in , ,

Pourquoi le bras de fer entre Huawei et Google inquiète l’Afrique

Huawei et Google

La décision de Google de ne plus permettre à Huawei d’utiliser son logiciel Android est considérée comme le début d’une guerre froide technologique qui pourrait obliger les pays africains – dans le futur – à choisir entre la technologie américaine et chinoise, affirment des analystes interrogés par la BBC.

Les Africains qui se connectent de nos jours sur la toile ont de très grandes chances d’utiliser des smartphones chinois alimentés par un réseau construit en Chine, et au moins pour la moitié de ces smartphones, ceux construits par Huawei, le géant technologique chinois.

“Huawei a construit d’énormes pans de l’infrastructure informatique actuelle de l’Afrique. Si les États-Unis réussissent à paralyser l’entreprise, les conséquences pourraient être très douloureuses pour le secteur technologique africain en plein essor, désormais dépendant d’une entreprise dans la ligne de mire de Washington”, analyse Éric Olander, de ”The China Africa Project”.

Le président américain, Donald Trump, a exhorté les alliés américains à couper les liens avec Huawei, affirmant que la technologie de l’entreprise, entre autres, représentait un risque pour la sécurité, car elle permettait au gouvernement chinois d’espionner.

L’entreprise a rejeté ces accusations à plusieurs reprises. L’initiative américaine pourrait déclencher ce qu’Éric Schmidt, l’ancien PDG de Google, avait prédit comme l’inévitable tournant de l’Internet : un “Internet dirigé par les Chinois et un Internet non chinois dirigé par les Américains”.

Si cela devait arriver, l’Afrique ne devrait pas prendre parti, d’après Harriet Kariuki, spécialiste des relations sino-africaines.

“Ce n’est pas notre combat, nous devrions plutôt nous concentrer sur ce qui fonctionne pour nous”, a-t-elle dit à la BBC.

Les pays africains devraient plutôt s’unir pour éduquer les gens sur ce qui est en jeu et, espérons-le, convenir d’une loi de protection des données de type européen pour protéger les consommateurs africains, ajoute Harriet Kariuki.

“C’est probablement le moment où l’Afrique peut envisager de développer ses propres technologies adaptées à son marché au lieu d’être un consommateur passif. Je veux voir les pays africains s’unir et repousser cette colonisation numérique rampante”, espère-t-elle.

”Le piratage de l’Union africaine”

Alors que les préoccupations récentes au sujet de Huawei se sont focalisées sur les réseaux de communication en Occident, il existe aussi des accusations plus anciennes d’atteinte à la sécurité en Afrique.

En janvier 2018, le journal français ”Le Monde”, a indiqué que le système informatique installé principalement par Huawei au siège de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie, aurait été compromis.

La cellule informatique de l’UA a découvert que pendant cinq ans, entre minuit et 2 h du matin, les données des serveurs de l’organisation panafricaine ont été transférées à plus de 8 000 km – vers des serveurs à Shanghai.

Ces accusations ont été rejetées par l’Union africaine et les responsables chinois.

Les gouvernements africains, même ceux qui entretiennent des relations étroites en matière de sécurité avec les États-Unis, se sont pour la plupart abstenus du débat sur Huawei – et les raisons sont évidentes.

Huawei a une place majeure en Afrique, où elle est un important vendeur de smartphones.

Cobus van Staden, chercheur sur les relations entre la Chine et l’Afrique à l’Institut sud-africain des affaires internationales, a expliqué à la BBC que Huawei avait aussi construit la plupart des réseaux Internet 4G en Afrique.

Bob Collymore, PDG de Safaricom, le géant kényan des télécommunications, n’a pas hésité à qualifier Huawei de “grand partenaire pendant de nombreuses années”.

“Nous aimerions continuer autant que possible avec nos partenaires, mais il peut y avoir des difficultés pratiques si l’embargo s’applique aux entreprises américaines qui travaillent avec Huawei parce qu’il s’agit d’un milieu interconnecté “, a-t-il déclaré dans un récent discours.

Huawei en Afrique :

  • Début sur le continent Africain en 1998 au Kenya
  • Présent dans 40 pays
  • A construit au moins 50 % du réseau 4G en Afrique
  • Fournit la technologie pour les projets de villes intelligentes
  • Dirige plusieurs partenariats de recherche
  • Quatrième grand vendeur de smartphones

Sources : Australian Strategic Policy Institute, Huawei, IDC

L’entreprise, qui a ouvert en 1998 son premier bureau en Afrique, est également bien placée pour décrocher des contrats concernant le déploiement du réseau 5G sur le continent.

