in , ,

Le CAMES 1968-2018 : Un demi-siècle au service de l’enseignement supérieur et de la recherche en Afrique

histoire du CAMES

Ainsi s’intitule l’ouvrage publié sur l’histoire du CAMES, paru au Québec aux Éditions Sciences et Bien commun (ESBC). L’auteur, Docteur Chikouna Cissé, est Maître de conférences à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Il est spécialiste des questions de migrations et de conflits. Ce livre qui constitue un évènement sans pareil dans l’histoire du CAMES est le premier ouvrage qu’il rédige sur l’Histoire des Institutions. Il a été choisi à la suite d’une sélection, parmi les candidats ayant répondu à la suite d’un appel d’offre lancé par le CAMES en 2017.

Cette analyse critique de la trajectoire du CAMES de 1968 à 2018 comprend 277 pages facilement lisibles. Il est mis en contexte par un avant-propos signé du Professeur Jacques Fame Ndongo, Président en exercice du Conseil des Ministres du CAMES, suivi d’une préface du Professeur Bertrand Mbatchi, Secrétaire Général de l’Institution.

L’ouvrage est subdivisé en trois parties. La première partie est une présentation de la « genèse et des origines » du CAMES. Dans un premier temps, il fait une archéologie du CAMES avant 1968, évoquant une Institution dont les origines remontent aux années 1940. Ensuite, l’auteur étudie la création du CAMES en 1968, suivi des temps héroïques qu’il clôture en 1980. La deuxième partie analyse les « crises de croissance et les dynamiques de progrès » du CAMES durant deux décennies. L’auteur consacre le premier temps de cette partie aux « années de transitions » qui ont suivi, entre 1980 et 1988, le départ de Joseph Ki-Zerbo du secrétariat général du CAMES. Le deuxième temps est consacré à l’héritage et aux dynamiques du CAMES entre 1988 et l’an 2000. La troisième partie est une présentation du CAMES du XXIe siècle, une période pendant laquelle cette Institution, selon l’auteur, s’est engagée dans une marche vers la modernité malgré des vents contraires.

Pour aboutir à ces résultats, l’auteur est resté dans les canons de la science et les exigences critiques de la discipline historique. Ses analyses sont étayées par des faits. Les témoignages des acteurs de l’Histoire du CAMES ont été recueillis tels que l’exige la discipline historique. La majorité des sources est constituée des archives consultées à la fois au CAMES et ailleurs, dont une sélection est contenue en annexes. La rigueur a été de mise dans l’analyse.

A la fin de son étude, l’auteur conclut que son ouvrage est un « bilan d’ensemble du CAMES, après 50 ans d’existence ». Pour lui, c’est surtout une étude qui « relève finalement de la lecture classique de la vie des institutions : celui d’un chassé-croisé entre des dynamiques de progrès et des temps de régression ». L’ouvrage du Docteur Chikouna Cissé s’achève sur ces mots de Joseph Ki-Zerbo, premier Secrétaire Général du CAMES : « Si le CAMES n’existait pas, c’est maintenant qu’il faudrait l’inventer ».

L’ouvrage du Docteur Chikouna Cissé est accessible gratuitement en ligne à l’adresse suivante : https://bit.ly/2LBFxhQ

mesr.gouv.sn

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entretien avec le Recteur UGB

UGB : le message fort du nouveau recteur Ousmane THIARE aux étudiants

Les étudiants de l'UCAD donnent leurs impressions

Langues nationales : les universitaires invités à s’ouvrir aux chercheurs qui ne sont pas de l’université