in , ,

Inscription sur Campusen: Des difficultés qui persistent toujours!

Inscription des bacheliers sur campusen

Il y’a quelques années la procédure de demande d’orientation des nouveaux bacheliers dans les universités du Sénégal était extrêmement lourde. En plus des longues queues pour récupérer la fiche d’inscription, s’y ajoutaient pour eux une peine à choisir la formation adéquate par rapport à ses performances au Baccalauréat, mais aussi et surtout un manque d’assistance et de connaissance sur son futur statut.

Cette situation semblerait s’améliorer avec l’informatisation du système de demande d’orientation des nouveaux bacheliers dans les universités, instituts et écoles de formation par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche avec la mise en œuvre de la plateforme Campusen.sn en 2013. Cependant, si ce dernier n’a pas manqué de susciter beaucoup d’espoir quant à notamment l’amélioration de la procédure d’orientation des nouveaux bacheliers force est de constater que les questions auxquelles cet outil devait répondre sont loin d’être résolues. Laissant ainsi les bacheliers dans une situation toujours perplexe.

Nombre de choix en  “Illimité”

Le choix des filières de formation se fait obligatoirement dans les six universités du Sénégal à savoir l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB), l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ), l’Université Alioune Diop de Bambey (UADB), l’Université de Thiès (UT) ainsi que l’Université Virtuelle du Sénégal (UVS). Le nouveau bachelier choisit trois filières de formation dans lesdites universités. Au total, il se retrouve avec 17, voire 18 choix de formations. Une situation qui met le candidat dans une position compliquée l’obligeant à faire des choix pour la plupart du temps dépourvus d’objectivités. À cet effet, beaucoup de bacheliers se retrouvent, dans bon nombre de cas, orienter dans des filières de formation aux dépens de leur conviction première.

Filières de formation méconnues

Mis à part le nombre pléthorique de choix à faire pour le bachelier, ce dernier fait face également à une absence de notion ou d’aperçu  sur la formation choisie qui pour la majorité renvoie à des termes techniques et complexes. En guise d’exemples nous pouvons citer quelques filières de formation à l’image de “Développement et Administration d’Applications Web“, “Management Informatisé des Organisations“, “Multimédia – Internet – Communication“, “Communication Digitale” pour ne citer que celles-ci.
 Si la mise en place de la  plateforme d’inscription en ligne campusen.sn  a été saluée par les acteurs de l’enseignement supérieur en particulier les nouveaux bacheliers, elle laisse toujours apparaître des  difficultés dans la procédure d’inscription et d’orientation au niveau des universités publiques sénégalaises. L’amélioration de cet outil, qui s’inscrit dans une dynamique de modernisation du système de l’enseignement supérieur, reste nécessaire pour faciliter davantage la procédure d’orientation et d’inscription aux nouveaux diplômés du baccalauréat. Il importe également de leur permettre d’avoir au préalable une parfaite maîtrise des options à choisir mais aussi et surtout d’avoir une appréhension du métier auquel la formation est destinée.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

One Comment

Leave a Reply
  1. je viens d’avoir mon bac mais j’ai trouvé que ça a été dur pour nous les nouveaux bacheliers de nous faire faire 18 choix en nous obligeant ainsi de faire des choix qu’on ne voulait pas du tout faire. c’est vrai quelque chose à revoir.
    Et si on nous oriente vers ces choix que devrions nous faire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recrutement de stagiaires commerciaux

Recrutement de responsables commerciaux grands comptes

Origine du mot Tabaski, par Colonel Moumar Guèye