La 5G, ultra-rapide, est présentée comme la nouvelle génération de réseau mobile qui propulsera l'”Internet des objets”, les villes intelligentes, les véhicules autonomes et bien plus encore.

Xi est en Afrique pour “consolider” l’ancrage de la Chine

“La présence progressive de Huawei sur le continent a été rendue possible en étant la première compagnie à exploiter le potentiel de l’économie informatique en Afrique et en ayant les moyens de soutenir ses projets”, explique Cobus Van Staden.

“Les conditions d’aide de la Chine, qui obligent les gouvernements africains à travailler avec les entreprises chinoises, l’ont également aidée”, a-t-il précisé.

D’après l’entreprise de recherche technologique IDC, Huawei est actuellement le quatrième vendeur de smartphones en Afrique, derrière une autre société chinoise, Transsion (qui fabrique les marques Tecno et Infinix) et Samsung.

Toutes ces quatre marques utilisent actuellement le système d’exploitation Android de Google.

Chine-Amérique : rebondissement dans la guerre des tarifs

La domination de Huawei et ses relations avec les gouvernements africains pourraient s’avérer utiles si ”la guerre froide technologique” entre la Chine et les États-Unis menaçait ses opérations africaines.

“L’Afrique est le dernier marché technologique du monde et la domination dans ce marché pourrait être déterminante”, constate Cobus Van Staden.

“Certaines personnes, comme ici en Afrique du Sud, où Huawei est un acteur majeur, craignent d’être exclues de l’écosystème Google, mais Huawei pourrait utiliser la situation actuelle pour changer les règles du jeu”.

La Chine et les Etats-Unis s’enfoncent dans la guerre commerciale

“Peu d’entreprises américaines savent comment travailler sur le marché africain, comme fabriquer des produits ciblés destinés aux consommateurs sur le continent. Huawei pourrait utiliser la situation actuelle pour changer la donne et développer des logiciels dans des langues qui servent vraiment le marché africain”, a prédit Cobus Van Staden.

La plupart des Africains surfent aujourd’hui sur le web grâce à des téléphones chinois bon marché, et beaucoup sont plus préoccupés par le prix des gadgets et d’autres fonctionnalités – comme un téléphone à double carte SIM ou une longue durée de vie de la batterie – qu’un système d’exploitation, a-t-il précisé.

Affrontement entre deux Internet

Iginio Gagliardone, auteur de ”China Africa and the Future of the Internet”, pense que le bras de fer en cours entre la Chine et les États-Unis pourrait bien être ce qui pousse Huawei à accroître l’utilisation de ses propres logiciels pour favoriser son marché florissant des smartphones.

Mais il a ajouté au micro de la BBC qu’il ne serait pas aisé, ni bon marché de construire tout ça.

Il serait tout aussi difficile d’exporter le modèle Internet fermé de la Chine, ce qui obligerait les clients à utiliser Baidu plutôt que Google, et Sina Weibo plutôt que Twitter.

Mais WeChat, une application polyvalente qui combine plateformes de réseaux sociaux, messagerie et paiements mobiles, pourrait décoller en Afrique.

Mais alors, l’Afrique sera-t-elle obligée de faire un choix ?

“Les pays africains ne devraient pas choisir un camp. En fait, il serait intéressant qu’au cours de cette guerre froide technologique, ils puissent former un mouvement non aligné qui défend leurs intérêts”, estime Igione Gagliardone.

Ses recherches, en dépit des soupçons, n’ont trouvé aucune preuve que la Chine ait activement encouragé les pays africains à adopter sa version censurée d’Internet.

“Ce que vous pouvez voir, c’est que la Chine fournit des produits qui ont été demandés par les gouvernements africains”, a constaté Igione Gagliardone.

Avec l’engouement pour les téléphones portables, de nombreux petits métiers disparaissent.

Pourtant, il pense que la Chine, dans sa volonté de protéger ses compagnies, pourrait tirer parti de ses relations avec les gouvernements africains afin de développer des protocoles qui donnent à ses entreprises un avantage sur l’Occident.

“Je ne pense pas que le marché de la consommation soit affecté, je constate que les consommateurs continuent d’avoir accès à différents produits parmi lesquels choisir”, a-t-il remarqué.

