in ,

Internet et élections en Afrique, les connexions dangereuses

Internet et élections en Afrique

«Connexion, attention danger»? En période électorale ou de contestation politique, des pouvoirs africains subsahariens ont pris l’habitude de suspendre l’accès à Internet ou aux réseaux sociaux pour prévenir «les débordements». La pratique se banalise, comme en atteste sa dernière occurrence en RDC.

Depuis le 31 décembre dernier, la République démocratique du Congo (RDC) est plongée dans le noir numérique. Sur instruction des autorités congolaises, les fournisseurs ont coupé l’accès à tout le réseau, d’un bout à l’autre de ce pays, le plus grand de l’Afrique subsaharienne.

Dans un premier temps, les autorités ont invoqué la nécessité de préserver «l’ordre public», avant de reconnaître que c’était «un soulèvement populaire» qui était craint, au lendemain d’une élection présidentielle sous haute tension.

«Il y a des gens qui intoxiquaient la population avec de faux chiffres concernant les élections. Et cela préparait la population à un soulèvement populaire», selon Barnabe Kikaya bin Karubi, conseiller du Président Joseph Kabila, dans une déclaration rapportée par l’Agence d’information Ecofin.

Pour parer à l’intoxication électorale, ce sera donc la suffocation numérique. Sur les conversations Whatsapp ou Messenger, le temps s’est figé au 30 décembre. Une aubaine, certes, pour les mémoires caches qui ne seront pas inutilement grevées de GIF et autres spams de bonne année. La mémoire des Congolais, elle, ne retiendra que ce que la Commission électorale, la CENI, dont l’indépendance est contestée, voudra bien leur annoncer. Vox populi, vox CENI. La Vox Dei, portée par la conférence épiscopale CENCO, ayant fait manifestement défaut.De fait, ce 3 janvier, la puissante organisation catholique, qui avait déployé quelque 40.000 observateurs dans les bureaux de vote du pays assurait déjà connaître l’identité du vainqueur du scrutin. La CENI était dès lors appelée à dire la vérité des urnes, le peuple, à la vigilance.

Une insinuation à peine voilée que le candidat du pouvoir n’a pas remporté le scrutin. Très mal reçue par la CENI, l’annonce de l’Église a donné lieu à une véritable passe d’armes, alors que chacun des trois favoris revendiquait, de son côté, une avance conséquente sur ses adversaires.

Autant dire que le climat politique régnant est nettement délétère… et potentiellement explosif dans ce pays rongé par les foyers de tension, l’action des milices et parfois des velléités sécessionnistes. Par crainte de débordements, le réflexe de Kinshasa a été, dès lors, de récidiver en suspendant Internet. Le pouvoir de Joseph Kabila n’en est pas à sa première incartade numérique survenant en phase de contestation politique ou en période électorale.

Déjà, en janvier 2015, au plus fort de la contestation contre un projet de loi électorale suspecté de paver la voie à une prolongation illicite du dernier mandat du président Kabila, les autorités avaient coupé Internet et les SMS. Le rétablissement du signal, deux jours après, n’avait pas concerné les réseaux sociaux, restés inaccessibles pendant plusieurs semaines. Même chose en août 2017, alors que des violences ébranlaient la capitale congolaise et que la crise politique était à son comble. L’Accord politique de la Saint-Sylvestre, signé sous l’égide de l’Église catholique et prévoyant l’organisation d’élections à la fin de l’année, se trouvait torpillé. «Un contexte de crise politique […] où les réseaux sociaux sont d’autant plus importants comme outils de documentation», s’alarmait, à l’époque, l’ONG Amnesty International.

