in

Couche d’ozone: Le Sénégal opte pour la mobilisation générale

Journée mondiale de l’Ozone

« Gardons espoir et poursuivons nos efforts dans le Protocole de Montréal », est le thème la Journée mondiale de l’Ozone (JMO). Elle a été célébrée ce 16 septembre 2018.

 Marilyne Diarra, Directrice de l’Environnement et des Etablissements classés (DEEC), a déclaré, hier à Dakar, que le combat pour la protection de la couche d’ozone doit être général.

Elle s’exprimait à l’issue d’une randonnée pédestre entrant dans le cadre de la Journée mondiale de l’Ozone (JMO). A l’en croire, le Sénégal a opté pour une mobilisation générale des populations, des importateurs de gaz et de l’administration, notamment la Douane qui gère les importations de ces produits. Certes, le trou de la couche d’ozone est noté au niveau de l’Antarctique, dira-t-elle, mais ses effets sont ressentis partout sur la planète.

C’est pourquoi, l’appel du Sénégal à la mobilisation générale vise à refermer ce trou de la couche d’ozone qui est fondamentale pour la vie sur terre. Sur ce, Mme Diarra a rappelé que le Sénégal a signé, le 1er juin 2018, l’Amendement de Kigali du Protocole de Montréal, un instrument qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019 et qui concerne les hydrofluorocarbures (HFC), qualifiés de puissants gaz contribuant au réchauffement climatique et qui sont encore employés dans les systèmes de refroidissement.

Quant à  Antonio Guterres, secrétaire général de l’Organisation des Nations-unies (ONU), dans son message à l’occasion de la JMO de la protection de la couche d’ozone, a indiqué que le Protocole de Montréal, en un peu plus de trente ans, n’a pas seulement permis de réduire le trou dans la couche d’ozone .

Il nous a montré que la gouvernance environnementale pouvait apporter des solutions aux problèmes mis en lumière par la science et que les pays pouvaient s’unir pour surmonter ensemble leur vulnérabilité.

« C’est dans ce même esprit que je souhaite que nous fassions cause commune et, surtout, que nous nous mobilisions davantage pour appliquer l’Accord de Paris sur les changements climatiques et mener l’action climatique ambitieuse dont nous avons besoin de toute urgence », a  soutenu Antonio Guterres.

D’après le Secrétaire général de l’Onu, l’Amendement de Kigali, instrument d’importance historique qui entrera en vigueur le 1er janvier 2019, concerne les hydrofluorocarbures (HFC).

Pour l’instant, 46 pays ont ratifié ce nouvel instrument. A cette occasion, ce dernier a demandé à tous les autres pays d’en faire autant pour prouver leur attachement à la bonne santé de la planète.

« Je compte qu’au Sommet sur le climat que j’organiserai en septembre 2019, les pays montreront qu’ils ont largement avancé dans l’application de l’Amendement de Kigali », a-t-il  conclu.

rewmi.com

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

énergie nucléaire

L’Afrique se lance dans l’énergie atomique

MainOne et Orange

MainOne et Orange signent un accord pour améliorer l’accès au Net en Afrique de l’Ouest francophone