0A%09%09%3Cins%20class%3D%22adsbygoogle%20adace_adsense_5d81e6abe32fa%22%0A%09%09style%3D%22display%3Ablock%3B%22%0A%09%09data-ad-client%3D%22ca-pub-4484318388057052%22%0A%09%09data-ad-slot%3D%228787965757%22%0A%09%09data-ad-format%3D%22auto%22%0A%09%09%3E%3C%2Fins%3E%0A%09%09%3Cscript%3E%28adsbygoogle%20%3D%20window.adsbygoogle%20%7C%7C%20%5B%5D%29.push%28%7B%7D%29%3B%3C%2Fscript%3E'; var unpack = true; if(viewport=tabletStart && viewport=landscapeStart && viewport=tabletStart && viewport=tabletEnd){ if ($wrapper.hasClass('.adace-hide-on-desktop')){ $wrapper.remove(); } } if(unpack) { $self.replaceWith(decodeURIComponent(content)); } } if($wrapper.css('visibility') === 'visible' ) { adace_load_5d81e6abe3353(); } else { //fire when visible. var refreshIntervalId = setInterval(function(){ if($wrapper.css('visibility') === 'visible' ) { adace_load_5d81e6abe3353(); clearInterval(refreshIntervalId); } }, 999); }

})(jQuery);

Des compétences à valoriser lors des entretiens d’embauche

Ce sentiment varie en fonction des études suivies. Les étudiants en langues vivantes, en droit, en business/management et en éducation sont plus nombreux à considérer que les études à l’étranger ont contribué à leur insertion professionnelle. À l’inverse, la majorité des étudiants en physique et en arts minimise l’impact de cette expérience.

78 % des répondants indiquent avoir discuté de leurs études à l’étranger lors de leurs entretiens d’embauche. Néanmoins, «les employeurs ne posent pas systématiquement de questions sur l’expérience à l’étranger», remarque l’étude. Lorsque les candidats évoquent leur expérience, c’est avant tout pour mettre en avant les compétences qu’ils ont acquises et justifier leurs choix de carrière.

* Enquête menée par téléphone en juillet et août 2017 auprès de 4565 Américains ayant étudié à l’étranger entre l’automne 1999 et le printemps 2017. 79 % des répondants sont des femmes. 64 % des répondants ont étudié en Europe et 12 % en Amérique latine ou dans les Caraïbes.