in ,

La cigarette électronique peut entrainer certaines maladies pulmonaires

cigarette électronique peut entrainer certaines maladies pulmonaires
A person smokes an electronic cigarette on March 05, 2013 in Paris. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD (Photo credit should read KENZO TRIBOUILLARD/AFP/Getty Images)

Une nouvelle étude américaine s’est penchée sur les effets de la cigarette électronique sur nos poumons. Il semblerait que cette dernière déclenche une réponse immunitaire trop importante pouvant entraîner certaines maladies respiratoires.

Le débat entre tabac et cigarette électronique n’a jamais été aussi houleux. Avec les quelques années de recul que nous commençons à avoir sur l’usage de la vapoteuse, de nombreuses études scientifiques sont en train d’être réalisées. Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord, aux Etats-Unis, ont voulu explorer les potentiels effets nocifs des cigarettes électroniques notamment sur les voies respiratoires. L’étude a été publiée dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care.

Des conséquences propres à l’e-cigarette

Les scientifiques ont analysé et comparé des échantillons d’expectoration (sécrétion broncho-pulmonaire) provenant de 15 utilisateurs d’e-cigarette, de 14 fumeurs de cigarettes et de 15 non-fumeurs. Ils ont trouvé que les utilisateurs d’e-cigarette affichaient des augmentations significatives de protéine jouant un rôle dans l’élimination de pathogène. Bien que cela semble être une bonne chose sur le papier, une surproduction non contrôlée de ces protéines peut contribuer au développement de maladies pulmonaires inflammatoires, telle que la MPOC (Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique) ou la fibrose kystique.

L’étude a également révélé que les cigarettes électroniques produisaient certains effets similaires à la cigarette. En effet, les utilisateurs d’e-cigarette et de cigarette ont tous deux montré une augmentation du stress oxydatif et une surproduction de mucus associée à des maladies comme la bronchectasie (une dilatation constante des bronches les rendant plus sensibles aux infections) et l’asthme.

« Nos résultats indiquent que l’utilisation de l’e-cigarette modifie le profil des protéines de défense innée dans les sécrétions des voies aériennes, induisant à la fois des changements similaires et uniques par rapport au tabagisme. Ces données remettent en question le concept selon lequel les cigarettes électroniques constituent une alternative plus saine aux cigarettes », concluent les chercheurs dans l’article. Cependant l’étude à ses limites puisque parmi les 15 utilisateurs d’e-cigarette, 5 ont déclaré fumer occasionnellement des cigarettes et 12 se sont identifiés comme ayant fumé des cigarettes par le passé.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

publication de recherches en mathématiques/filières scientifiques/Place des mathématiques dans les stratégies de développement

Recrutement d’un professeur de mathématiques financières

CAMES lance ses premières olympiades universitaires

Enseignement Supérieur : le CAMES lance ses premières olympiades universitaires