in ,

Rapports heurtés avec les étudiants: Mary Teuw Niane amadoue les pensionnaires de l’Ucad

Mary Teuw Niane à l'Ucad

Première visite à l’Ucad depuis qu’il y a été déclaré persona non
grata par les étudiants, Mary Teuw Niane en a profité, samedi
dernier, pour se réconcilier avec les pensionnaires de l’Ucad. C’est
à l’occasion de la fête de l’excellence organisée par les étudiants de
la Faculté de droit.
Mary Teuw Niane est en quête de réconciliation avec les étudiants de
l’Universalité Cheikh Anta Diop (Ucad). Depuis son accession au
ministère de l’Enseignement supérieur, en 2012, le ministre de
l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation entretient
des relations heurtées avec les étudiants. La dernière manifestation de
leur mésentente remonte à décembre 2017, lorsque les pensionnaires
de l’Ucad ont fait annuler la visite officielle du ministre, en le déclarant
persona non gratta. Une occasion s’est peut-être présentée, samedi
dernier, au ministre Mary Teuw Niane pour pacifier ses rapports avec les
étudiants, à la fête de l’excellence organisée par les étudiants de la
Faculté de droit. En effet, sous le prétexte de présenter un exposé sur
les résultats de la réforme universitaire qu’il avait déjà faite à l’université
Gaston Berger de Saint-Louis, au mois de juin dernier, il a profité de
cette manifestation pour expliquer ses ambitions pour eux. «Peut-être
que vous ne m’avez pas compris au début. Toutes les décisions que je
prenais entrent dans le cadre de vos réussites. Voici quelques résultats
de la réforme universitaire que nous nous sommes assignés d’évaluer
chaque année, au mois de juin. Voila 4 ans que nous n’avons noté que
du positif parce qu’ayant un taux de 55 %», renseigne M. Niane dans
son exposé.
En oubliant qu’on est en février et non pas au moi de juin 2018. Tout au
long de sa communication, l’ambition de ce dernier a été de regagner la
confiance des étudiants qui ne cautionnent pas ces actes. «Avec la
réforme, nous avons pu créer 250 nouvelles filières, 1 000 laboratoires
dont 30 pour l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Sans oublier le
projet, ‘un étudiant un ordinateur’ dont nous avons eu 47 000
bénéficiaires. Tout cela, c’est vous qui en profitez», confie t-il, en
espérant avoir gagné l’attention des étudiants. Faisant des va-et- vient
incessants tout en fixant son regard sur les étudiants, le professeur
continue sa propagande. Il se vante des résultats, alors qu’il est astreint
à une obligation de résultats. «Vingt Espaces numériques ouverts
(Eno) avec 420 places chacun sont disponibles pour les étudiants. Nous

envisageons 21 millions de places d’ici 2020. C’est un changement
incroyable. On est plus dans le rêve mais dans le réel», laisse-t- il
entendre.
Selon lui, les 40 108 bacheliers orientés dans les écoles de formations
constituent une des résultats probants. «Pour la licence, chaque étudiant
coûte 400 000 FCfa par année et pour le master, chaque étudiant 600
000 francs Cfa, par an pour l’Etat du Sénégal. Pour le logement des
étudiants à l’Ucad, nous avons mis en place, entre 2012 et aujourd’hui, 1
044 nouveaux lits et 4 000 autres sont prévus au moi de mars». Ce qui
est plus drôle dans sa campagne de réconciliation, c’est quand il aborde
la question de l’employabilité des diplômés en Droit. Il a tout simplement
invité ces derniers de se constituer en groupe pour fabriquer des robots.
«Vous êtes des juristes. Mais vous êtes capables de fabriquer des
robots. Dans la vie tout est possible», complimente-t- il.

What do you think?

184 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thiès

A Thiès, un lycée pilote pour mieux coller au marché de l’emploi sénégalais

Dette envers les écoles privées

Dette envers les écoles privées: L’Etat traîne une ardoise de 6 milliards