in

Les hommes et les espoirs qui se noient dans les bateaux de la mort

Migrant

Un autre bateau transportant des personnes essayant de quitter la Libye pour une vie meilleure a coulé dans la Méditerranée. Des personnes d’Érythrée, de Syrie et de Somalie, plus de 1 000 personnes au total, sont mortes l’année dernière. Les raisons pour lesquelles ils essaient de quitter leurs pays sont claires – les troubles en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ont amené ces gens à penser que le risque valait la peine d’être pris.

Abandonner tout ce que l’on sait, risquer sa vie, entreprendre une randonnée longue et difficile, monter à bord d’un petit bateau encombré et à l’étroit, payer toutes ses économies pour ces conditions épouvantables, quitter sa maison, abandonner sa famille et ne pas savoir si l’on reviendra dans son pays ne sont pas une décision facile. En général, une telle décision est prise en raison d’une volonté plus forte que la simple recherche d’une vie meilleure.

L’instabilité qui prévaut dans de nombreux pays d’Afrique du Nord a poussé les gens à fuir. Ne pas migrer, mais fuir, laissant derrière eux leurs maisons et leurs proches. Les facteurs économiques jouent évidemment un rôle à cet égard. Mais il y a des raisons plus graves que l’instabilité, car les facteurs économiques ne sont souvent rien de plus que la goutte d’eau finale qui fait déborder le vase.

Ce type d’instabilité existe dans de nombreuses régions du monde, pas seulement en Afrique. Ce serait une erreur de considérer ce problème comme un problème africain. Dans les informations de cette semaine il y a eu aussi des reportages sur des problèmes au Venezuela, au Brésil, en Grèce, en Irak, en Syrie.

Mais ici, aujourd’hui, concentrons-nous sur l’Afrique du Nord. C’est à partir de là que les immigrés risquent leur vie pour arriver en Europe, à ce qu’ils pensent être une vie meilleure. Une vie meilleure en tant qu’immigrants illégaux en Europe… Cela signifie à quel point ces gens sont désespérés.

Les migrants qui traversent les eaux agitées de la Méditerranée en hiver viennent généralement de pays comme l’Érythrée, la Somalie, le Sénégal, le Mali ou la Libye. Pourtant, cette semaine seulement, deux autres pays d’Afrique du Nord connaissent des troubles dus à des facteurs économiques : Le Soudan et la Tunisie ont également été témoins des manifestations dues aux mesures d’austérité et à la hausse des prix des denrées alimentaires. Dans aucun des deux pays, le problème n’a émergé du jour au lendemain, mais fut plutôt le résultat d’un processus qui s’est développé au fil des années.

La situation en Tunisie s’est lentement dégradée ces dernières années. En avril 2016, le Fonds monétaire international (FMI) a conclu un accord pour fournir un financement de 2,8 milliards de dollars à la Tunisie, avec la stipulation que des réformes économiques devraient mises en œuvre. Le budget 2017 prévoyait des mesures d’austérité visant principalement à réduire la dette de l’administration centrale de 53%. Cela ne sera possible que si l’embauche dans le secteur public est gelée ; il ne peut plus y avoir d’augmentation de salaire et la masse salariale du secteur public doit être réduite. En outre, de telles mesures doivent inclure l’augmentation des taxes sur les sociétés privées.

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a promis que le nouveau gouvernement prendra ces décisions difficiles qui aideront l’économie à se développer et permettront de créer des emplois. Il a répondu à la pression du FMI. Cette situation était claire en 2016, quand Chahed a déclaré aux législateurs : « Si la situation continue comme cela, alors en 2017, nous aurons besoin d’une politique d’austérité, et congédier des milliers d’employés du secteur public et imposer de nouvelles taxes. »

Bien sûr, à cette époque, la proposition d’une telle mesure n’était pas populaire. Il y avait des menaces de grèves générales. Le gouvernement a reculé. Et puis le FMI a arrêté le décaissement de la deuxième tranche du prêt.

C’est le problème quand il y a une énorme dette publique et une jeune démocratie. Le FMI ne s’intéresse pas à la démocratie. Des mesures de réforme doivent être prises si le FMI veut continuer à financer un pays. Le gouvernement tunisien s’est trouvé dans une position très difficile. Il a besoin du prêt du FMI pour se sortir de l’énorme dette publique. Mais il faut du temps et de la marge pour négocier avec les syndicats et les autres parties intéressées.

Les responsables politiques doivent partout prendre des décisions impopulaires. Ils doivent équilibrer la victoire dans les urnes avec la gouvernance appropriée. Rien de tout cela n’est nouveau en Tunisie. En 2016, il y a eu plus de 8 000 manifestations, protestations et grèves.

Les derniers troubles se sont produits la semaine dernière, avec plus de 200 personnes arrêtées, de nombreux blessés et un décès. Il y a eu de grands dommages contre la propriété publique avec des actes de violence et de saccage.

Des jeunes sont descendus dans les rues, jetant des pierres sur les forces de sécurité. Plus de 20 villes tunisiennes ont été touchées par les manifestations.

La Tunisie est considérée comme la seule nation à émerger avec succès du printemps arabe, faisant une transition progressive vers une plus grande démocratie. Mais c’est une démocratie fragile qui peut facilement s’effondrer.

Il est intéressant que le principal parti d’opposition appelle à des protestations continues contre les mesures d’austérité injustes du gouvernement. Le chef du Front de l’opposition, Hamma Hammami, a déclaré aux journalistes que les différents groupes d’opposition se réuniraient pour « coordonner les mouvements ». Pourtant, ce qui est paradoxal c’est que les mesures d’austérité dans le budget ont été adoptées par une majorité du Parlement.

