in

Immigration clandestine : Le seul moyen de retenir les jeunes Africains…

traversée de la Méditerranée /immigration/Immigration clandestine
La pirogue de plus d’une centaine de migrants qui a échoué sur la plage de la Porte du Millénaire, est un mal pour un bien. C’est le point de vue de Mamadou Dia, dirigeant de l’Ong Hahatay et auteur de 3052, le livre qui retrace son parcours maritime, réalisé en 2006 à bord du même type d’embarcation, de Dakar aux Îles Canaries.

“C’est triste mais le fait que cela se passe à Dakar permettra peut-être que les autorités avancent enfin sur le sujet de l’émigration, croise-t-il les doigts dans un entretien accordé à Jeune Afrique. (…) Il y a beaucoup de manquements au Sénégal, en particulier sur la politique migratoire. (…) Si nos jeunes continuent à mourir en Libye, dans le désert ou en Méditerranée, c’est aussi parce qu’il n’y a pas de politique africaine intègre.”

Envies d’ailleurs…
Le phénomène de l’immigration clandestine a de beaux jours devant lui en Afrique. Même si les vagues de départs ont baissé d’intensité. “Aujourd’hui, signale Mamadou Dia, les côtes sont très surveillées, ce qui rend le trajet beaucoup plus difficile. En 2006, il y avait chaque jour trois ou quatre pirogues qui partaient pour les Canaries. Aujourd’hui, il n’y en a même pas une par semaine, et encore. Les gardes-côtes espagnols descendent souvent vers le Sénégal. Nous avons par exemple des photos de bateaux de la Garde Civile espagnole près de l’île de Gorée, devant le port de Dakar.”

Malgré tout, les envies d’ailleurs des jeunes Africains restent incompressibles. “Le désir de voyage de notre jeunesse vers l’Europe est intact, avertit le responsable de Hahatay. Ils peuvent fermer la mer et mettre tous les moyens de surveillance qu’ils veulent, nos jeunes seront toujours à la recherche de nouveaux chemins de migration. Malheureusement, ces trajets sont de plus en plus difficiles et dangereux.”

Pour l’auteur de 3052, la solution, “le seul moyen de les convaincre de rester est de leur offrir une vie digne dans leurs pays. Et cela demande une politique engagée. Nos jeunes sont motivés. Ils sont actifs et veulent travailler. Il faut que nos autorités les accompagnent et les soutiennent, en leur proposant des projets concrets. Si elles ne le font pas, cette jeunesse, qui est la force de l’Afrique, continuera à la fuir pour mettre ses capacités et sa créativité au service de l’Europe”.

Seneweb news

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Android/portabilite-mobile/téléphonie via internet

Zambie : les autorités n’aiment pas la téléphonie via internet

Kofi Annan/Décès de Kofi Annan

Décès de Kofi Annan : Les vibrants hommages du staff des Nations Unies