in

L’«effet de serre», une préoccupation aussi des scientifiques

Budget du ministère de l'Enseignement Supérieur de la recherche
La Journée de la Renaissance Scientifique en Afrique a été célébrée par l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS) hier, sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en collaboration avec la communauté universitaire et la communauté scientifique nationale. Pour cette année 2017, un atelier dont le thème porte sur la «Santé, Environnement et changement climatique» a réuni ces différents acteurs à l’auditorium du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Cette journée est aussi marquée par la remise de prix des meilleures thèses doctorales du système universitaire national.
Le Sénégal a célébré la Journée de la Renaissance Scientifique en Afrique hier sous le signe de «Santé, Environnement et changement climatique». Dans un souci d’encouragement et de protéger l’esprit de la recherche, de contribuer au progrès des sciences et de leurs applications, l’Académie Nationale des Sciences et Techniques du Sénégal (ANSTS) a instauré une compétition en adéquation avec le thème de la journée dans le but de récompenser les meilleures thèses au niveau des  différentes écoles doctorales du système  universitaire national. Au terme de cette compétition, deux étudiants ont été primés à savoir Mohamed Moustapha Diémé et Moustapha Sèye pour cette édition 2017.
Revenant sur le thème de cet atelier, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane avoue que «le dérèglement du climat est de notre responsabilité. Dès lors, nous devons jouer notre partition dans ce vaste consensus qui s’est dégagé au sein de la Communauté scientifique internationale mettant en orbite le constat que le changement climatique est devenu problématique.» Des phénomènes  indésirables pour les couches sociales les plus faibles, une réduction de la disponibilité de l’eau douce, des effets néfastes sur la Santé et, surtout un recul de la protection de l’environnement tels sont les conséquences qui peuvent en découler.
A côté de ces grandes épidémies que sont le paludisme, la tuberculose ou encore la rougeole, pour ne citer que ceux-là, les maladies liées à la pollution de l’environnement sont reléguées au second plan car, considérées comme des pathologies des pays industrialisés, soutient Mary Teuw Niane. Une telle attitude, dans un contexte de changement climatique, ne semble pas  réaliste, selon lui.
C’est pourquoi, en perspective de l’éradication du phénomène des gaz à effet de serre le «ONE Health» (une seule santé) s’impose comme un moyen particulièrement efficace dans la lutte. Du coup, Anta Dia Tall, la présidente de ONE Health qui traduit littéralement «Santé Unique», affirme que les enjeux de la santé se nouent de manière prépondérante aux interfaces Homme-animal-environnement, un paradigme conceptualisé dans une note fondatrice conçue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE). Mais aussi l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) n’est pas en reste en ce qui concerne le combat pour sauver notre planète, a soutenu le ministre  de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, à la fin de son discours d’ouverture de cet atelier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recrutement de journalistes rédacteurs

une structure de la place recrute des journalistes/rédacteurs

Expert en Ingénierie Sociale

Apix S.A cherche un Expert en Ingénierie Sociale