in

Seul un étudiant sur deux obtient son master sans redoubler

classement de Shangaï/travail au noir/coût élevé des études supérieures/Enseignement sup/Camille Peugny/master sans redoubler/Du « savoir-faire » au « savoir-être », les étudiants d’aujourd’hui cherchent leur voie autant qu’ils veulent faire entendre leur voix./Demande d’admission/Université/comment passer une bonne année scolaire/études supérieures pour vivre /réorientation des étudiants désorientésplus longtemps/Faire un baccalauréat scientifique/Gouvernement dévoile les nouvelles modalités d'entrée à la fac/Échec à l'université

Trois quarts des étudiants scientifiques obtiennent leur master en deux ans. Ils ne sont qu’un sur deux en lettres, langues, arts, psychologie et Staps, selon une note du ministère.

Un étudiant sur deux obtient son master en deux ans et 12 % après une année supplémentaire. C’est ce qu’indique une note du ministère de l’Enseignement supérieur, parue le 1er février, relative au parcours et à la réussite des étudiants inscrits en master 1 à la rentrée 2013-2014. Si la réussite en master a fortement augmenté entre 2007 et 2010, passant de 56 à 64 %, elle est «restée quasiment stable sur les trois dernières années», indique l’étude. En outre, 60% des étudiants passent en master 2 directement après un master 1 et 10 % de plus après un redoublement.

Le taux de réussite varie selon la discipline. Trois quarts des étudiants scientifiques (SVT, sciences fondamentales, sciences économiques et gestion) obtiennent leur master sans redoubler, alors qu’ils ne sont qu’un sur deux en lettres, langues, arts, psychologie et Staps. «Les disparités tiennent en partie aux voies alternatives qui s’offrent aux étudiants après une M1 dans certaines disciplines. Il en est ainsi pour les étudiants en master enseignement (MEEF) qui ont réussi un concours d’enseignement à la fin du M1 et qui détiennent déjà un diplôme de niveau bac +5», précise la note.

Un étudiant sur deux obtient son master en deux ans

Réussite en master des étudiants inscrits pour la première fois en M1 en 2013 (en %)


 Source : Ministère de l’Enseignement supérieur

 

De même, le taux de poursuite en master diffère selon la spécialité. En moyenne, près des trois quarts (72,2 %) des étudiants titulaires d’une licence poursuivent en master: 61 % en master disciplinaire, 11 % en master enseignement. Mais les étudiants en droit (85,3 %) et en SVT (80,3 %) sont plus nombreux à faire ce choix que les étudiants en lettres (62,4 %) ou en Staps (67,5 %). Ces derniers choisissent davantage de poursuivre en master enseignement. Autre explication: à la fin de leur licence, les diplômés disposent d’autres possibilités que le master, comme la formation d’ingénieur pour les diplômés d’une licence de sciences fondamentales.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Université Ouagadougou

Lacina, 30 ans, sept ans à l’université de Ouagadougou et toujours aucun diplôme

Université Pan Africaine/UA-Budget/Union Africaine

Longtemps sous perfusion, l’Union africaine est en quête d’autonomie financière