in ,

Étudier au Royaume-Uni : comment choisir son université ?

Royaume-uni
Royaume-uni

Avec ses universités prestigieuses et ses spécialisations recherchées, le Royaume-Uni reste la destination préférée des étudiants français, et ce (pour l’instant) malgré le Brexit. Nos pistes pour vous aider à faire votre choix.


Tenté(e) par des études outre-Manche ? De l’Angleterre à l’Écosse, et du Pays de Galles à l’Irlande du Nord, apprêtez-vous à découvrir une palette de programmes très étendue et diverse. Les universités britanniques étant autonomes, elles gèrent elles-mêmes leurs finances et le contenu de leurs cursus.

Undergraduate et postgraduate

Les études supérieures sont organisées en deux phases : le cycle “undergraduate”, qui débouche sur un Bachelor, et le cycle “postgraduate”, qui se conclut sur un master. Notez que la durée de ces cycles varie selon les universités et les disciplines. En Écosse, par exemple, le Bachelor dure systématiquement quatre ans, et le master un an.

Erasmus + : plus de demandes que de places

Le Royaume-Uni est la première destination des étudiants français dans le cadre du programme Erasmus +. Ils sont environ 7.000 à bénéficier d’un échange chaque année. Le principe est simple : vous partez étudier, pendant un ou deux semestres, dans une université partenaire de votre établissement d’origine. Vous restez ainsi étudiant en France et ne payez pas de frais supplémentaires.

Avant de vous fixer sur ce mode de départ, renseignez-vous auprès du service des relations internationales de votre établissement pour connaître la liste des universités britanniques susceptibles de vous accueillir. Leur nombre est limité (certains établissements n’ont même aucun accord) et les places sont attribuées en fonction des résultats académiques.

Si vous n’avez pas la possibilité de partir en échange, il vous restera deux stratégies : choisir une destination non anglophone dispensant des cursus en anglais, en Scandinavie par exemple, ou vous inscrire directement au Royaume-Uni, en solo.

Partir en solo : anticipez !

Aux près de 7.000 étudiants partis avec Erasmus viennent ainsi s’ajouter les 12.500 jeunes partis en “free mover”, selon le British Council, c’est-à-dire grâce à une candidature individuelle et payante. La France est le deuxième pays européen à envoyer le plus grand nombre d’étudiants au Royaume-Uni, après l’Allemagne. Un succès qui ne devrait pas être menacé par le Brexit, en tout cas pour les deux prochaines années.

Le site d’inscription UCAS (Universities and Colleges Admissions Service) est le passage obligé pour ceux qui veulent intégrer un Bachelor directement après le bac. Il recense plus de 370 établissements, dont une centaine d’universités, qui sont presque toutes pluridisciplinaires.

Sur votre dossier électronique, vous pouvez choisir jusqu’à cinq universités. L’UCAS se charge ensuite de transmettre votre dossier aux établissements concernés. “La pièce maîtresse du dossier est une lettre de motivation qui doit avoir été très murie en amont de sa rédaction pour qu’elle soit vraiment aboutie et suffisamment large pour couvrir les cinq universités choisies, prévient Marianne Garcia, chargée de projets au British Council. Il importe de parler de soi, de ce qu’on aime faire en dehors des études, pas seulement de son cursus.”

Attention au calendrier ! Les inscriptions sont ouvertes dès le mois de septembre de l’année précédant la rentrée envisagée. Pour les universités les plus prestigieuses, la date limite est fixée au 15 octobre. Pour les autres, elle avoisine en général le 15 janvier.

À noter : si vous souhaitez entrer en deuxième ou troisième année de Bachelor, vous devez d’abord contacter l’université et obtenir l’autorisation de l’Admission Tutor (responsable des admissions) avant de postuler via l’UCAS.

Réputation internationale

Un critère à prendre en compte dans votre choix peut être la notoriété des universités. Certaines rivalisent avec les établissements américains dans les classements internationaux. Les deux plus réputées, Oxford et Cambridge (dites “Oxbridge”), font jeu égal avec Berkeley, Princeton, Yale…

Times Higher Education 2017QS Top Universities 2018Shanghai (ARWU) 2016
1U. of Oxford 1reU. of Cambridge 5eU. of Cambridge 4e
2U. of Cambridge 4eU. of Oxford 6eU. of Oxford 7e
3Imperial College London 8eU. College London 7eU. College London 17e
4U. College London 15eImperial College London 8eImperial College London 22e
5London School of Economics 25eKing’s College London 23eU. of Manchester 35e
6U. of Edinburgh 27eU. of Edinburgh 23eU. of Edinburgh 41e
7King’s College London 36eU. of Manchester 34eKing’s College London 50e
8U. of Manchester 55eLondon School of Economics 35eU. of Bristol 57e
9U. of Bristol 71eU. of Bristol 44eU of Cardiff 101e-150e
10U. of Warwick 82eU. of Warwick 57eU. of Sheffield 101e-150e

Notez toutefois que les classements internationaux mettent l’accent sur la recherche. Il est donc intéressant de les regarder à partir du niveau “postgraduate”, à savoir master et doctorat. Avant cela,d’autres aspects sont plus déterminants pour votre choix, comme la sélectivité, la situation géographique ou le montant des droits d’inscription, si vous partez en dehors d’un échange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

formation sur ArcGis

Formation sur ArcGIS : Geomatica organise une session , du 21 au 23 février 2018 à Dakar

AG du Campus de Sanar/Hult Prize/Année blanche

Concours des médecins internes: Quatre étudiants de l’Ufr des sciences de la Santé de l’UGB majors de l’édition 2018