Pour ce qui est de «la coupure de la Saint-Sylvestre», elle «est intervenue au moment où les internautes commençaient à diffuser sur Twitter et WhatsApp les résultats de dépouillement de vote de certains bureaux, faisant des projections sur la victoire de leurs candidats», contextualise le site de radio Okapi, de la mission onusienne en RDC, la Monusco.Pour Cheikh Fall, président d’Africtivistes, une ONG africaine qui milite, notamment à travers Internet, pour la démocratie et la bonne gouvernance, ces restrictions sont «une forme de censure qui ne dit pas son nom». Dans un contexte d’élections,

«la suspension d’Internet empêche les citoyens de prendre la parole, de s’exprimer librement, de faire le travail de veille et de monitoring dans le scrutin présidentiel et de se positionner comme des observateurs indépendants capables de produire du contenu. Ces activistes engagés bénévolement dans le processus électoral sont crédibles aux yeux de la majorité de la population, qui n’a pas accès à Internet. Le pouvoir craint leur influence, car ils sont immergés et au cœur de l’actualité», a déclaré Cheikh Fall, le président d’Africtivistes, à Sputnik.

Le rapport «2018 Global Digital», publié en janvier dernier par We Are Social et Hootsuite, affiche pour la RDC un taux de pénétration d’Internet de l’ordre de 6%. Une couverture faible, mais concernant tout de même quelque 5,2 millions de personnes. Elle est également en forte expansion, avec une progression de près de 66% par rapport à l’année 2017. Une tendance à la hausse qui s’observe, d’ailleurs, sur tout le continent. En 2017, l’Afrique a enregistré le plus fort taux de croissance d’internautes, avec 73 millions nouveaux abonnés, soit une progression de 20%.

L’extension de la couverture Internet a fait le bonheur des oisifs, mais aussi des activistes africains, mouvements citoyens ou lanceurs d’alertes, qui cristallisent aujourd’hui la réalité du contre-pouvoir dans beaucoup de pays africains. Devant le verrouillage historique des scènes politiques africaines, c’est la société civile qui est venue à la rescousse et s’est placée à l’avant-garde de toutes les contestations politiques. Une vocation qui s’est forgée à la faveur de la faiblesse structurelle de l’opposition et son incapacité à peser dans le jeu politique. En RDC, par exemple, sur les 98 formations se partageant le Palais du Peuple… une bonne moitié n’est représentée que par un seul député. De fait, et depuis quelques années, le cyber-activisme africain a le vent en poupe. Au Sénégal, ou au Burkina Faso, en RDC ou au Burundi, les mouvements citoyens de contestation ou les lanceurs d’alertes, se targuent d’être les véritables moteurs du changement.

sputniknews.com

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Zuckerberg/Facebook est gentil/Mark Zuckerberg/événements tech

