in ,

A Dakar, des étudiants déboussolés par la hausse des frais universitaires en France

hausse des frais universitaires/Mary Teuw Niane à l'Ucad

L’annonce de Paris bouleverse les projets de nombreux jeunes Sénégalais, à quelques semaines de la période des inscriptions.

A Dakar, la jeunesse est en colère. Pas cette jeunesse pauvre qui survit de la vente de babioles dans les embouteillages de la ville ; ni celle qui tue le temps sur les trottoirs, en quête d’un menu service à rendre pour trois francs six sous. Non, c’est l’autre jeunesse qui gronde. Celle qui se rêvait en saute-frontières et se projetait déjà sur les bancs d’une université française.

Etienne N’Gom est de ces jeunes-là. A 25 ans, celui qui termine ses études à l’Institut supérieur de l’agriculture rurale ne sait plus trop à quoi il pourrait bien rêver. Jusqu’au week-end dernier, il avait la France comme horizon et pensait compléter sa formation d’ingénieur à l’université de Montpellier. Aujourd’hui il estime qu’on lui vole son rêve et se dit « déboussolé », « perdu », un peu « fâché » aussi. « L’augmentation annoncée des droits d’inscription met mon projet par terre. Et là, j’avoue que je ne sais plus vraiment ce que je vais faire », regrette le garçon.

Une semaine après l’annonce par le premier ministre français, Edouard Philippe, que les étudiants étrangers non européens ne paieront plus 170 mais 2 770 euros pour chaque année de licence, Etienne a du mal à lâcher son projet : « C’est le seul plan que j’ai pour arriver là où je veux aller, travailler non pas dans le rural mais dans l’agroalimentaire. Ici, il n’y a pas de formation au niveau ingénieur. » Déboussolé, il tourne toutes les possibilités dans sa tête. « Ma mère est femme de ménage à Hambourg. Est-ce que je dois regarder de ce côté-là ? », souffle-t-il, interrogatif, avant d’ajouter un définitif « pas envie », comme pour se répondre.

Chasse aux cerveaux

Vendredi 23 novembre, sous les arbres du Cours Sainte-Marie-de-Hann, dans le quartier des Maristes, à Dakar, ils sont nombreux comme lui à s’interroger. Dans cet établissement privé très coté de la capitale, qui va des petites classes au bac, rêver de l’étranger est quasiment une norme, un passage obligé. Ici beaucoup de lycéens, à l’instar de Coumba ou d’Inès, ont déjà une partie de leur famille à Paris. Certains y sont même nés. C’est le cas de Mohamed Benoussi, 17 ans. « Deux ans que je suis de retour d’Italie, où je suis né. Papa est rentré pour monter une entreprise ici ; mais moi je ne veux pas rester. Comme il n’est pas question de retourner dans l’Italie de Matteo Salvini, je pensais rejoindre ma sœur à Paris. Mais j’avoue que là, je ne sais plus trop », expose l’élève de 1ère scientifique, en traînant devant les stands des établissements français alignés dans la cour de son lycée.

Tous les ans, une bonne vingtaine d’écoles et d’universités de l’Hexagone participent à ce forum pour tenter de convaincre les bons élèves sénégalais que la France vaut mieux que les Etats-Unis, le Canada ou le Japon. La chasse aux cerveaux passe par cette présentation des établissements à l’étranger, car depuis plusieurs décennies les pays s’arrachent les profils les plus prometteurs, un peu partout dans le monde. Ces derniers sont happés dans le maelström des 4,6 millions d’étudiants dits internationaux.

A Dakar, ce vendredi d’automne, les plus cotées des classes préparatoires parisiennes sont bien là. Janson-de-Sailly, Louis-le-Grand, Lakanal, Pierre-Gilles-de-Gennes… Toutes tentent de repérer, parmi les adolescents qui se renseignent, les petits génies susceptibles d’intégrer de prestigieuses grandes écoles. Sur les stands, on ne se vante guère de l’augmentation des frais d’inscription qui concernera aussi les élèves des classes prépa, obligés d’être inscrits en parallèle à l’université.

« Il va bien falloir qu’on se décide »

Les jeunes « sont nombreux à avoir compris que l’Afrique devait rester chez elle », remarque, déçu, un enseignant du lieu. « Ce que Paris oublie, c’est qu’ils vont se tourner vers d’autres pays. Les Etats-Unis ou le Canada offrent bien plus de bourses, et je ne vous parle même pas de la Chine », ajoute le même professeur, qui ne souhaite pas être cité. Si Olivier Sagna, directeur des études et de la coopération au ministère sénégalais de l’enseignement supérieur, ne dit pas combien ils seront demain, il observe qu’aujourd’hui « environ 10 000 étudiants sénégalais sont inscrits dans les universités françaises et 7 500 dans des écoles ».

Sur son petit stand de l’université Paris-VIII, Marie Philémon fait tout pour leur être agréable. La conseillère d’orientation semble partout à la fois, saisissant ici une fiche d’information pour une licence de sociologie, là un joli sac en Nylon de couleur vive qui fait fureur chez les lycéens. En quelques heures ce vendredi, deux de ses interlocuteurs lui ont posé LA question. « Ils m’ont demandé si cette annonce du premier ministre était bien sûre, si elle serait effective en septembre prochain. Ils m’ont dit leur inquiétude aussi, leur impression qu’on ne veut plus d’eux », souligne la jeune femme.

Un stand plus loin, Olivier Ribault, responsable des relations internationales à l’Association des instituts universitaires de technologie (IUT), estime, lui, qu’en définitive « on en parle moins que prévu ». Aux questions, il répond par un vague « on attend les informations officielles et la circulaire »… Une phrase qui ne satisfait guère. « On est à quelques semaines des inscriptions, il va bien falloir qu’on se décide », observe Anaïs Sylla, élève de terminale. « Personnellement, je regarde plutôt vers les Etats-Unis ou le Canada que vers la France. Je veux faire des études de commerce et les meilleures écoles sont là-bas. Je tenterai la France en troisième choix. Avec Dauphine et surtout pas une prépa, je n’ai pas envie. Ce serait pourtant pratique, vu que maman vit dans les Hauts-de-Seine », résume la jeune fille, très décidée en dépit de ses 17 ans.

Kettani Zaoui [son nom a été changé] optera, elle, pour le pays qui lui offrira une solution de financement. « Je suis très bonne élève, observe la jeune fille. Mes enseignants veulent m’inscrire à la bourse française d’excellence [une centaine de bourses par an, réservées aux élèves du réseau des établissements français de l’étranger et qui leur assurent le financement de cinq années d’études en France]. Mais je regarde aussi un établissement marocain qui me propose déjà une bourse », murmure-t-elle, un brin gênée de se « vendre » au plus offrant.

De son côté, d’ailleurs, Mary Teuw Niane, le ministre sénégalais de l’enseignement supérieur, ne se dit pas vraiment gêné par la mesure française. « Cela me permet de conforter le label de qualité de l’enseignement sénégalais, Etudier au Sénégal », observe-il, pragmatique. Une approche que les futurs étudiants, eux, n’entendent pas de cette oreille.

Maryline Baumard

lemonde.fr

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlements africains

« La forte présence des femmes dans les Parlements africains n’est pas une garantie de changement »

universitaires nigérians

Les universitaires nigérians entament leur 4e semaine de grève