in

La jeunesse africaine réclame un siège à la table politique

jeunesse africaine/employabilité des jeunes
Une nouvelle vague balaie l’Afrique et les élections sur le continent amènent un leadership plus jeune qu’auparavant. Des présidents aux ministres et gouverneurs, des sénateurs aux parlementaires, les jeunes d’Afrique réclament désormais un siège à la table politique. Les jeunes utilisent leur grand nombre pour voter auprès de jeunes dirigeants ou de leaders qui, selon eux, seront sensibles à leur sort.

En Ouganda, Proscovia Oromait n’avait que 19 ans en 2012 lorsqu’elle est devenue la plus jeune députée du monde, représentant le comté d’Usuk dans le district de Katakwi. « Quand j’étais plus jeune je disais que dans les années à venir, je deviendrais président. C’était mon rêve de devenir un leader de l’Ouganda. Et me voici, la plus jeune députée. Et je suis si fière de ce que je suis  », a déclaré Mme Oromait au journal britannique Independent dans une interview.

En Afrique du Sud, Lindiwe Mazibuko, 37 ans, a été élu chef de l’opposition au parlement en 2011, représentant l’Alliance démocratique. Elle est devenue la première femme noire à occuper ce poste. «  Il n’y a pas de prospérité pour notre continent sans une politique dynamique, diversifiée et véritablement compétitive, fondée sur l’excellence, la transparence et l’engagement envers le bien public », a déclaré Mme Mazibuko lors d’une conférence TEDxEuston en janvier 2016.

Il y a de plus en plus de jeunes leaders au parlement au Nigeria, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Kenya, en Afrique du Sud, en Égypte, en Tunisie, au Maroc, au Cameroun, en Zambie, en Tanzanie, en Ouganda et ailleurs. Et l’élection présidentielle d’août 2018 pourrait donner une nouvelle jeunesse à la direction politique du Zimbabwe.

Nelson Chamisa, quarante ans, le nouveau leader du Mouvement pour le changement démocratique (opposition), est en train d’être le nouveau leader du Zimbabwe. Si M. Chamisa gagnait, il serait l’un des plus jeunes présidents démocratiquement élus d’Afrique.

Soixante pour cent des 5,3 millions d’électeurs inscrits au Zimbabwe dans les élections du bassin versant ont moins de 40 ans, selon la Commission électorale du Zimbabwe. C’est une démonstration d’engagement des jeunes à décider d’un nouveau cours de gouvernance après la direction de Robert Mugabe, 94 ans, qui était le plus ancien dirigeant d’Afrique jusqu’à sa démission en novembre l’année dernière, après avoir régné pendant 37 ans.

Une jeune voix

Dans un entretien récent avec la station de radio allemande Deutsche Welle, M. Chamisa a déclaré : « Ce sont les jeunes qui sont les moteurs et les agitateurs. Nous voulons aussi voir cela en politique. Nous voulons que notre continent soit peint jeune. Nous voulons que notre continent ait une voix jeune ». ”

Dans un article publié en 2015 pour CNN, David E. Kiwuwa, professeur agrégé d’études internationales à l’Université de Princeton aux États-Unis, note que « l’âge moyen des dix plus vieux leaders en Afrique est de 78,5 contre 52 pour les dix plus économies développées. ” En moyenne, selon M. Kiwuwa, « seulement entre 15% et 21% des citoyens [de ces pays africains] sont nés lorsque ces présidents ont pris les rênes ».

Certains Africains affirment que «  avec l’âge et la longévité dans le bureau viennent la sagesse, la prévoyance et l’expérience », écrit M. Kiwuwa. Il ajoute que, étant donné les opportunités dans la politique et d’autres secteurs, la jeunesse africaine peut transformer le continent. Il regrette que les longs mandats des politiciens plus âgés continuent d’étouffer l’émergence de jeunes successeurs crédibles.

Innocent Batsani Ncube, un politologue zimbabwéen âgé de 39 ans, fait écho aux sentiments de M. Kiwuwa, soulignant que les jeunes ont rarement l’attention des dirigeants politiques africains, qui ne croient pas que les jeunes puissent diriger le pays.

