in

Les enseignants annoncent la couleur d’une année scolaire mouvementée

Marche des Syndicats de L’Enseignement

GREVE DE ZELE LE PREMIER JOUR DE LA RENTREE

Les enseignants annoncent la couleur d’une année scolaire mouvementée

A quelques jours de la rentrée des classes, les ingrédients sont réunis pour une année scolaire ponctuée de perturbations. Du moins, si l’on en croit des syndicalistes déjà sur le pied de guerre.

La rentrée des classes pour les élèves est prévue le 09 octobre prochain, soit une semaine après celle du personnel enseignant. Un rendez-vous qui s’annonce sous de mauvais auspices. Et pour cause, l’organisation démocratique des enseignants du Sénégal (Odes), affilée à la confédération des syndicats autonomes (Csa), prévoit de faire des grèves de zèle pendant ces deux jours dans tout le territoire national. « Ceci, pour montrer le mécontentement des enseignants par rapport au non-respect des accords avec le gouvernement depuis février 2014 », apprend Ibrahima Wane, secrétaire général de l’organisation démocratique des enseignants du Sénégal. Il s’agira, informe-t-il, de faire une présence négative (pas appel et non plus de taches et non de taches administratives). « Une autorisation de marche sera déposée dés le 03 octobre en attendant le dépôt d’un préavis de grève », annonce le responsable syndical, précisant que 2018 est un tournant décisif, « car nous sommes convaincus que 2019 étant une année électorale, l’exécutif sera en campagne électorale ».

Recette pour une année apaisée

Pour une année scolaire sans perturbation, le boss de l’Odes estime qu’il faudra impérativement corriger le système de rémunération et de motivation. Un système qui, dit-il, cultive l’iniquité et qui favorise une discrimination manifeste entre les enseignants et les autres secteurs de l’administration. Il relève que la publication du décret 99-908 de novembre 1999 modifié, est une urgence. Ce dernier, soutient Ibrahima Wane, permettra de reclasser immédiatement plus de 10 000 élèves-maitres qui, depuis, sont toujours dans le corps d’attente précaire des contractuels. Dans le même sillage, M. Wane rappelle que les Assises de l’Education ont préconisé la création d’une Banque éducative avec des taux d’intérêts avoisinant 3%. Selon lui, la mise en place de cette banque contribuerait inéluctablement à la lutte contre l’usure et la paupérisation des enseignants. « Aussi demandons-nous au ministre de l’éducation d’octroyer des permanents syndicaux à l’Odes qui n’en a qu’un seul alors que des syndicats moins représentatifs en ont plus de 10, parce qu’ils sont tout simplement proches du pouvoir », se désole-t-il. « Certains responsables syndicaux qui, malgré leur promptitude à s’épancher dans la presse, sont arrivés bons derniers aux dernières élections de représentativité des syndicats du secteur de l’enseignement. Malheureusement, on leur octroie 5 à 6 permanents, chacun au détriment des organisations syndicales qui figurent dans le peloton de tête », s’indigne Ibrahima Wane. « Nous appelons les syndicalistes affiliés au Grand Cadre à se regrouper autour de l’essentiel pour faire face au gouvernement pendant l’année scolaire 2017-2018. Les élections sont un événement majeur, mais la lutte syndicale nécessite la jonction de toutes les forces pour peser sur la balance », conclut le patron de l’Odes.

L’observateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FASTEF recrutement de 22 assistants stagiaires

FASTEF : Appel à candidatures pour le recrutement de 22 assistants stagiaires

Présentation des deux livres du colonel Moumar Gueye

Les livres ‘’l’arbre est la vie’’ et ‘’l’eau source de paix et de sécurité’’ Présentés au public