in ,

Cfee et Bfem : Les frais d’inscription seront augmentés

UNESCO-Sénégal/Formation/Afd/UNESCO-Education/RSE Sewa/langues étrangères et les langues africaines/Hausse des frais d'inscription aux examens du CFEE et du BFEM/Alphabétisation et de formation professionnelle/Unesco donne une mauvaise note à l’Afrique/UNESCO dénonce l'absentéisme des enseignan/élèves du primaire ne maîtrisent pas la lecture et le calcul

Les frais d’inscription aux examens de l’entrée en sixième, du Cfee et du Bfem vont connaître une hausse à partir de cette année. La décision a été prise au sortir de trois rencontres avec le ministère de l’Education et l’association des parents d’élèves.

Le décret 94-1283 du 24 novembre 1994 fixe les frais d’inscription à 250 FCfa pour le Cfee et 500 FCfa pour le Bfem. Ces montants seront revus à la hausse afin de mieux organiser ces examens et concours. Un nouveau décret prévoit de porter les frais d’inscription à 1.000 FCfa au lieu de 250 FCfa pour l’examen du Cfee et à 2.000 FCfa au lieu de 500 FCfa pour le Bfem. « Cette augmentation des frais est motivée par deux choses. Il y a d’abord l’amélioration de la prise en charge des correcteurs, des surveillants et des superviseurs des examens. Il y a ensuite la nécessité de satisfaire une requête des syndicats d’enseignants qui avaient souhaité la hausse des indemnités », a justifié le directeur des examens et concours au ministère de l’Education nationale, Amadou Moctar Ndiaye. Pour ce dernier, l’évolution de l’environnement des apprentissages, les conditions d’évaluation et surtout la quête de qualité imposent une meilleure organisation de ces examens et concours. « Il y a un changement de paradigmes avec un paquet d’activités d’évaluation comme par exemple le cadre de référence, le domaine de définition, entres autres », a relevé l’inspecteur. Le directeur Ndiaye note qu’on est passé de quatre épreuves à dix pour le Cfee.

En outre, il y a le nombre de candidats qui a augmenté de 20.000 à 250.000. Il en est de même pour l’examen du Bfem avec les 14 épreuves. A en croire Amadou Moctar Ndiaye, depuis les indépendances jusqu’à nos jours, le Sénégal est jusqu’ici le pays qui a le plus faible taux d’inscription aux examens de la sous-région. « Le format actuel des épreuves fait qu’on utilise beaucoup de papiers et en plus on procède à une évaluation scientifique avec une double correction au Cfee et à l’entrée en sixième, conformément aux normes internationales », a souligné Amadou Moctar Ndiaye. Faudrait-il aussi le rappeler qu’en plus de des dépenses précitées, des appuis sont octroyés aux inspections d’académie et aux inspections de l’éducation et de la formation principalement.

Chaque année l’Etat injecte deux milliards FCfa pour l’organisation de ces examens et concours.

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

One Comment

Leave a Reply
  1. et pourquoi ne pas les enlever totalement du calendrier scolaire sénégalais compte tenu du fait que ce sont des diplômes qui ne servent plu à grand chose. qu’elle est actuellement le concours qui demande le diplôme du CFEE et du BFEM?
    ce ne sont que des gouffres a argent alors qu’on gagnerait bp à faire passer les élèves avec juste la moyenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

séminaire de libraires à Abidjan

Séminaire de libraires: Abidjan accueille les libraires d’Afrique subsaharienne

inégalités hommes-femmes en Afrique

Les inégalités hommes-femmes toujours criantes en Afrique