Pour 2019, Mark Zuckerberg veut convaincre le monde que Facebook est gentil

VIS/Télé-enquêteur/Enseignant-chercheur en Droit/Stagiaire Community Manager/Responsables Commerciaux Régionaux/Responsable des RH opérationnelles/Ingénieur Testeur Radio et Intégration/Maintenance Eolienne/Responsable site/Digital Business/Développeur Applications mobiles Junior/Spécialiste en chaine de valeur/responsable Fonds d’Investissement/Auditeur Informatique/envoyer votre CV et une lettre de Chargé de la Formation/Employé libre service/Assistant Service Commercial/Assistant Recrutement /Responsable HSSE Projet/Coordinateur Programme Confluences/Superviseur Technique/Coordonnateur Flotte/Administrateur d’entrepôt/Coordonnateur de Projet/Administrateur Système/Suivi Évaluation et Apprentissage/Économiste spécialiste en entrepreneuriat/augmenter les frais d’inscription/Directeur des opérations/partenaire principal en Ressources Humaines/Contrôleur de gestion/Opérationnel/Manager d’Opérateurs télécommunication/Opérateur Logistique/Directeur des études/Référent Logistique Opérationnelle/Recrutement d’un Chargé de Communication/Administratifs/Consultant en Gestion des Services de Santé/consultant régional en vente/Coordinateur exécutif/manager d’équipe en restauration/Administratif Et Financier/Child Safeguarding Coordinator/Zena Exoticfruits/Faculté de Médecine de l’UCAD/Chef de personnel/Spécialiste en développement institutionnel:Administrateur d’entrepôt/Commerciaux à Dakar/Assistant au programme bilingue/Responsable Marketing et Développement/Digital manager/Référence : Le Chef d'Atelier a pour rôle d'effectuer le suivi de l'activité technique et administrative de l'atelier : de la réception à la livraison du matériel. Il est chargé d'animer et gérer une ou plusieurs équipes afin d'assurer la production de l'atelier dans les conditions de rendement, de qualité, de coûts, de sécurité et de délais requis par le plan de production. Il joue un rôle majeur dans l'organisation du travail, contribue à la rentabilité de l'atelier, assure le soutien technique de l'atelier et le relais vers la hiérarchie Mission : Management : - Organiser et dynamiser le travail de ses équipes en fonction des besoins ; - Manager et animer ses équipes de mécaniciens, chefs d'équipes et contremaîtres (motivation, évaluation, formation, polyvalence, entretiens individuels, développement des compétences, climat social.) ; - Etre le garant du respect des procédures opérationnelles et de la bonne tenue de son atelier ; - Proposer les investissements nécessaires en moyens et ressources pour le fonctionnement optimal de son atelier ; - Assurer une continuité et un relais de la connaissance technique acquise ; - S'impliquer dans le programme de formation de son service ; - Connaître et faire appliquer les standards constructeurs et maîtriser leurs systèmes d'informations ; - Posséder toutes les compétences techniques requises (électricité, hydraulique, mécanique, transmission); - Appliquer les règles de gestion du personnel (règlement intérieur...) en accord avec la Direction. Logistique et organisation : - Mettre en ?"uvre des outils et méthodes de planification et de suivi des travaux ; - Gérer les priorités et les urgences; - Planifier et organiser les tâches de l'atelier dans un souci permanent d'efficience ; - Anticiper les besoins nécessaires aux fonctionnements de ses équipes ; - S'assurer de la disponibilité des pièces, des fournitures et des outillages requis pour la réalisation des travaux : suivre les besoins en outillage spécifique ; - Posséder la vision globale des exigences métier et de l'ensemble des modes de fonctionnement des équipements ; - Mettre en oeuvre et assurer le suivi du planning établi en accord avec le responsable technique ; - Assurer le reporting des activités (RA, JAD): avancement des travaux, validation et commentaires des KPI Service Après-Vente : - Assurer un support technique pour les sites extérieurs ; - Valider les choix techniques simples et complexes avec sa hiérarchie ; - Valider l'application des règles de reconditionnement (procédures) ; - Assurer le suivi des listes de pièces avec son chef d'équipe ; - Suivre les dossiers OR afin de réduire les encours ; - Valider les listes importantes de commandes de pièces avec sa hiérarchie; - Optimiser les coûts de réparation des composants ; - Assurer l'interface technique avec le client (si absence IAV/PSSR). Administration : - Assurer l'interface avec l'Administration Atelier (garanties, tickets sims, gestion des OR, pointage...) : ceci dans le respect de la satisfaction client, des délais, des coûts, de la qualité ; - Faire remonter les informations vers la hiérarchie ; - Etablir des comptes rendus technique et tickets SIMS. Qualification / Formation : - BTS/DUT en mécanique engins, électromécanique, électricité, électrotechnique ou équivalent - Expérience de 3 ans minimum dans le métier - Expérience de 5 ans dans le secteur construction métallique / mines ou dans la réparation des sous-ensembles (expérience de terrain obligatoire) Description de l'offre : Localisation du poste : Dakar Type de contrat :CDI Date d'expiration : 03-11-2018 Dossier de candidature : Envoyer un CV + Lettre de Motivation par mail à l'adresse : recrutement@saudequip.com Date limite de réception des dossiers: 03 Novembre 2018 Seuls les candidats retenus seront contactés. Chef d’atelier/assistant e administratif ve

Car Rapide Prestige recrute un Opérateur Logistique