in

Les universités françaises devraient remonter dans le classement de Shanghai

OCDE/étudiants stagiaires/Nouvelle-Orléans/france/contre la hausse des frais d'inscription/universités françaises/hausse des frais de scolarité/master/avenir dans l’enseignement supérieur/France-Enseignement supérieur/classement de Shangaï/travail au noir/coût élevé des études supérieures/Enseignement sup/Camille Peugny/master sans redoubler/Du « savoir-faire » au « savoir-être », les étudiants d’aujourd’hui cherchent leur voie autant qu’ils veulent faire entendre leur voix./Demande d’admission/Université/comment passer une bonne année scolaire/études supérieures pour vivre /réorientation des étudiants désorientésplus longtemps/Faire un baccalauréat scientifique/Gouvernement dévoile les nouvelles modalités d'entrée à la fac/Échec à l'université

Les chercheurs devront désormais renseigner comme première affiliation l’université qui héberge leur laboratoire. Un nouveau critère qui devrait permettre aux universités françaises de gagner plusieurs places dans le classement mondial de Shanghai.

Il s’agit d’un changement mineur qui pourrait permettre aux universités françaises de gagner plusieurs places dans le classement Shanghai qui répertorie les meilleures universités mondiales. Les chercheurs vont désormais mentionner l’université à laquelle ils sont rattachés et non plus seulement leur laboratoire, selon Les Échos de jeudi.

Une nouvelle manière de référencer les chercheurs. Dans un courrier adressé au président du CNRS, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal devant aux chercheurs français les plus cités au plan mondial de mentionner l’université à laquelle leur laboratoire est rattaché comme première affiliation, selon Les Échos.

Cette consigne correspond à un changement dans les critères étudiés par Shanghai pour établir son classement : seule la première “affiliation” est désormais prise en compte. Hors les chercheurs français (nommés “highly cited researchers” ou “HiCi”) renseignaient jusque là comme première affiliation leur laboratoire (CNRS ou CEA par exemple) puis leur université de rattachement, ce qui les rendait les établissements moins visibles. Et comme ces “HiCi” représentent 20% du score total de chaque université, leur affiliation à une université est importante.

Des universités qui devraient gagner en visibilité. Avec ce nouveau mode de référencement des chercheurs reconnus, les universités devraient ainsi gagner plusieurs places. L’astrophysicien Daniel Egret, chargé de mission à Paris-Sciences et Lettres, estime ainsi que l’université de Lorraine devrait remonter de 84 places dans le classement tandis que celle de Toulouse-III devrait en gagner 57.

Et selon le spécialiste interrogé par Les Échos, l’effet sera encore plus “spectaculaire” pour les établissements situés entre la 200ème et la 300ème place car les écarts sont très réduits, ce qui n’est pas le cas des universités classées parmi les 100 premières comme Paris-Saclay ou Sorbonne-Université.

Un classement d’importance. Ce classement apparaît comme étant d’autant plus important que la France est le quatrième pays d’accueil pour les étudiants internationaux. Néanmoins, il reste dominé par les universités américaines. Le premier établissement français, Sorbonne-Université – un nouvel ensemble issu de la récente fusion entre Paris-Sorbonne et l’université Pierre-et-Marie-Curie -, n’arrivait qu’à la 36ème place en 2018.

europe1.fr

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

étudiants attributaires d’une bourse/PASET et Rsif/Offre de bourses année académique 2019-2020

Programme de bourses Erasmus + Université Huelva – UCAD

E-commerce en Afrique/commerce numérique en Afrique

80 millions de jeunes vont bénéficier de l’essor du commerce numérique en Afrique (étude)