in , ,

« L’Afrique ne devrait pas avoir à choisir entre le Japon et la Chine »

Japon et la Chine
United Nations Secretary General Antonio Guterres (far R), Japan's Foreign Minister Taro Kono (2nd R) and Japanese Prime Minister Shinzo Abe (3rd R) attend a special conference on peace and stability in the horn of Africa during the Tokyo International Conference on African Development (TICAD) in Yokohama on August 29, 2019. (Photo by JIJI PRESS / JIJI PRESS / AFP) / Japan OUT

A l’occasion de la Ticad, le Japon veut définir une nouvelle politique africaine dont l’objectif est d’abord de contrer son ennemi chinois, précise notre chroniqueur.

La saison des sommets se poursuit. Après le G7 auquel participaient cinq pays africains, direction le Japon pour la Ticad (Tokyo International Conference on African Development), du 28 au 30 août, auquel participent cette fois cinquante-quatre pays africains et organisations internationales, avant le sommet Russie-Afrique du mois d’octobre.

Cet événement triennal, dont la première édition s’est tenue en 1993, a longtemps été très protocolaire. Mais il a pris ces dernières années un tour plus politique. Car, à travers la Ticad, c’est son ennemi juré, la Chine communiste, que vise le Japon. Pour remuscler sa politique étrangère, le premier ministre Shinzo Abe drague les pays africains qui représentent un tiers des membres de l’ONU. Les grands sujets tournent ainsi autour des critiques de la Chinafrique : la dette, les ventes d’armes, l’absence de vision environnementale, la gouvernance…

Lire aussi A la traîne en Afrique, le Japon veut se distinguer de l’activisme chinois

A Tokyo, on voit aussi avec beaucoup d’inquiétude les pays africains se laisser entraîner sur les routes de la soie, à la fois pour des raisons géostratégiques, mais également économiques. Le Japon est en effet très dépendant de l’or noir africain et importe plus de 100 milliards de dollars (plus de 90 milliards d’euros) de biens chaque année du continent. Dans le même temps, il exporte à peine 7 milliards de dollars par an vers l’Afrique, contre 100 milliards pour la Chine. Et ses investissements sont certes conséquents, mais ils sont cinq fois moins importants que ceux de Pékin.

De l’aide à la coopération

Le Japon a toujours entretenu de bonnes relations en Afrique, notamment avec l’Algérie, le Nigeria et l’Afrique du Sud, mais il s’est laissé distancer ces dernières années par la Chine conquérante. Il est donc grand temps pour lui de trouver de nouveaux marchés et prendre sa place sur le continent.

Lire aussi Face à une Chine conquérante, le Japon veut renforcer la présence de ses entreprises en Afrique

Mais, de son côté, l’Afrique doit veiller à ne pas tomber dans le piège qui consisterait à devoir choisir entre le Japon et la Chine. Cette mentalité de guerre froide ne donnerait rien de bon pour l’avenir du continent. Au contraire il y a là une occasion à saisir. Le Japon cherche à faire évoluer sa politique africaine pour passer de l’aide à la coopération, c’est-à-dire à une approche plus industrielle et pas seulement humanitaire. Or, pour l’Afrique, il est essentiel d’attirer les investissements et les capitaux dans un objectif d’industrialisation et de créations d’emplois.

Une base militaire sur le continent

Afin de contrer les fameuses « routes de la soie » chinoises, le Japon a ainsi lancé le Free and Open Indo-Pacific (FOIP), un couloir entre l’Asie et le reste du monde qui traverserait le continent africain.

Le Japon a aussi une base militaire à Djibouti, à une encablure de celle des Chinois. Elle abrite 180 soldats, juste à côté de Camp Lemonnier, la base américaine. Elle a récemment été agrandie, notamment sa piste d’atterrissage qui doit permettre l’évacuation des expatriés japonais en cas de conflit dans la zone. Mais la politique étrangère japonaise reste encore très liée à celle des Etats-Unis, notamment en Afrique. C’est à la fois un avantage et un inconvénient. Quoi qu’il en soit, Tokyo comme Washington embrassent un même objectif : contrer la vague chinoise en Afrique

 

 

lemonde.fr

Abdourahmane

Written by Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Changements climatiques

Lettre venant du futur : Par Ibrahima Ndiaye diplômé de l’UFR SI de l’université de Thiès

IPMS de l'UCAD/covid-19-ucad/campus social-ucad/coronavirus-Prix étudiant/cours à l’Ucad/Collectif des amicales de l'UCAD/recteur de l’UCAD/assistants enseignants chercheurs/enseignants chercheurs/FLSH/UCAD/revue sénégalaise d'histoire/Personnels administratifs/UCAD/AUF-Coronavirus/UCAD-MESRI/Appel à contributions-ARCIV-UCAD/Enseignants Chercheurs Géologues/Master/DEMANDES D’EQUIVALENCE 2020/2021/autonomie scientifique/CERER-UCAD /COVID-19 /AUF/Communiqué DISI/UCAD/étudiant Saër Kébé/Covid-19-sensibilisation/Covid-19-Universités/comptable matières/UCAD-PAVILLON/restaurant Central/restaurant de l'Université/FST-ISE/La poste/inscription des étudiantsmusicothérapie/administrateur général de la Fondation UCAD/Webinaire Interuniversitaire et Interdisciplinaire/programme CORUD/inscriptions à l’UCAD/Trafic de drogue/CAMES-ANAQSUP-ENSETP/Budget 2020 MESRI/Préinscription en ligne/Colloque-UCAD-FST/Doctorat Honoris Causa/Universités Paris-Ucad-Colloque/UCAD-Amphi de rentrée/Agrégation SJPEG 2019/UCAD-Coud/logements provisoires à l’UCAD/logements provisoires/UCAD-PARIS 8/femmes dans le monde universitaire/revendications du SAES/Concertations sur l’enseignement supérieur/URICA/ETHOS/ Conférence/section Ucad du Saes/Saes/Ucad/Biotechnologie industrielle et alimentaire/IPMS-UCAD/Greening Africa Together/extrants pédagogiques/UCAD-ISE/Admission à l'UCAD /Colloque Femme et patrimoine/UCAD-COUD/mesures du Directeur du Coud/WASCAL/UCAD/Ipms-Ucad/Centre d’accès des données statistiques/enseignant chercheur en automatique /UCAD-Rectorat/Colloque UCAD/IRD/CIRAD/Génocide/Biennale des Mathématiques/Conférence EBAD/Intermédiaires et intermédiations en Afrique/Sciences de gestion/Déguerpissement devant l'UCAD

Appel à contributions : Colloque Femme et patrimoine