La guerre froide technologique, peut-être à venir, est une opportunité et le continent ne devrait pas être forcé de choisir un camp, selon Harriet Kariuki.

bbc.com

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargé Pré-contentieux/Administrateur de Base de données/Chargé du stock marketing/Responsable secteur junior-Entreprises/Directeur Associé-Audit/Stagiaire en Développement de Projets/Chargés de Relation Clients/Conseiller en Commercialisation/Aides Pompistes/Chargé d’évaluation d’impact/Architecte en CDI/Leader Intérim Services/projet Bus Rapid Transit/Web Homme/Femme/Chargé des Opérations Financières/Psychologue clinicien/Responsable Matériel Homme/Femme/Assistante Administrative multi tâche/Responsable de l’approvisionnement/Designer/Infographiste H/F/Stagiaire en Marketing Digital H/F/Traducteur de langue anglaise/Bicis/Spécialiste en Filets sociaux /Responsable Appro Transit/Chargé de clientèle particuliers Homme/Femme/Chauffeur Coursier/Stagiaire Journaliste Homme/Femme/Expert Juridique Homme/Femme/administrateur de programme/Investissement et de l’Entrepreneuriat/Assistant Chef de Projet H/F/Administrateur des Ventes/Technicien Ingénieur de Bâtiment/Coordinateur Administratif et Financier Projet OPTIFARE /Gérant de Restaurant/Chef de produit CLOUD/Chef d’Equipe Opérationnel Gares/Manager Adjoint/Projet OSIRIS/Stagiaires Administratifs/Relationship Coordinator/Spécialistes Finances-Support et Formation/Responsable des Finances et Opérations/Chargé Régional de la Gestion de l’Information/Chauffeur/Commis/Standardiste/Responsable Maintenance Equipements Techniques /Commerciale de terrain/jeunes Commerciaux/Référents Techniques/responsable commercial B2B /Vision Plus Voyage/Assistante Administrative et Comptable Stagiaire/Coordinateur du groupe technique/Chargé d’études et développement/Technicien Tirage de câble/Agent entrepôt./Électromécanicien de quart /Agent dans la Police Judiciaire/Migration/Concepteur Rédacteur-Collecte de fonds/Agent de finances publiques/fiscalités/conservateur à la Bibliothèque/ingénieurs conducteurs de travaux/Déclarant en Douane confirmé/Consultant SAP FI CO/Enquêteurs Homme/Femme /développeurs Business Intelligence/Stagiaires Développeurs Homme/Femme/Chauffeur/Coursier en CDI/superviseur Titulaire d’un BAC+2/Chargé des normes comptables/International Staffing/Enseignant/Formateur/Trainer Informatique/Contrôleur Qualité Homme/Femme /Assistant en insertion professionnelle/spécialiste de programme/Chargé de mission H/F/Responsable de la gestion des connaissances/Restaurant O’bendo/Chef d’équipe Homme/Femme /Technicien de service/Chef d’équipe maintenance/Responsable du Centre de Formation/Stagiaire Commercial/Responsable d’activité électricité/Ingénieurs d’Etudes Réseaux/Conducteur Travaux Principal/Administratif et Financier H/F/Assistant Planification Homme/Femme/Responsable de Programmes Immobiliers/Regional Pharmaceutical Procurement Officer/Commercial Stagiaire/Comptable expérimenté H/F/Responsable Patrimoine/Spécialiste en Droit des Femmes et Plaidoyer/Concierge et Gardien/Contrôleur Gestion/Responsable GTM MFS/Responsable Finances Comptabilité/stagiaire en Webmaster/Chargé de clientèle/Administrateur systèmes/commerciaux expérimentés/Responsable Service après-vente/Coordonnateur Chaîne d’Approvisionnement/VIS/Télé-enquêteur/Enseignant-chercheur en Droit/Stagiaire Community Manager/Responsables Commerciaux Régionaux/Responsable des RH opérationnelles/Ingénieur Testeur Radio et Intégration/Maintenance Eolienne/Responsable site/Digital Business/Développeur Applications mobiles Junior/Spécialiste en chaine de valeur/responsable Fonds d’Investissement/Auditeur Informatique/envoyer votre CV et une lettre de Chargé de la Formation/Employé libre service/Assistant Service Commercial/Assistant Recrutement /Responsable HSSE Projet/Coordinateur Programme Confluences/Superviseur Technique/Coordonnateur Flotte/Administrateur d’entrepôt/Coordonnateur de Projet/Administrateur Système/Suivi Évaluation et Apprentissage/Économiste spécialiste en entrepreneuriat/augmenter les frais d’inscription/Directeur des opérations/partenaire principal en Ressources Humaines/Contrôleur de gestion/Opérationnel/Manager d’Opérateurs télécommunication/Opérateur Logistique/Directeur des études/Référent Logistique Opérationnelle/Recrutement d’un Chargé de Communication/Administratifs/Consultant en Gestion des