in ,

L’Afrique, continent riche en innovations numériques

innovations numériques

Sur le continent africain, le numérique est en plein essor. Des innovations conçues par et pour l’Afrique apportent des solutions concrètes et sociales dans le quotidien des citoyens. Un documentaire pointe les exemples au Kenya, au Ghana et au Rwanda: « Afrique, terre promise du numérique » à voir sur Arte, mardi à 23h20 et dans l’extrait vidéo ci-dessous.

Et si l’Europe disposait bientôt de bus connectés grâce à une technologie développée au Kenya ?

La question ressemble à une boutade et pourtant, c’est l’un des enseignements que l’on retire de la vision du documentaire Afrique, terre promise du numérique*** proposé ce mardi sur Arte. On y suit Géraldine de Bastion, spécialiste de la question, en voyage dans trois pays africains : Kenya, Ghana et Rwanda. Allant à la rencontre d’ingénieurs et de créateurs de start-ups, on constate que l’Afrique n’a pas usurpé son statut de vivier modèle.

L’envol du numérique y est bel et bien fulgurant. Si, avec 388 millions d’internautes, le taux de pénétration d’Internet (32% de la population) y est plus faible que sur d’autres continents, nulle part ailleurs la progression n’est aussi rapide. Un développement principalement dû à l’essor de la téléphonie mobile: 80% des Africains possèdent un téléphone portable et, selon les prévisions, le nombre d’abonnés y dépassera le milliard en 2020.


Cette croissance des connexions Internet s’est accompagnée de l’émergence d’un écosystème d’entrepreneurs, d’investisseurs et de structures d’accompagnement particulièrement dynamiques.

Avec lui se développent de nouveaux usages tel le mobile banking : 12% de la population au sud du Sahara détiennent un compte bancaire sur mobile, alors que la proportion ne dépasse pas 2% dans le reste du monde. De même, le nombre d’incubateurs, d’accélérateurs, de Fab Lab et autres espaces de co-working en Afrique dépasse celui observé en Asie en 2016, d’après une étude de GSMA. Le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Kenya ainsi que le Maroc et la Côte d’Ivoire sont à la pointe de cette tendance.

C’est d’ailleurs au Kenya que débute l’exploration filmée par Bettina Haasen et Elke Sasse. On y suit le développement de la cartographie participative via un logiciel utilisé aujourd’hui dans le monde entier. Chaque utilisateur peut contribuer à la collecte de données par l’envoi d’un sms, d’un mail, ou via le site ce qui s’avère très utile en cas d’incidents (élections houleuses) ou de catastrophe naturelle (tremblement de terre en Haïti).
On poursuit avec la fabrication d’imprimantes 3D à partir de matériel de récupération ou avec le développement de la plateforme Moja qui a permis la mise à disposition d’un réseau wifi gratuit dans 300 bus et espère équiper, à terme, tout Nairobi, puis tout le Kenya avant de s’exporter vers d’autres pays d’Afrique.

Améliorer le quotidien des citoyens

Le pays fourmille d’innovations qui améliorent la vie quotidienne des citoyens les plus modestes, comme les applications M-Pesa et M-Kopa qui permettent le paiement de gaz ou d’électricité à l’utilisation jusque dans les villages les plus isolés. On recense déjà 30 millions d’utilisateurs dans le monde de ce mode de paiement par téléphone (M-Pesa).

Kits pédagogiques avec batterie solaire intégrée (contenant des tablettes résistantes à la chaleur, à la poussière et à l’humidité), exercices et soutien scolaire par sms (Eneza Education, photo du haut) : les Kenyans ne ménagent pas leurs efforts pour assurer à la jeune génération une éducation de qualité.

Le voyage se poursuit au Rwanda où l’application « Safemotos » s’avère très utile pour organiser ses déplacements au quotidien, tout comme les kiosques solaires mobiles qui offrent de multiples services à prix modique. Un atout majeur sur ce continent où le réseau électrique n’est pas fiable.
Surveillance des champs par drones (Rwanda), conseils, cours de la bourse et prévisions météo en ligne (Ghana) : divers services ont été développés afin d’assurer aux agriculteurs de meilleures récoltes et une meilleure qualité de vie. Des innovations développées par un secteur privé dynamique, qui n’attend pas les aides publiques, trop lentes ou insuffisantes et qui prouve que l’Afrique n’est pas seulement consommatrice mais aussi productrice de nouvelles technologies.

afrique.lalibre.be

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Assistant-e Commercial/commerce digital en Afrique/

Quatre pistes pour faire progresser le commerce digital en Afrique

Chine-enseignement supérieur

Chine: Les universités sous haute surveillance