Le problème est que le gouvernement tunisien doit faire quelque chose qui sera impopulaire auprès des classes moyennes. C’est ainsi que les gouvernements tombent. C’est une situation dangereuse quand il devient la norme de protester, de manifester et de faire éclater des émeutes dans l’espoir de renverser le gouvernement. La démocratie dans des pays comme la Tunisie doit être soutenue. Plutôt que les prêts du FMI, il faut de nouveaux investissements, la création d’emplois, la capacité de créer un marché d’exportation, la réouverture de l’industrie touristique tunisienne gravement endommagée – c’est le genre d’aide dont la Tunisie a besoin-. La vraie démocratie ne peut exister que dans une économie réelle. Toute économie soutenue par des prêts et des dons ne fera que nuire à tout type de démocratie qui existe.

Bien que de nombreux manifestants disent qu’ils manifestent dans le but d’amener le gouvernement à faire quelque chose, ce qui leur échappe, c’est que le gouvernement a déjà fait quelque chose, et qu’il essaie de continuer à faire quelque chose. Le programme de prêts de quatre ans du FMI nécessite des réformes économiques. Et c’est le programme du gouvernement. Mais ces mesures frappent directement la classe moyenne. Les protestations sont normales, donc à prévoir. La violence qui a éclaté dans tout le pays en dit long. Lorsque les manifestations deviennent violentes, ce n’est généralement pas la classe ouvrière qui les suit. La classe ouvrière ne cherche pas à détruire la propriété publique ou privée. Ils s’intéressent aux emplois, à la nourriture et au logement. Et pourtant, les manifestations en Tunisie ont visé les banques, les magasins, les quartiers généraux de la sécurité nationale et les postes de police.

Au Soudan, la situation est similaire, mais différente. Lorsque le Soudan a supprimé une subvention sur les importations de blé la semaine dernière, quelque chose qui a été discuté pendant plus d’un an, une hausse du prix du pain a suivi. La subvention a été supprimée pour aider à libéraliser les importations de blé. Les prix du blé sont globalement bas, ce qui permettra d’économiser de l’argent – à long terme – sur les importations de blé. La subvention permettra au gouvernement soudanais d’économiser près de 500 millions de dollars. La voie a maintenant été ouverte pour que les entreprises privées importent du blé.

Les prix du pain ont rapidement augmenté  parce qu’il y avait une pénurie de blé dans certaines régions du pays. Mais on espère que les prix se stabiliseront rapidement. Le doublement rapide des prix du pain a provoqué des protestations. L’opposition a appelé à des manifestations pacifiques et des foules se sont rassemblées.

Au Soudan, ce sont les pauvres qui sont dans la rue. Ils ne peuvent pas se permettre d’acheter du pain avec les nouveaux prix. Les manifestants ont mis le feu sur les pneus et bloqué les routes. La police a utilisé du gaz lacrymogène. Un étudiant est mort et six autres personnes ont été blessées. Mais les choses au Soudan se sont rapidement calmées.

Les protestations sur la hausse des prix, sur le chômage élevé, sur la distribution des ressources sont certainement un outil démocratique. Mais il est important d’examiner qui sont les manifestants. Font-ils partie de la classe ouvrière, qui sort dans les rues pour faire entendre sa voix, dans le but d’acheter des produits alimentaires à un prix abordable ? Autrement dit, demandent-ils du pain abordable ? Ou est-ce que ce sont les classes moyennes qui manifestent contre une menace perçue au sujet de leurs privilèges, une menace perçue au sujet d’un statu quo qui leur profite ? Les gens dans la rue sont-ils stimulés par des influences extérieures ou sont-ils réellement ceux qui ont besoin d’un plus grand soutien ?

En ce qui concerne la question de l’économie de l’Afrique du Nord, l’aide dont ces pays ont besoin pour se stabiliser et contribuer à l’épanouissement de la démocratie ne consiste pas en prêts consentis par des institutions internationales. Ils n’ont pas besoin de dons généreux. Ce dont ils ont besoin et ce qu’ils méritent, c’est l’investissement. Ils méritent d’investir dans leur peuple, dans leur pays. Les industries, les usines, les emplois doivent être créés. C’est ainsi que les peuples ne tenteront plus de fuir à travers les frontières ou les mers. Ils resteront dans un pays qui est leur maison, avec leurs familles, profiteront de la vie dont ils ont toujours rêvé.

Si les gens ont des emplois et de la sécurité sur leurs propres terres, ils ne deviendront pas la nouvelle minorité marginalisée de l’Europe. Les infrastructures de nombreux pays ont été détruites par le colonialisme. Les grands régimes de prêts ne feront rien pour aider ces pays à se redresser. Et ils ne feront rien pour empêcher les bateaux de venir sur les côtes européennes, surchargés de personnes désespérées qui cherchent une issue.

Ce dont les habitants de ces pays ont besoin, ce sont des salaires qui leur permettent de vivre et des prix abordables. Ils veulent une vie raisonnable. Et ce que nous voulons, nous, c’est de vivre dans un monde où ils ne demandent pas vraiment quelque chose d’impossible, où ils n’exigent pas trop.

Abdourahmane

Posté par Abdourahmane

Je suis Diplômé en Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique, Spécialiste en économie urbaine en même tant Reporter et Éditeur au Journal Universitaire. Je suis également un passionné des TIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paiement/Grève à l'université publique du Congo

Congo Brazzaville: les étudiants réclament le paiement de leurs arriérés de bourses

Entrepreneurs sociaux

Entrepreneurs sociaux: La jeunesse africaine au chevet de leur continent