in

FIDAK 2017: Journée du Conseil Sénégalais des Chargeurs (COSEC)

FIDAK 2017 Journée du Conseil Sénégalais des Chargeurs

Avant-hier jeudi, c’était au tour du Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC) de célébrer sa journée à la salle Alioune Diop du CICES, à la 26ème Foire Internationale de Dakar (FIDAK). Le Directeur Général du COSEC M. Mamadou Ndione venu présider l’événement a profité de l’occasion pour saluer le travail entrepris par les partenaires naturels que sont les opérateurs économiques, les organisations patronales, les structures d’appui du secteur privé.

Le panel organisé à cette occasion a permis d’échanger sur le thème choisi cette année

“Le cabotage sous régional un défis pour l’émergence”

Ce panel riche en échange a vu la présence du commandant Fall du Consortium Sénégalais d’Activités Maritimes ( COSAMA) qui a rappelé l’intérêt du transport maritime constituant aujourd’hui un volet majeur des perspectives de développement économique à savoir le commerce, la compétitivité, la croissance et la création d’emploi. Le COSOMA assure la gestion de la liaison Dakar-Ziguinchor depuis dix ans avec l’aide de ses partenaires comme le COSEC et la Banque Nationale de Développement Economique (BNDE) qui lui ont permis d’acquérir deux navires cargo “en 2014 avec l’acquisition d’un navire cargo 2000 tonnes qu’on a surnommé le Diogué et en 2017 un cargo de 5000 tonnes appelé Djilor”. Grace au soutien du COSEC, le COSOMA assure quelques liaisons dans la sous région à savoir l’axe Mauritanie-Abidjan une fois par mois, Kaolack-Banjul et même au delà. Le commandant n’a pas manqué de souligner que le COSOMA est constitué d’expertise locale avec un équipage totalement sénégalais du commandant jusqu’aux matelots. Aussi avec l’aide de l’administration maritime, cette entreprise a mis en place des systèmes de sécurité et de sûreté qui sont au standard international, mais également une fiabilité et une régularité de la rotation. Ce qui a permis une reprise de confiance de la population locale. Le COSOMA est entrain d’abattre un excellent travail pour capter tous les produits de la sous région, en essayant d’acquérir d’autres navires pour assurer les lignes régulières sur l’axe Dakar-Praya et l’axe Dakar-Abidjan. En terminant son discours il n’a pas manqué de lancer un appel aux chargeurs pour qu’ils trouvent un compromis avec le COSOMA pour le transport de leurs produits et ceci pour le développement de l’économie nationale.

Prenant la parole, le représentant de l’Agence Nationale des Affaires Maritimes (ANAM) M. El Hadji Ababacar Faye a voulu présenté brièvement les opportunités nationales et sous-régionales pour le cabotage. Il a commencé par souligner la position géographique et naturelle du Sénégal qui est à la croisée des routes maritimes ce qui permette une compétitivité des autres ports. Il a tenu à rappeler les conditions de création de cette agence survenue suite aux événements malheureux de 2002 que la communauté internationale avait recommandé au Sénégal de se doter d’une administration forte qui puisse répondre aux aspirations, notamment en terme de sécurité maritime. L’ANAM a pour mission la gestion de l’administration des navires, des marins en leurs garantissant une formation de qualité répondant aux normes standards internationaux, la planification du développement des ports secondaires et la planification des projets de développement. M. Faye a tenu à rappeler toutes les réalisations de l’ANAM ainsi que les projets en cours à savoir sur les navires et les ports de commerce ainsi que sur le cabotage, en développant les échanges dans certains axes. Il exhorte les autorités à mettre un dispositif pour faciliter la transition vers les autres ports

Le dernier panéliste, le doyen Mory Thiam a centré son discours sur la facilité de la facturation portuaire sur le cabotage avec un accompagnement des armements communautaires c’est à dire de veiller à la gestion des armements. Il n’a pas manqué de souligner le non respect des tarifications des produits transportés. Enfin, le professeur a suggéré aux autorités de revoir tous les tarifs en réduisant les majorations afin d’éviter des conflits internes.

La journée dédiée au COSEC pour cette 26ème édition de la FIDAK s’est terminée par une visite des stands au pavillon Sénéngal.

 

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FIDAK 2017-Rencontre

FIDAK 2017 : Panel scientifique sur le thème « Rôle et place des foires et expositions dans le développement économique social »

Éducation nationale au Tchad

Éducation nationale: une année confuse au Tchad