Services de Santé/consultant régional en vente/Coordinateur exécutif/manager d’équipe en restauration/Administratif Et Financier/Child Safeguarding Coordinator/Zena Exoticfruits/Faculté de Médecine de l’UCAD/Chef de personnel/Spécialiste en développement institutionnel:Administrateur d’entrepôt/Commerciaux à Dakar/Assistant au programme bilingue/Responsable Marketing et Développement/Digital manager/Référence : Le Chef d'Atelier a pour rôle d'effectuer le suivi de l'activité technique et administrative de l'atelier : de la réception à la livraison du matériel. Il est chargé d'animer et gérer une ou plusieurs équipes afin d'assurer la production de l'atelier dans les conditions de rendement, de qualité, de coûts, de sécurité et de délais requis par le plan de production. Il joue un rôle majeur dans l'organisation du travail, contribue à la rentabilité de l'atelier, assure le soutien technique de l'atelier et le relais vers la hiérarchie Mission : Management : - Organiser et dynamiser le travail de ses équipes en fonction des besoins ; - Manager et animer ses équipes de mécaniciens, chefs d'équipes et contremaîtres (motivation, évaluation, formation, polyvalence, entretiens individuels, développement des compétences, climat social.) ; - Etre le garant du respect des procédures opérationnelles et de la bonne tenue de son atelier ; - Proposer les investissements nécessaires en moyens et ressources pour le fonctionnement optimal de son atelier ; - Assurer une continuité et un relais de la connaissance technique acquise ; - S'impliquer dans le programme de formation de son service ; - Connaître et faire appliquer les standards constructeurs et maîtriser leurs systèmes d'informations ; - Posséder toutes les compétences techniques requises (électricité, hydraulique, mécanique, transmission); - Appliquer les règles de gestion du personnel (règlement intérieur...) en accord avec la Direction. Logistique et organisation : - Mettre en ?"uvre des outils et méthodes de planification et de suivi des travaux ; - Gérer les priorités et les urgences; - Planifier et organiser les tâches de l'atelier dans un souci permanent d'efficience ; - Anticiper les besoins nécessaires aux fonctionnements de ses équipes ; - S'assurer de la disponibilité des pièces, des fournitures et des outillages requis pour la réalisation des travaux : suivre les besoins en outillage spécifique ; - Posséder la vision globale des exigences métier et de l'ensemble des modes de fonctionnement des équipements ; - Mettre en oeuvre et assurer le suivi du planning établi en accord avec le responsable technique ; - Assurer le reporting des activités (RA, JAD): avancement des travaux, validation et commentaires des KPI Service Après-Vente : - Assurer un support technique pour les sites extérieurs ; - Valider les choix techniques simples et complexes avec sa hiérarchie ; - Valider l'application des règles de reconditionnement (procédures) ; - Assurer le suivi des listes de pièces avec son chef d'équipe ; - Suivre les dossiers OR afin de réduire les encours ; - Valider les listes importantes de commandes de pièces avec sa hiérarchie; - Optimiser les coûts de réparation des composants ; - Assurer l'interface technique avec le client (si absence IAV/PSSR). Administration : - Assurer l'interface avec l'Administration Atelier (garanties, tickets sims, gestion des OR, pointage...) : ceci dans le respect de la satisfaction client, des délais, des coûts, de la qualité ; - Faire remonter les informations vers la hiérarchie ; - Etablir des comptes rendus technique et tickets SIMS. Qualification / Formation : - BTS/DUT en mécanique engins, électromécanique, électricité, électrotechnique ou équivalent - Expérience de 3 ans minimum dans le métier - Expérience de 5 ans dans le secteur construction métallique / mines ou dans la réparation des sous-ensembles (expérience de terrain obligatoire) Description de l'offre : Localisation du poste : Dakar Type de contrat :CDI Date d'expiration : 03-11-2018 Dossier de candidature : Envoyer un CV + Lettre de Motivation par mail à l'adresse : recrutement@saudequip.com Date limite de réception des dossiers: 03 Novembre 2018 Seuls les candidats retenus seront contactés. Chef d’atelier/assistant e administratif ve

Une société de la place recrute 10 livreurs

sociologie de l'éducation

Réflexion sur la sociologie de l’éducation de nos enfants au Sénégal