in

JO 2020 : un système de reconnaissance faciale pour identifier les athlètes

JO 2020

LE SCAN SPORT – Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo auront recours à la technologie de la reconnaissance faciale pour identifier les athlètes et toutes les personnes accréditées.

Le Japon semble bien décidé à montrer au monde entier l’étendue de son savoir-faire en matière de très haute technologie à l’occasion des Jeux olympiques d’été 2020. Internet à ultra haut débit avec le réseau mobile 5G, recours aux véhicules autonomes, les dirigeants japonais multiplient les annoncent et les lancements de projets en ce sens depuis l’attribution de l’événement en septembre 2013.

Le comité d’organisation devrait aussi avoir recours à la technologie de la reconnaissance faciale durant la quinzaine olympique. Pour renforcer la sécurité, les autorités japonaises envisagent d’utiliser cette technologie développée par l’entreprise Nec et nommé «NeoFace». Selon le site Francjeux.com, le recours à ce système n’a pas été officialisé. L’information émanerait d’une source anonyme «supposée proche du comité d’organisation.»

Les spectateurs ne seront pas concernés

Les spectateurs ne seront pas concernés par cette technologie qui s’appliquera aux athlètes et plus largement à tous les accrédités à l’événement (journalistes, bénévoles, membres de la sécurité, encadrement des athlètes…), soit entre 300.000 et 400.000 personnes. L’identité de chaque individu sera vérifiée avec le nouveau système, ce qui devrait permettre de réduire de temps d’attente aux points de contrôle et empêcher la falsification des accréditations.

La technologie de la reconnaissance faciale se développe à vitesse grand V depuis quelques années. Apple a d’ailleurs eu recours à ce procédé pour identifier les possesseurs de l’Iphone X. Facebook devrait aussi adopter prochainement cette technique pour lutter contre l’usurpation d’identité. En 2016, le gouvernement français a autorisé par décret le recours à la reconnaissance faciale pour vérifier l’identité d’une personne aux frontières. L’aéroport Paris Charles-de-Gaulle a ainsi mis en place des tests pour, à terme, fluidifier les contrôles.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

USA

Malgré la légalisation, le cannabis reste interdit sur les campus californiens

Master 2 documentaire de création/CROUS-UGB/UGB-CROUS/Année invalide à l’UGB/UGB-AU/Résultats du Cames 2018/AG du Campus de Sanar/Hult Prize/Année blanche

Enseignement Supérieur: un complexe de l’UGB et d’autres infrastructures universitaires en 2018