Les élites politiques plus âgées pensent avoir toutes les solutions aux problèmes de développement, a déclaré M. Ncube à Afrique Renouveau. « Un exemple est l’approche que les dirigeants utilisent pour résoudre les problèmes d’emploi des jeunes. Leurs solutions conviennent surtout aux élites plutôt qu’aux jeunes. Il y a une consultation limitée dans l’idéation entre les jeunes et les leaders plus âgés. »

Les jeunes ont besoin d’une place dans le train de la transformation en raison de leur énergie et de leur passion, affirme Kuseni Dlamini dans un article publié en 2013 par Ernst & Youngi.« Le facteur le plus important pour la croissance continentale est l’énergie et la passion des jeunes Africains qui ont un sens palpable d’énergie positive et d’optimisme »”, ajoute M. Dlamini, président de Times Media Group d’Afrique du Sud et directeur de Massmart, un détaillant affilié à Walmart aux États-Unis.

« Ils (les jeunes) sont de jeunes entrepreneurs, des innovateurs, des scientifiques, des universitaires, des ingénieurs, des professionnels. Ils ne veulent pas d’aide ou de charité. Ils veulent libérer tout leur potentie l » , a déclaré M. Dlamini, qui a été nommé« Jeune leader mondial »en 2008 par le Forum économique mondial, une reconnaissance accordée aux« leaders les plus performants »qui encadrent d’autres jeunes.

D’après le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU, la population de l’Afrique sera de 1,6 milliard d’ici 2030, et la population jeune en croissance rapide représentera 42% de ce chiffre. Les jeunes auront besoin d’opportunités pour participer à la politique, à l’emploi et à l’inclusion globale dans le développement.

Selon la Banque africaine de développement (BAD), un tiers des 420 millions de jeunes (âgés de 15 à 35 ans) sont sans emploi, un tiers est vulnérable et seulement un jeune sur six a un emploi rémunéré.

« Alors que 10 à 12 millions de jeunes entrent sur le marché du travail chaque année [en Afrique], seulement 3,1 millions d’emplois sont créés, laissant un grand nombre de jeunes sans emploi. Les conséquences du chômage des jeunes en Afrique sont omniprésentes et sévères : le chômage se traduit par de moins bonnes conditions de vie, la migration des carburants hors d’Afrique et contribue aux conflits sur le continent lui-même », note la BAD.

La BAD ajoute que « le résultat à long terme souhaité est l’élargissement des opportunités économiques pour les jeunes Africains, hommes et femmes, ce qui conduit à des améliorations dans d’autres aspects de leur vie ».

La banque a donc pour objectif de créer 25 millions d’emplois grâce à sa stratégie « Des emplois pour les jeunes en Afrique » (2016-2025) et de stimuler la croissance économique en permettant aux jeunes de réaliser leur plein potentiel.

La jeunesse africaine réclame un siège à la table politique, mais le secteur agroalimentaire, qui pourrait valoir 1 billion de dollars d’ici 2030, selon la Banque mondiale, est à portée de main. L’African Agribusiness Incubator Network (AAIN), une société de développement commercial basée à Accra, au Ghana, veut que les jeunes innovent et dirigent la transformation économique du continent.

Ralph von Kaufmann, mentor en agroalimentaire et consultant auprès de l’AAIN, affirme que « l’agro-industrie présente des opportunités pour les jeunes et les femmes, mais il est nécessaire de créer les bonnes politiques qui facilitent leur participation ».

Nthabiseng Kgobokoe, un jeune producteur de bétail et d’horticulture en Afrique du Sud, a déclaré à Afrique Renouveau que la première étape doit être « « d’inclure les jeunes dans l’élaboration des politiques. L’éducation seule ne peut pas résoudre tous nos problèmes ; il est nécessaire de créer des conditions politiques et économiques propices pour que nous soyons de jeunes entrepreneurs prospères. »

Mme Kaobokoe a déclaré que les jeunes entrepreneurs à travers l’Afrique font face à des défis similaires, y compris un manque d’accès au financement et d’autres ressources, une bureaucratie et des politiques inadéquates pour favoriser une croissance inclusive. Les décideurs oublient que les jeunes sont l’épine dorsale de tout développement socio-économique et politique, souligne Mme Kgobokoe.

Selon Mme Mazibuko, les jeunes talents doivent aller de l’avant et prendre part à la prise de décision. « Nous [en Afrique] sortons de ce stéréotype d’un continent noir, le continent sans espoir … Nous devons nous présenter aux élections, nous devons travailler dans la fonction publique et nous devons perturber le statu quo politique. »

Par BUSANI BAFANA pour Afrique Renouveau

What do you think?

182 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recrutement de plusieurs profils par une entreprise internationale d'ingénierie

Recrutement de plusieurs profils par une entreprise internationale d’ingénierie

Réaménagement du calendrier de l'année scolaire 2017 2018

Crise scolaire : Réaménagement du calendrier de l’année scolaire 2017-2018