in ,

Étudier à Toulouse: pour la qualité de vie offerte par la ville rose

Toulouse, les étudiants se sentent bien, et en redemandent! D’autant plus

La capitale régionale occitane fait valoir ses nombreux atouts pour attirer plus de 100 000 étudiants sous ses toits de tuiles. Focus sur cinq établissements toulousains particulièrement attractifs.

«L’église Saint Sernin illumine le soir / D’une fleur de corail que le soleil arrose / C’est peut être pour ça malgré ton rouge et noir / C’est peut être pour ça qu’on te dit ville rose / (…) Aujourd’hui tes buildings grimpent haut / À Blagnac tes avions sont plus beaux / Si l’un me ramène sur cette ville / Pourrai je encore y revoir ma pincée de tuiles / Ô mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse…»

De cette chanson à l’origine amère, Claude Nougaro a fait un hymne à l’amour de sa ville d’enfance, rapidement adopté par les Toulousains. Difficile de rester insensible aux charmes de la «ville rose» que le chanteur décrit de sa voix à l’accent si particulier; et cela, les étudiants l’ont bien compris. Ils sont désormais plus de 100 000 à profiter des nombreux atouts de la quatrième ville de France.

Ville agréable à vivre, grande sans être écrasante, jeune et animée; transports modernes et bien organisés; proximité des Pyrénées, de la Méditerrannée, de l’Espagne… À Toulouse, les étudiants se sentent bien, et en redemandent! D’autant plus que la métropole accueille de nombreux établissements d’enseignement supérieur d’excellente qualité dans leurs domaines respectifs. Ô Toulouse!



Focus sur cinq établissements toulousains

1. L’Isae-Supaero: un des leaders mondiaux en ingénierie aérospatiale

Membre du groupe Isae (avec l’Isae-Ensma à Poitiers, l’Estaca à Paris-Saclay et l’Ecole de l’Air à Salon-de-Provence), l’Isae-Supaero de Toulouse est issu de la fusion de deux écoles, l’Ensica et la prestigieuse Supaero. L’Institut accueille 1700 élèves passionnés d’aéronautique – dont 30% internationaux – dans 33 programmes de formation différents. La recherche y est particulièrement mise en valeur. Le petit plus: L’école dispose d’une flotte de 10 avions pour «l’initiation au pilotage et le soutien à l’enseignement».

2. L’Ecole d’économie de Toulouse (TSE – Toulouse School of Economics): le top de la recherche en économie

Au sein de l’université Toulouse 1 Capitole, l’école compte environ 1 500 étudiants en cycle préparatoire intégré (L1-L2), 7000 en L3, M1 et M2, ainsi que 100 doctorants. Cet enseignement est adossé à un centre de recherche en économie qui regroupe 150 chercheurs. Leurs principales thématiques? Economie publique, théorique et industrielle, développement, économétrie, finance, statistiques… Le petit plus: La TSE a été propulsée sous le feu des projecteurs par l’attribution du Prix Nobel 2014 à son président Jean Tirole.

3. Toulouse Business School (TBS): à Toulouse mais aussi Barcelone et Casablanca

Septième au classement 2015 des écoles de commerce du Figaro, laToulouse Business School est forte de 4 300 étudiants, qu’elle accueille du bac au MBA (bachelor, grande école, mastères spécialisés…). Outre deux campus en région toulousaine, elle est implantée à Barcelone et Casablanca. Le petit plus: TBS est la troisième école française (sur douze) à avoir décroché la triple accréditation (Equis, Amba et AACSB). À l’échelle mondiale, seules 68 écoles de commerce peuvent se targuer de détenir ces trois prestigieux labes.

4. Sciences Po Toulouse: de l’action publique à la lutte contre les discriminations

Créé en 1948, Sciences Po Toulouse est un des dix Instituts d’études politiques de France. Les élèves passent les deux premières années à Toulouse, partent à l’étranger en 3ème année, puis optent pour l’un des quatre masters que propose l’école. Le petit plus: Outre les traditionnels masters d’action publique, comm unication ou relations internationales, Sciences Po Toulouse se distingue en offrant une formation autour de la politique, des discriminations et du genre.

5. L’Ecole de journalisme de Toulouse (EJT): l’une des 14 écoles de journalisme reconnues en France

Accessible à une trentaine de jeunes titulaires au moins d’un bac +2, l’EJT, école de journalisme reconnue par la profession, dure trois ans. Au programme: culture générale, langues, secrétariat de rédaction, photo, exercices divers (presse écrite, web, agence, radio, télévision), mémoire et au minimum 6 mois de stages. Le petit plus: à partir de cette rentrée 2016, l’EJT propose à certains de ses élèves de suivre leur formation en apprentissage – un modèle déjà adopté par nombre d’écoles de journalisme.


Les cinq lieux préférés d’Alicia, 20 ans, étudiante en troisième année à la Toulouse School of Economics


Pour Alicia, Toulouse est une ville «toujours en mouvement, idéale pour les étudiants»! © DR

1. À midi, je vais souvent chez Matcha (allée de Brienne), pour aller chercher mon déjeuner à emporter avec mes amis. Leurs produits sont faits maison et pas très chers.

2. Un bar super sympa à mes yeux, c’est La mécanique des fluides, place Riquet. J’y suis souvent le vendredi soir. Ils ont une carte très spéciale de shooters!

3. Pour me balader, me détendre ou courir, direction le jardin japonais, au coeur du jardin Compans Caffarelli, boulevard Lascrosses. C’est très joli et très calme.

4. J’aime bien aussi aller dans le quartier qui entoure le Palais de Justice. Le jardin des Plantes, le muséum, le Quai des savoirs… C’est un endroit vraiment très agréable où il y a mille choses à faire.

5. Je passe tous les jours devant la place Saint-Pierre, au bord des quais. Refaite récemment, cette place est vraiment LA place des étudiants toulousains: tout le monde y va, que ce soit pour manger, boire un café ou y passer la soirée!

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Drame de l'UGB

Visite du ministre de l’enseignement supérieur à l’ucad : Les étudiants exigent une visite « officielle » et plus de considération

Caen

Étudier à Caen, une ville de mémoire et de culture